Le premier tour des élections régionales et départementales qui se sont déroulées le dimanche 20 juin 2021 signent le grand fiasco de la prétendue « démocratie libérale ». En effet, deux électeurs sur trois ont « boudé les urnes », débouchant ainsi sur le plus fort taux d’abstention de l’histoire dans des élections nationales. Déjà, les chiens de garde (« sondagistes », éditocrates, « journalistes » aux ordres, « universitaires » faussaires…) se succèdent pour, une énième fois, expliquer les raisons de la forte abstention. Des médias dominants totalement discrédités, ne cessant de mettre à leur agenda les thématiques de la droite réactionnaire et fasciste (insécurité, immigration, islam) et de répéter à satiété que le second tour de l’élection présidentielle opposera Macron à Le Pen.

Cette antépénultième parodie de « démocratie », au-delà du coronavirus, de « l’illisibilité » des scrutins, d’un désintérêt pour la politique, résulte essentiellement de la prise de conscience sans cesse affirmée de l’impuissance et la corruption des partis établis et de l’absence de souveraineté nationale et populaire depuis que tous les parlementaires traîtres ont décidé, en février 2008, de faire passer le traité de Lisbonne rejeté trois ans plus tôt sous le vocable de « Traité établissant une Constitution pour l’Europe ». Au-delà, le puissant soulèvement des gilets jaunes, la radicalisation croissante de bases syndicales hostiles au « dialogue social » et aux autres foutaises véhiculées par les directions confédérales euro-mutantes (CGT incluse), la révulsion envers la « politique professionnelle » : autant d’éléments qui démontrent le rejet franc et massif de la pseudo « démocratie libérale » et les aspirations à une République réellement démocratique et populaire.

Cela n’empêche pas les têtes de gondole de tout ce que les travailleurs et les citoyens abhorrent (LREM-MODEM-UDI, RN, LR, PS, EELV, etc.) de poursuivre les tambouilles dont plus personne ne veut : ILS NE COMPRENNENT RIEN !

            Au-delà se confirme le discrédit majeur de « La République en miettes », humiliée dans les Hauts-de-France et écrasée dans tout le pays – sauf exception en Centre-Val de Loire –, témoignant du refus très puissant des citoyens et des travailleurs d’être gouvernés par la grande tartufferie macroniste. De même se confirme le fait que l’abstention ne fait pas le jeu du RN, mais bien au contraire le sanctionne. Et pour cause : comment croire un parti européiste, capitaliste, atlantiste, se moquant éperdument des conditions de vie des travailleurs derrière des discours ne sachant cibler que les travailleurs immigrés, et jamais les exploitateurs capitalistes – à commencer par le MEDEF ?! Les seuls vainqueurs sont les quelques têtes d’affiche LR ou ex-LR, et particulièrement Xavier Bertrand qui se positionne de plus en plus comme une alternative crédible pour la bourgeoisie capitaliste, européiste et atlantiste, au cas où celle-ci ne voudrait plus de Macron et ne voudrait pas de Le Pen.

Ces élections confirment également la faiblesse de la « gauche » établie, en dépit de certains scores qui s’apparentent davantage à une prime aux sortants locaux comme dans le Centre-Val de Loire. Cela n’empêche pas des « socialistes » et « écologistes » d’éructer  quelques bons scores et, déjà, de s’apprêter à transformer LREM ou LR en « barrage antifasciste » en cas de risque (très réduit) de basculement d’une région dans le giron du RN. Ce genre de tambouille ne pourra faire illusion, d’autant plus lorsque l’on voit que « l’union de la gauche » dans les Hauts-de-France est incapable de rivaliser avec Xavier Bertrand et le RN.

