Aux camarades Jean-Jacques Candelier, député PCF du Nord, Hervé Poly, secrétaire fédéral du PCF-62, Roland Diagne, Coordination Communiste du Nord

LOGO-PRCF-120Le PÔLE DE RENAISSANCE COMMUNISTE EN FRANCE aux Associations du Nord et du Pas-de-Calais – Le 30 juin 2016

Chers camarades,

Qu’il s’agisse du BREXIT ou de la révolte ouvrière de masse contre la loi El Khomri (cette transposition en droit français de la « recommandation européenne » sur la déréglementation du travail), la dénonciation de l’UE sur des bases progressistes est objectivement appelée à devenir un élément de plus en plus structurant de l’activité franchement communiste (n’en déplaise à P. Laurent qui a combattu le Brexit en s’ingérant dans les affaires du peuple britannique).

Comme vous le savez, le PRCF mène campagne depuis sa fondation pour que la France sorte, sur des bases révolutionnaires, de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme.

Les Assises du communisme ont pour leur part manifesté à Paris le 30 mai 2015 pour sortir notre pays de l’euro et de l’UE atlantique.

Par ailleurs la Fédération du PCF 62 s’est publiquement prononcée contre le maintien de la France dans l’euro et dans l’UE.

Réagissant au BREXIT, le camarade Candelier, digne successeur de Geo Hage, a lui-même pris très clairement position contre l’UE et l’euro.

Compte-tenu que le Nord et le Pas-de-Calais, comme la Picardie voisine, ont toujours été en pointe contre l’UE supranationale du capital (cf les référendums de 1992 et de 2005), que la classe ouvrière et la paysannerie qui sont incontournables dans notre région populaire rejettent désormais massivement la prétendue « construction » européenne et qu’il serait littéralement suicidaire pour les forces progressistes d’abandonner la défense de la nation aux usurpateurs du FN, j’ai publiquement proposé au nom du PRCF, lors des Rencontres communistes de Vénissieux, que les forces communistes du Nord-Pas-de-Calais organisent ensemble une grande manifestation populaire sur le thème des sorties de l’euro, de l’UE, de l’OTAN (inséparable de l’UE) dans la perspective d’une rupture révolutionnaire avec le capitalisme. Bien entendu, cette initiative devrait être associée à la défense des revendications populaires (emploi industriel, services publics, salaires et pensions, logement…), et pourrait être l’occasion de reparler de nationalisation et de reconstruction planifiée du produire en France (avec tous ceux qui s’y trouvent) industriel, agricole et halieutique.

Lors de la rencontre du 23 juin (solidarité avec le PC polonais) à la Fédé du Pas-de-Calais, Hervé a accepté le principe d’une telle action sur laquelle nous pourrions travailler ensemble. Sans faire de la date de cette manifestation un problème politique majeur, j’ai alors fait observer que le 60e anniversaire du funeste Traité de Rome – que les médias vont évidemment célébrer à son de trompe – aura lieu fin février 2017 et que rien n’empêche, d’ici là, de préparer le succès de la manifestation anti-UE par une série d’actions préparatoires. On peut penser à un grand débat sur l’UE ou à une pétition pour un référendum de « » (à titre d’information, le PRCF s’apprête à remettre aux autorités les 5000 premières signatures recueillies au porte-à-porte sur ce sujet). Une bonne occasion de se confronter au FN sur toutes ces questions en démasquant ces faux opposants à l’UE et en portant clairement l’idée d’une sortie de l’UE par la voie progressiste*.

C’est pourquoi, nous suggérons qu’une rencontre exploratoire sur ces questions se tienne entre nous avant le 14 juillet, l’idéal étant de pouvoir acter publiquement un accord de principe sur cette Campagne : l’actualité nous semble propice et il nous semble que les camarades de nos organisations accueilleraient une telle nouvelle avec enthousiasme !

Nous avons également suggéré de contacter sur ce sujet les camarades de Goodyear-Amiens dont le porte-parole a récemment pris position très fermement contre l’UE. Rien n’interdirait évidemment que des camarades des régions voisines s’associent à notre éventuelle manifestation, si manifestation il devait y avoir.

Nous pourrions aussi nous adresser aux forces politiques progressistes euro-critiques ainsi qu’aux syndicats qui font de plus en plus le lien entre les attaques antisociales et liberticides du pouvoir et la pseudo-« construction » européenne.

Alors que le pouvoir du capital espère bloquer la perspective politique en 2017 en obligeant les Français à « choisir » entre les pseudo-internationalistes du « Parti Maastrichtien Unique » (LR et PS) et les pseudo-patriotes du FN, une campagne communiste et progressiste contre l’UE et le pouvoir à sa botte serait des plus salutaires pour mettre à nu cette tenaille politique, pour placer les communistes à la tête d’un large Front antifasciste, patriotique, populaire et internationaliste et pour proposer aux travailleurs une nouvelle stratégie, à la fois révolutionnaire et rassembleuse, orientée vers le socialisme pour la France (un socialisme que prohibe en réalité l’UE de Maastricht définie comme « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée »).

Espérant que vous voudrez bien réfléchir à notre proposition politique de campagne communiste anti-UE, nous vous saluons fraternellement.

Georges Gastaud, secrétaire du PRCF-62, et Vincent Flament, secrétaire du PRCF-59.