VENEZUELA : CE QUE LES MÉDIAS BOURGEOIS TAISENT : deux candidats à l’assemblée constituante assassinés !

Ce 30 juillet les plus de 20 millions d’électeurs venezueliens se déplacent aux urnes pour élire en application de la Constitution l’Assemblée Constituante. Malgré les appels aux boycott lancée par l’opposition d’ultra droite (MUD) soutenue et pilotée par Washington et les attaques ultra violente – par exemple des bombes ont visé des policiers protégeant les bureaux de vote à Caracas ce 30 juillet tandis que des bureaux de vote ont été incendiés ces derniers jours – quasiment 100% des bureaux de vote étaient ouvert ce dimanche. Tandis que les appels à la grève générale lancée par la MUD n’étaient absolument pas suivie.

: CE QUE LES MÉDIAS BOURGEOIS TAISENT : deux candidats à l’assemblée constituante assassinés !

Deux candidats à l’ Assemblée constituante, deux progressistes, “chavistes”, ont été assassiné ces derniers jours par des commandos de tueurs  fascistes.

Il s’agit de José Felix Pineda, avocat de 39 ans, abattu hier chez lui et de José Luis Rivas, 42 ans, assassiné le 10 juillet à Maracay.

Un bref écho ou rien… nos grands médias se taisent et déforment la vérité sur le Venezuela.

Tout comme ils taisent les attentats terroristes commis par l’opposition putschiste pour déstabiliser le pays.

Alors que ce pays subit un véritable coup d’État fasciste rampant organisé par les États-Unis et par l”oligarchie vénézuélienne, une vaste entreprise de mensonges se déchaine sur nos médias.

La vérité est-elle si insupportable à l’oligarchie française qu’elle s’aligne et aligne ses médias sur les communiqués de l’opposition fasciste du Venezuela et sur les bureaux du département d’État étasunien ?

Georges Gastaud. secrétaire national ud PRCF a réagi directement auprès du service Auditeurs de France-Télévision ( Auditeurs.Inter@radiofrance.com ):

Pouvez-vous signaler aux rédactions de Radio-France que nous sommes nombreux à être révulsés par le traitement caricatural, partial, outrancier, qui est fait de la situation au Venezuela.

Sur toutes vos chaînes, la parole n’est donnée qu’à l’opposition de droite, dont on tait la violence et le mépris des lois, alors que les partisans du président élu Nicolas Maduro sont systématiquement présentés comme des assassins. Je souhaite avoir une réponse précise à la question suivante : pourquoi la parole n’est jamais donnée par Radio-France et ses chaînes à l’ambassadeur du Venezuela en France, qui est normalement l’interlocuteur vénézuélien que notre pays reconnaît officiellement ? Cette présentation totalitaire des évènements est indigne d’un service public que financent tous les Français, lesquels sont assez grands pour se faire une idée sur le Venezuela en entendant tous les sons de cloche?

Je me permets de mettre en copie M. l’Ambassadeur du Venezuela à Paris et diverses associations de solidarité avec l’Amérique latine.

Georges Gastaud, professeur de philosophie retraité.

 

Par ailleurs, le PRCF a sollicité nombre d’organisations politiques, syndicales et associatives progressistes pour leur proposer d’exiger ensemble que, par respect pour le pluralisme et pour l’objectivité journalistique si souvent allégués et si souvent bafoués chez nous, et pour permettre aux auditeurs français de se faire par eux-mêmes une opinion sur le Venezuela, M. l’Ambassadeur de la République bolivarienne du Venezuela à Paris soit enfin invité à une heure de grande écoute sur France-Info, France-Inter, France II, etc. Assez de cette grossière partialité du « service public d’information » qui ne donne la parole qu’aux opposants de droite, quand ce n’est pas carrément aux fascistes vénézuéliens, et qui ne sait même pas que le Venezuela a un représentant qualifié à Paris !

Camarades communistes non membres du PRCF, progressistes de toutes organisations, syndicalistes, antifascistes, anti-impérialistes, pétitionnons ensemble en masse pour forcer le « service public » à faire son travail au lieu de prendre les Français pour des demeurés ! Même si un certain nombre d’entre nous prennent des vacances bien méritées, il doit être possible de se mobiliser ensemble quand un peuple entier est aux portes d’un drame à la chilienne ! Demain si le sang des progressistes coule à flots à Caracas, il sera trop tard pour se lamenter !


Délégation du PRCF conduite par son président Léon Landini, reçue par l’ambassadeur du Venezuela en France

Force est de constater que la mobilisation n’est pas sans effet puisque l’ambassadeur du Venezuela a enfin pu faire entendre sa voix ce 30 juillet sur les ondes de France Info.

Venezuela : l’élection d’une Assemblée constituante est “une vraie alternative pour sauver le pays”