Quant à la France insoumise, elle coule littéralement. De toute évidence, et malgré les nombreux avertissements du Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) au sein de plusieurs lettres ouvertes, LFI a maintenu sa ligne euro-compatible suicidaire, symbolisée par la présence de l’européiste et anti-chaviste Manon Aubry auprès d’un Jean-Luc Mélenchon déconfit au moment de son allocution. On passera sur l’intervention de Fabien Roussel qui se félicite de la progression des « listes sociales et écologiques », s’apprêtant déjà à valider a posteriori les alliances avec les partis fédéralistes, européistes, capitalistes et atlantistes que sont le PS et EELV, qui ont adopté la honteuse résolution du Parlement européen du 19 septembre 2019 assimilant le communisme au nazisme.

Ces élections confirment plus que jamais la nécessité d’une véritable alternative au faux « duel » et vrai duo Macron-Le Pen en 2022, duo programmé par des médias aux ordres qui craignent une remise en cause d’une macronie de plus en plus discréditée – en témoigne le misérable score de Laurent Pietraswezski dans les Hauts-de-France, le « monsieur retraites » du gouvernement – et qui ne cache plus son visage réactionnaire et fascisant. Elles démontrent également l’impuissance des formations de gauche s’alignant sur le PS et EELV, condamnées à un rôle de faire-valoir avec des formations européistes et anticommunistes tout en abandonnant la lutte en faveur d’un véritable changement social et démocratique.

Un changement qui ne peut passer que par la lutte contre la fascisation croissante et le capitalisme euro-atlantique, nécessitant plus que jamais d’en finir avec l’euro, l’UE, l’OTAN et le capitalisme, autant de verrous à la souveraineté nationale et populaire et à l’établissement d’une République une et indivisible, sociale et laïque, souveraine et démocratique, fraternelle et pacifique, dans laquelle les citoyens – et notamment les travailleurs – exerceraient enfin véritablement le pouvoir dégagé de toute féodalité politique et économique.

Un changement qui nécessite la renaissance d’un parti communiste franchement marxiste-léniniste et la mise en place d’un nouveau CNR antifasciste, patriotique, populaire et écologiste, fédérant les communistes, les insoumis, les progressistes et patriotes sincèrement antifascistes, les syndicalistes de combat, les travailleurs, les gilets jaunes, tous les opprimés désireux de briser toutes les chaînes asservissant la souveraineté nationale et populaire.

Un changement que propose le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF) qui porte avec sa tête Fadi Kassem une Alternative Rouge et Tricolore pour 2022, dont la censure par les médias ne pourra résister à terme à l’accueil positif croissant auprès des citoyens et des travailleurs, afin qu’adviennent les « nouveaux Jours heureux » dont nous avons tant besoin !


Les résultats :

Au soir du 20 juin 2021, aucun résultats complets n’étaient publiés par le site du ministère de l’intérieur

  • https://elections.interieur.gouv.fr/regionales-2021/index.html
  • https://elections.interieur.gouv.fr/departementales-2021/index.html

La Réunion

Abstention 63.56%

Droite Robert 31.1% / Gauche PCR LFI 20.47% / PS Bareigts 18.48% / DVG Miranville 9.91% Dvg Lebreton 7.8% / Dvg Hoarau 4.24% / ecolo Cadet 2.64 / Ecolo Marchaud 2 / RN Rivière 1.47 / LO Payet 1.14

les estimations des résultats nationaux par IPSOS pour France Television

  • Abstention : 66,1% contre 50.1% en 2015
  • exprimés
    • Bloc hors Macron, LR et RN : 36.5% (en 2015 : %)
      • LO : 2.3% (en 2015 : 1.5%)
      • LFI et alliés seuls : 5.2% (en 2015 : 2.5%)
      • Union avec tête de liste PS : 15.8% (en 2015 : 24.7%)
      • Union avec tête de liste EELV 13.2% (en 2015 : 7.2%)
    • Bloc LR : 29.7% (en 2015 : 30.7%)
    • RN : 19.3% (en 2015 : 27.7%)

Ile de France :

