Rentrée 2018: la casse sociale et éducative

La rentrée 2018 s’annonce encore comme celle de la casse sociale et des reculs éducatifs. Ainsi pour faire pièce aux exigences continues menées conjointement par l’UE et l’OCDE pour détruire l’École de la République, on peut faire la liste (non exhaustive) suivante:

 Collège

Le Ministre Blanquer a globalement maintenu la très réactionnaire réforme du collège avec, à la clé, réduction des horaires d’enseignement, casse des cadres disciplinaires et main mise des chefs d’établissement sur l’évaluation du diplôme national du brevet.

 Lycée Parcoursup

La sélection à l’université est maintenant en place.Fin août 2017, 6000 candidats sans affectation contre aujourd’hui 45000 sans aucune affectation et 169000 qui ont quitté la plate-forme. À cela s’ajoutent les 98000 qui ne savent toujours pas où ils feront leur rentrée…

La mise en place de lycées modulaires en lien avec Parcoursup va consacrer l’inégalité scolaire entre les “winners” qui auront fait “les bons choix” et les “riens” qui n’auront pu fréquenter les “établissements performants”

Baccalauréat

Blanquer a cassé le baccalauréat national anonyme en lien avec Parcoursup, la sélection pure et dure est à l’œuvre.

 Effectifs

De très nombreuses classes à plus de 35 en lycée, des effectifs de plus en plus élevés au collège : souvent proche de 30 voire davantage avec les dispositifs d’inclusion.

Fonction publique

Suppression de  50000 postes en 2022, dont 4500 postes en 2019 dans la Fonction Publique d’État, le Ministère de l’Éducation Nationale n’est dans la liste des ministères préservés, il y aura 10000 suppressions de poste en 2020. Continuant la division déjà menée par Vallaud-Belkacem, Blanquer annonce “préserver” le primaire et “mener une gestion rigoureuse dans le second degré”.

Le gel du point d’indice perdure ainsi que la mise en place de la journée de carence: haro sur le salaire des enseignants.

Attaque contre le statut de la fonction publique avec dans un premier temps  la volonté de recourir plus souvent au contrat précaire et la mise en cause du paritarisme c’est-à-dire le règne de l’arbitraire.

cap 22 : par un communiqué de presse le 2 août (concertation mode Macron)

– Fusion des académies, janvier 2020
– rémunération au mérite
– augmentation du poids du management local (petits chefs) et fin des mutations transparentes (postes à profil)