Censure des médias, viol de la loi de 1905 : nouvelles turpitudes macroniennes – par Floreal

Ce lundi 4 janvier, Macron va grossièrement violer son devoir constitutionnel, d’une part en recevant es qualités les représentants des cultes (la loi de 1905 dispose que “la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte”), d’autre part en conférant au prétendu Conseil supérieur de l’audiovisuel un rôle de flicage politique des sites Internet (au prétexte de traquer les “fake news”, et vive la langue française et la liberté d’expression).

Jusqu’à quand le peuple français héritier de la Grande Révolution et de la Commune de Paris tolérera-t-il de telles forfaitures qui signent son avilissement?

La réponse est simple et interpelle d’abord le peuple des militants progressistes: jusqu’à ce qu’ils s’affranchissent à 100% de la tutelle paralysante des états-majors de la fausse gauche politique et syndicale qui enchaînent le mouvement ouvrier à la “construction” européenne et à ses proconsuls élyséens successifs.

Défendre l’héritage républicain français ou bêler après l’Europe sociale, s’insoumettre pour du bon ou prendre de fausses postures ” résistantes”, il  devient de plus en plus impossible d’éluder un choix de classe clair.