HYSTÉRIE PETRO-PATRONALE A L’OCCASION DE LA MORT DU P.-D.G. DE TOTAL.        Par ARIS. 

La violence symbolique se déchaîne. Il a suffit que Gérard Filoche, membre du PS, déclare : "De Margerie est mort. famille Taittinger en deuil. Les grands féodaux sont touchés. Ils sont fragiles. Le successeur nous volera-t-il moins ?" ; puis,"Un hommage à l’humain ? Oui. Au suceur de sang ? Non », pour que tous les médias aux ordres du Capital se déchaînent contre des propos qui n’ont rien de scandaleux et qui relèvent pleinement de la liberté d’expression.

Plus grave, des députés "socialistes" qui se distinguent par leur fanatisme néolibéral et atlantique exigent l’exclusion de Gérard Filloche… Même si l’on se demande ce que Gérard Filloche fait dans un tel parti, entièrement acquis à l’UE, à l’euro, à l’OTAN, au saccage du système social français et… à l’anticommunisme débridé !

Valls, comme d’habitude, s’est fait remarquer dans le chœur hystérique des admirateurs du grand patron : "Ceux qui ont des mots qu’on ne peut pas prononcer face à un mort ne méritent pas d’être dans ma formation politique", a-t-il déclaré, tout heureux sans doute de régler des comptes avec les quelques rares socialistes qui se réfèrent encore à l’anticapitalisme ; bref, il s’agit d’exploiter l’expression de G. Filloche pour achever de purger la gauche non communiste de tout ce qui n’est pas eurolibéral et blairiste !

Les communistes combattent un système, pas des individus en tant que tel, que la mort rappelle inévitablement à la condition humaine à laquelle certains croyaient peut-être échapper par leur pouvoir et leurs richesse. Mais ce système s’incarne dans ses serviteurs et par conséquent il est naturel que ceux-ci cristallisent des reproches de la part de ceux qui en souffrent. M. de Margerie qui avait chaque mois un salaire de 100.000 euros  et a touché une rémunération globale de 3 543 672 € en 2013 n’a pas hésité à mettre au chômage en 2009 des centaines de travailleurs dans le raffinage et la pétrochimie malgré des bénéfices de 14 milliards d’euros. Sans parler de la politique du groupe en Birmanie ou en Afrique. Sans parler de la politique d’anglicisation de la com chez Total. Sans compter des marges colossales sur les carburants. Sans compter la politique impérialiste pétrolière de la France au Proche-Orient avec tout ce qu’elle porte de souffrance.

Au fait, quand un communiste connu meurt dans le monde, on ne voit pas les rappels à l’ordre de Valls et Cie : pour les anticommunistes, qui sont très loin d’être tous de droite, un communiste ou un anti-impérialiste, même mort, n’est jamais « bon ».

En résumé, aucune mort ne réjouira jamais un honnête homme. Mais on nous permettra de verser plus de larmes sur Hugo Chavez, qui a nationalisé le pétrole et a lancé la révolution bolivarienne au Venezuela, que sur ceux qui ont passé leur vie à maximiser les profits des transnationales du pétrole.  
Mais dans nos médias et au PS, refuser d’encenser les hommes du capital, est jugé "indigne".