#PARIS20124 : Les JO à PARIS, une fausse bonne nouvelle pour notre pays – Déclaration du PRCF

Le PRCF avait déjà fait part de son peu d’enthousiasme pour la candidature de Paris aux J0 2024 à deux occasions :

  • Lors de l’annonce tapageuse de cette candidature
  • Lors du lancement en anglais de cette campagne à l’aide du slogan d’une grande médiocrité affiché sur la Tour Eiffel en présence du maire de Paris et du premier ministre Bernard Cazeneuve, cela en violation de la Constitution (« la langue de la République est le français ») et de la loi Toubon d’août 1994 ;

Auparavant, le PRCF avait aussi appuyé la campagne de certains citoyens de la Haute-Savoie contre la proposition d’organiser les J.O. d’hiver à Annecy : les Savoyards ont en effet toutes raisons de se méfier du surcroît de pollution, de dépenses publiques à fonds perdus, d’embarras routiers prévisibles et de déficits publics abyssaux que comportent généralement ce type de « réjouissances ».

C’est pourquoi l’annonce des J.O. à Paris est une fausse bonne nouvelle que la capitale française, l’Ile-de-France, la population laborieuse, les citoyens respectueux de la langue française, les défenseurs de l’environnement, les critiques légitimes des énormes dérives du sport capitaliste, et tout bonnement, les contribuables parisiens, franciliens et français paieront immanquablement fort cher… à la différence des chasseurs de profits de tous poils.

Le gouvernement ferait mieux de développer correctement l’Education physique et sportive à l’école, de rendre aux municipalités les moyens de mettre en place et de faire fonctionner correctement des équipements sportifs au plus près de la population (piscines, stades, etc.) et d’affecter les ressource nécessaires, dans le cadre d’une nationalisation démocratique des secteurs-clés de l’économie, à la renaissance du produire en France (industrie, agriculture, artisanat…) que broient chaque jour un peu plus les barnums planétaires du sport capitaliste (que nous ne confondons pas avec « le sport » en général) au seul service des prédateurs de l’immobilier, des barons du BTP, des promoteurs de l’économie parasitaire et des mercenaires gavés d’argent – et souvent de dope – du sport-spectacle.

Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF,
Fadi Kassem, coordinateur du PRCF pour la région parisienne.

Déclaration du PRCF – 13 septembre 2017