Abstention 67.5%

LR Pecresse 34.7% / RN Bardella 13.6% / EELV Bayou 13.6% / LREM Saint Martin 11.7% / PS Pulvar 11.3% / LFI Autain 10.2%

PACA

Abstention : 66.3%

RN Marianni 35.9% / LR UDI LREM Muselier 32.5% / EELV PS Felizia 15.9% / ecologistes Governatori 5.4% / DLF Chuisano 2.7% / LO Bonnet 2.7%

Bourgogne Franche Comté

Abstention : 65.8%

PS Dufay 26.6% / RN Odoul 23.6% / LR UDI DLF Platret 21.2% / LREM Thuriot 11.9% / EELV 9.7% / LFI Genérations Faudot 4.4% / LO Rocher 2.6%

Grand Est

Abstention 70.8%

LR Rottner 30.2% / RN Javobelli 20.6% / EELV PS 14.9% / LREM 11.5% / LFI Generations Filippetti 8.5% / Extrême droite Philippot 6.9% / Régionaliste Meyer 4.2% / LO 2.6%

Centre Val de Loire

Abstention 67%

PS Bonneau 25.5% / RN Nikolic 22% / LR Forissier 18.4% / LREM Fesneau 16.3% / EELV LFI Generation Fournier 10.9% / divers gauche Clément 4.5% / LO Megdoud 2.4%

Auvergne Rhône Alpes

Abstention 65.1%

LR Wauquiez 42.7% / EELV Génération Grebert 14.9% / RN Kotarac 12.7% / PS PCF Vallaud Belkacem 11.1% / LREM 9.5% / PCF LFI Culierman 5.9% / LO Gomez 2%

Pays de la Loire

Abstention 69.8%

LR Morançais 34% / EELV LFI Generation 18.6% / PS PCF Garot 16.6% / RN Juvin 12.7% / LREM De Rugy 11.7% / DLF Bayle de Jessé 3.2% / LO Le Beller 2.5%

Nouvelle Aquitaine

Abstention 62.9%

PS PCF Rousset 29.2% / RN Diaz 17.5% / LREM Daiusscq 1% / EELV Genration THierry 12.7% / LR Florian 11.5% / divers droite Puyjalon 7.2% / LFI NPA Guetté 5.5% LO Perchet 1.7%

Haut de France

Abstention 67%

LR Bertrand 42.1% / RN Chenu 24.5% / EELV PS PCF LFI Delli 18.3% / LREM Peitraszewski 9.1% / LO Pecqueur 3.5% / DLF ex RN Evrard 1.9%

Bretagne

Abstention 64%

PS PCF Chesnais Girard 21.3% / LR Le callennec 16.1% / LREM Burlot 15.4% / EELV Génération Desmares Poirrier 14.7% / RN Pennelle 14.4% / écologiste Cueff 6.3% / LFI Cadalen 5.5% / LO amon 2.2% / régionalistes Martin 1.6% / DL Cabas 1.5%

Corse

Abstention 44.1%

Régionalistes Simeoni 29.6% / LR Marcangeli 25.6% / PNC Angelini 13.1% / Benedetti CIF 8.4% Talamoni 6.9% / LREM Orsucci 5% / RN Filoni 4.1% / EELV Simonpietri 3.5% / PCF Stefani 3.1% / Extrême droite Giacomi 0.7%

Occitanie

Abstention 61.4%

PS PCF Delga 39.5% / RN Garraud 22.9% / LR Pradié 11.9% / EELV Genération 8.9% / LREM Terrail 8.3% / LFI NPA Martin 5.1% / LO Adrada 2.2% / régionaliste Davezac 0.8%

Normandie

Abstention 67%

LR Morin 35.1% / RN Bay 20.4% / PS EELV Génération Boulanger 18.3% / LREM Bonnaterre 11.6% / PCF LFI Jumel 9.8% / LO Le Manach 3.6%