Alors que se dessine ce dimanche le second tour des législatives, deux prises de position des camarades du PRCF du bassin minier du Pas de Calais et du Val de Marne


PRCF 62 : « battre l’extrême droite xénophobe, de limiter au maximum l’emprise de Macron et de son programme anti-ouvrier sur le Parlement et d’ouvrir une brèche institutionnelle plus large à l’intervention du mouvement populaire »

Second tour de la législative de Lens-Avion-Eleu…
Communiqué de presse de la section de Lens du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France)

Bien que la NUPES ait éludé toute clarification de ses positions sur la paix (assez de livraisons d’armes à Kiev au risque d’allumer une guerre continentale entre l’OTAN et la Russie!), sur l’Europe fédérale (abandon de l’unanimité pour la règle de la majorité en Europe), sur les retraites (la retraite à 60 ans est une illusion sans intégration des années de formation et sans le retour aux 37 annuités et demi supprimées par Fillon), sur l’indexation des salaires sur les prix, la section de Lens appelle à voter pour le maire d’Avion Jean-Marc Tellier. Il s’agit de battre l’extrême droite xénophobe, de limiter au maximum l’emprise de Macron et de son programme anti-ouvrier sur le Parlement et d’ouvrir une brèche institutionnelle plus large à l’intervention du mouvement populaire.

PRCF 94 : À PROPOS DES RÉSULTATS OBTENUS PAR RACHEL KEKE ET DU 2nd  TOUR DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

FRESNES, 16 juin 2022 — Le PRCF 94 tient à s’exprimer à propos des résultats obtenus lors du 1er tour des législatives par Rachel Keke, candidate NUPES dans la septième circonscription du Val-de-Marne (Fresnes, Chevilly-Larue, L’Haÿ-les-Roses, Rungis, Thiais).
Nous tenons en premier lieu à féliciter Rachel Keke d’être arrivée en tête de ce premier tour avec 37,22 % des voix contre 23,77 % pour Roxana Maracineanu (ENSEMBLE !), ancienne ministre déléguée chargée des sports sous la présidence Macron.
Cependant, ces relatifs bons résultats de Rachel Keke et de la NUPES au niveau national sont à considérer à l’aune d’une abstention massive et inédite (52,5%) pour des élections législatives sous la 5ème République, atteignant jusqu’à 70 % chez les moins de 35 ans !
La NUPES a obtenu, au niveau national, environ 2 millions de voix de moins que Mélenchon pour les présidentielles de 2022 et Rachel Keke 4000 voix de moins que LFI  dans cette même circonscription. Il y a bien là, malgré une certaine dynamique positive chez les votants de gauche, un échec de la NUPES à mobiliser massivement les travailleurs, les quartiers populaires et la jeunesse !
Si, évidemment, l’éventuelle majorité (relative ou absolue, relative espérons-le) du Président Macron sera, de fait, illégitime, celle de son premier groupe d’opposition, la NUPES, le sera tout autant, le comble pour une union se voulant sociale et populaire !
Pour le PRCF, cela n’est pas une surprise. En effet le programme de la NUPES est, sur beaucoup de points, encore plus timide que ne l’avait été en 1997 celui de la « gauche plurielle » (ou devrait-on dire « la gauche plus-du-tout »), gouvernement qui avait entériné un nombre record de privatisations, dans des secteurs fondamentaux et stratégiques de l’économie française. Nous en  payons toujours, aujourd’hui, les pots cassés, en termes d’emplois, de casse sociale, de hausse des prix -depuis l’ouverture à la concurrence du secteur énergétique initiée en 1999, cette hausse est continue-, de dégradation des services publiques et perte de souveraineté, tout cela sous la férule de l’U.E. et ses Grandes Orientations des Politiques Économiques.
La NUPES, même à Matignon, n’aurait ni la volonté politique de renverser des décennies de casse des services publiques,  ni les moyens -comment pourrait-elle les avoir ?- puisqu’elle refuse de se les donner, pour des raisons idéologiques, en n’abordant jamais la question de la sortie de l’U.E., le frexit progressiste, suite à l’abandon par Mélenchon après 2017 de son credo « l’UE, on la change ou on la quitte ».
Comment alors espérer mobiliser les couches populaires, les plus touchées par l’euro-austérité et la désindustrialisation ?
Ceci montre qu’il est plus que jamais urgent, aujourd’hui, de reconstruire une Alternative Rouge et Tricolore, s’appuyant sur les travailleurs, les quartiers populaires et la jeunesse et aussi un syndicalisme de classe, de masse, et de combat ; cela pour mettre fin à la destruction des services publics, en particulier aux attaques du régime Macron contre l’Éducation Nationale et les Hôpitaux Publics, pour redonner une souveraineté populaire à la Nation, reconstruire une industrie locale sous contrôle public, mettre fin au chômage de masse et à la précarité -nous repensons à ces images de files d’attente interminables d’étudiants pour obtenir de l’aide alimentaire- et créer des emplois protégés et épanouissants tout en augmentant les salaires, protéger les espaces agricoles et naturels de notre pays et lutter réellement contre le réchauffement climatique –constatons la canicule actuelle  d’une précocité et intensité inédite pour un mois de juin- et enfin construire le socialisme en donnant le pouvoir politique aux travailleurs, seule solution viable pour régler tous ces problèmes qui sont systémiques en régime capitaliste.
Pour autant, une victoire de Rachel Keke dimanche prochain, syndicaliste de combat et ancienne femme de chambre ayant participé à la lutte victorieuse et exemplaire des travailleuses de l’hôtel IBIS Batignolles, serait symboliquement un très fort message, une véritable claque progressiste envoyée à la figure du régime Macron. D’autant plus que depuis des décennies les bancs Assemblée Nationale se sont vidés de représentants véritables du monde du travail et de travailleurs issus des couches populaires -ceci coïncidant avec la liquidation-dénaturation du PCF- et participant à la crise de légitimité de la 5ème République .
De plus, Rachel Keke subit, surtout depuis son arrivée en tête au premier tour, des attaques abjectes de la part de son adversaire macroniste Roxana Maracineanu, celle-ci n’hésitant pas à faire un appel de pied à l’extrême-droite en enjoignant les électeurs n’ayant pas voté Rachel Keke « à faire barrage contre l’extrême gauche », rejoignant sur ce point son patron Macron qui refusa de donner de consignes nationales de vote en cas second tour NUPES-RN, se refusant ainsi à appeler explicitement à ne pas voter RN.
Ce faisant, Roxana Maracineanu devient, au niveau local, porte-étendard de la fascisation en cours depuis des années en France, qui s’est accélérée sous le régime Macron -répression sanglante des gilets jaunes, instrumentalisation de la laïcité contre les musulmans de France, popularisation du terme « islamo-gauchisme » issu de l’extrême-droite, invitation d’un néonazi ukrainien, Andry Parouby, en 2018 à l’Assemblée Nationale, soutien tacite à des organisations de policiers factieux, lois liberticides etc.-, fascisation dénoncée depuis des années et de manière constante par le PRCF.
C’est pour cela que le PRCF 94 renouvelle son soutien critique à Rachel KEKE, en regrettant une nouvelle fois son absence de réponse à nos sollicitations.
Le PRCF 94 appelle donc les votants de la septième circonscription du Val-de-Marne à mettre un bulletin Rachel Keke dans l’urne ce dimanche 19 juin et envoyer une syndicaliste de combat et sincère représentante du monde du travail à l’Assemblée Nationale