Honneur à Arsène TCHAKARIAN, ultime survivant du groupe MANOUCHIAN et membre du Comité de parrainage du PRCF !

Communiqué de Léon LANDINI, ancien FTP-MOI, et Georges GASTAUD, secrétaire national du PRCF

 

Honneur à Arsène TCHAKARIAN, ultime survivant du groupe MANOUCHIAN et membre du comité de parrainage du PRCF !

Le PRCF salue la mémoire du camarade Arsène TCHAKARIAN, ultime survivant du groupe FTP MOI dirigé par EPSTEIN et par MANOUCHIAN.

Il faut rappeler aux Médias qui semblent l’ignorer, que les FTP MOI, de même que les FTPF, ont été mis en place par le Parti Communiste Français clandestin ou par le Front national pour l’indépendance et la liberté de la France, l’organisation unitaire de la Résistance créée à l’initiative du PCF, et qui a préparé l’avènement du CNR sous l’égide de Jean MOULIN.

Toute sa vie, Arsène est resté fidèle à son engagement antifasciste et communiste, acceptant de figurer dans le Comité d’honneur du PRCF dont il était membre, ainsi que de nombreux combattants de la Résistance armée. 

Honneur à ce camarade qui n’a jamais dévié du chemin de l’honneur, de l’antifascisme et de l’idéal révolutionnaire ! 

 

TEMOIGNAGE DE DANIEL ANTONINI

Je peux témoigner que jusqu’au bout il s’est investi en s’adressant à la jeunesse pour rappeler le rôle de la Résistance communiste, en particulier des FTP MOI. Il avait des attaches dans la région de Boulogne.

Répondant positivement à ma demande, il était venu s’adresser durant 2 heures aux lycéens du lycée Mariette à Boulogne. Il avait alors 95 ans.
Je l’entends encore, à l’issue du débat, se posant une question à lui-même : “personne ne m’a demandé si j’étais communiste !” Je vous laisse deviner la suite…

En 2016, le collège Jean Moulin du Portel célébrait ses 50 ans. J’ai sollicité le principal et, avec son accord, j’ai demandé à Arsène -qui a accepté évidemment- de venir débattre avec les collégiens et leurs professeurs. La direction du collège avait mis” les petits plats dans les grands” : réception à la mairie …de droite, présence du conseiller général socialiste et une salle du collège porte aujourd’hui son nom. Là encore, il n’a pas mis son drapeau dans la poche ; je le revois encore, debout sur la scène, à presque 99 ans, tancer un prof d’histoire qui avait eu le front de reprendre le thème “Manouchian vendu par le PCF”.

Le dernier contact que j’ai eu avec lui, c’était l’an dernier pour prendre de ses nouvelles au sortir d’un séjour à l’hôpital.

Avec les camarades de la section PRCF de Boulogne sur mer