#mareepopulaire : Forte mobilisation et tous ensemble pour opposer un front populaire aux attaques de Macron-UE-MEDEF

En 2016, alors que les manifestants se mobilisaient par millions pour refuser la Loi Travail, traduction des ordres de l’Union Européenne pour faire sauter le code du travail et satisfaire ainsi aux volontés du grand patronat, les communistes du PRCF appelaient pour permettre aux travailleurs de passer à la contre-offensive à la construction d’un large front antifasciste, populaire progressiste et écologique. Un FRAPPE pour faire face à la fascisation en cours et faire gagner les droits des travailleurs : droits sociaux, droits démocratiques, droit écologique. Et en termes de méthode de lutte, de proposer pour accélérer le et en même temps une grande manifestation nationale à Paris, et également de stopper l’opposition et la division stérile entre action syndicale et perspective politique.

En mars dernier, le PRCF a lancé un appel pour le tous ensemble et en même temps. Un appel répondant à une large aspiration populaire.

De fait, du 5 mai avec la manifestation nationale de la Fête à Macron au 26 mai et sa – alors que d’une même voix la CGT de la Chimie et le porte-parole de la France Insoumise appellent à un Front Populaire – force est de constater que ces idées, analyses et propositions sont largement reprises. Une grand mouvement peut se lever dans le pays. Oui, le régime Macron attaque tout azimut.  Pour suivre les ordres de Bruxelles et du MEDEF, mais également pour tenter de briser et d’isoler les résistances  populaires en écrasant chacun à leur tour travailleurs du privé, cheminots, étudiants et demain les fonctionnaires avant de s’en prendre à tous avec la casse de la Sécu et des retraites prévues en 2019. Mais oui, la colère gronde et les Français savent qu’ils sont plus de 80% à ne pas avoir voté pour Macron et encore moins à avoir voté pour ses députés fantoches. Non, Macron n’est pas légitime, oui, ce banquier est ultra-minoritaire, et il compense sa faiblesse démocratique par un gouvernement violent, autoritaire, totalitaire et de plus en plus ouvertement fascisant. Oui, il est possible de le stopper, et sans attendre 2022. En répondant tous présents pour un vrai front populaire empêchant l’euro-destruction et la vente à la découpe du pays, de son appareil de production et de ses services publics. Les centaines de milliers de manifestants qui ce 26 mai à travers tout le pays ont repris en cœur des slogans tels que “c’est pas au patronat de faire la loi, la vrai démocratie elle est ici”, lancé en 2010 par le PRCF ou “Même macron même combat” et surtout le très opérationnel “grève générale quoi de plus normal” sont le signe que la mobilisation populaire peut changer le rapport de forces à l’avantage de la classe des travailleurs. Macron, l’Union Européenne et le MEDEF, ils détruisent le pays, le peuple peut les stopper en bloquant leurs profits. En aidant à la grève des cheminots et en s’activant pour accélérer le lancement de mouvements de grèves interprofessionnelles, à la base, à travers des assemblées générales réunissant les travailleurs de tous les secteurs.

La présence du PRCF aura été remarquée et visible, en témoigne par exemple les images du JT de France 2 où le drapeau du PRCF était visible dans la manifestation à Marseille.

Les chiffres : 280 000 manifestants dans toute la France

Avec plus de 80 000 manifestants à Paris, 65 000 à Marseille et des centaines de milliers dans les plus de 200 manifestations en France, c’est bien une première marée populaire qui s’est levée en France ce 26 mai. La rengaine des chiens de garde des médias ne doit leurrer personne. S’ils mordent c’est parce qu’ils ont peur de la colère populaire. Et les petites méthodes minables des rédactions des médias aux ordres du régime Macron et de ses milliardaires sont assez grotesques. À l’image de ce journal télévisé de 20h de France 2 annonçant une baisse du nombre de manifestants, en comparant les chiffres douteux de l’officine de propagande “Occurence” et de ses capteurs de supermarchés, entre le 5 mai, jour de la manifestation nationale unique de la Fête à Macron, avec ceux d’aujourd’hui. Passant sous silence les cortèges qui ont fait le plein partout en France. Alors place aux chiffres, des chiffres qui témoignent d’une mobilisation en hausse, supérieure à celle du 22 mai.

  • Paris : 80 000 manifestants
  • Marseille : 65 000 manifestants
  • Toulouse : 20 000 manifestants
  • Lille : 8 000 manifestants
  • Nantes : 6 000 manifestants
  • Montpellier : 5 000 manifestants
  • Grenoble : 5 000 manifestants
  • Nice : 4 000 manifestatns
  • Strasbourg : 4 000 manifestants
  • Nancy : 4 000 manifestants
  • Perpignan : 3 500 manifestants
  • Rouen : 3 000 manifestants
  • Toulon : 3 000 manifestants
  • Lyon : 2 000 manifestants
  • Tours : 2000 manifestants
  • Le Havre : 2 000 manifestants
  • Avignon : 2 000 manifestants
  • Clermont Ferrand : 2 000 manifestants
  • Angoulème : 1 500 manifestants
  • Tarbes : 1700 manifestants
  • Saint Etienne : 1 500 manifestants
  • Dijon : 1 000 manifestants
  • Annecy : 1 000 manifestants
  • Cherbourg : 1 000 manifestants
  • Chambéry : 1 000 manifestants
  • Metz : 1 000 manfestants
  • Roanne : 700 manifestants
  • Rodez : 600 manifestants
  • Narbonne : 600 manifestants
  • Agen : 500 manifestants
  • Albi : 500 manifestants
  • Pamiers : 500 manifestants
  • Auxerre : 300 manifestants
  • etc.

Les photos et vidéos

À Marseille, le PRCF est présent, membre de la démarche collective “Stop Macron”, une délégation de deux camarades du PRCF est présente aux cotés de l’ensemble des partenaires derrière la banderole de tête.

Les militants du PRCF étaient également présents dans la manifestation, avec une distribution sur la Canebière de plus de 1000 tracts avant le départ, d’une centaine de tracts, de slogans et chanson aux manifestants, puis dans le défilé qu’ils ont animé avec les slogans et chansons proposés par Initiative Communiste. À noter que le matin, les militants du Vaucluse avaient manifesté à Avignon.

A Paris

À Paris, la place de la République bien remplie par la manifestation alors que les boulevards Magenta et du Temple font également le plein. La foule des grosses manifestations


À Montpellier le PRCF 34 a pris la parole

À Grenoble, avec les drapeaux du PRCF

À Lille, les militants du PRCF 59 ont également fait flotter les drapeaux rouges du PRCF