La lettre de Annie Lacroix-Riz à Philippe Martinez contre la nouvelle campagne diffamatoire menée par Pascal Debay

En catastrophe devant la bronca des syndicalistes CGT et des antifascistes on se souvient que Philippe Martinez avait du prendre la décision de retirer une fiche lançant des attaques ignobles contre l’historienne Annie Lacroix-Riz, une historienne faisant référence quant il s’agit de connaître l’histoire contemporaine des années 30 et de la montée du fascisme en France puis de la collaboration.

Pour autant les attaques par les initiateurs de cette fiche – en particulier Pascal Debay responsable de la « formation » des cadres de la CGT, artisan d’une manifeste déclaration de guerre à tous ceux qui ne partagent pas ses préceptes, des proches de la Confédération Européenne des Syndicats d’après ce qu’en disent certains militants CGT fin connaisseurs des arcanes de la confédération – n’ont pas cessé. Des attaques qui s’appuient sur l’utilisation massive et ad nauseam des éléments de propagande diffusée par rien moins que des personnalités coutumières des … manifestations de l’Action Française. Car les sources de Pascal Debay ne sont rien moins que Olivier Dard, l’auteur de la fiche biographique à la gloire de Maurras qui a provoquée un scandale international il y a peu, le soit disant historien réussissant à ignorer l’antisémitisme du chef de l’Action Française.

Annie Lacroix-Riz lance une alerte à tous les syndicalistes car de telles méthodes – pratiquant l’amalgame et reprenant les calomnies déversées par l’extrême droite – doivent être combattue avec vigueur. Personne ne peut laisser affaiblir et diviser et la CGT et l’ensemble du mouvement syndical par de tels procédés qui entretiennent la confusion et participent objectivement de la fascisation.

Après les Gilets jaunes qualifiés de racistes, xénophobes, fascistes, etc., tous les « déviants » idéologiques seraient donc des « négationnistes ». De telles méthodes provoquent la nausée. Il convient que tous les syndiqués soient informés, comme tous les démocrates, de méthodes dignes de la clique de René Belin. Elles ne visent pas une personne, cela va de soi, mais tous ceux qui luttent contre le capitalisme, ses auxiliaires et ses représentants.

C’est dans ce contexte qu’Annie Lacroix-Riz a donc a nouveau écrit au secrétaire général de la CGT Philippe Martinez pour protester solennellement contre les diffamations aggravées auxquelles s’est livré Pascal Debay. Une lettre reproduite in extenso ci après et que chacun peut partager largement.

Le Comité Central du PRCF réunie ce 3 février 2019 a adopté une motion de soutien à Annie Lacroix-Riz, dénonçant ceux qui pour interdire le débat au sein du mouvement syndicale tentent de criminaliser indirectement tous ceux qui, à l’exemple d’Annie, luttent pour le retour à une orientation syndicale combative de lutte de classes et qui refusent l’assujettissement de la Confédération à ces courroies de transmission « syndicales » du MEDEF et de l’UE que sont, en France, la C.F.D.T. et en Europe, la C.E.S.

Lettre de Annie Lacroix-Riz à Philippe Martinez, 4 février 2019, et annexe sur la nouvelle campagne de Pascal Debay

Lettre ALR à Philippe Martinez, 4 février 2019, et annexe sur la nouvelle campagne de Pascal Debay

 La motion de soutien du comité central du PRCF à Annie Lacroix-Riz

LE COMITE CENTRAL DU P.R.C.F. APPORTE SON SOUTIEN FRATERNEL A ANNIE LACROIX RIZ, HISTORIENNE EMERITE ET MILITANTE FRANCHEMENT COMMUNISTE, CIBLE D’UNE HONTEUSE ATTAQUE ANTI-COMMUNISTE DIFFAMATOIRE

Au nom du comité central du PRCF réuni le 3 février 2019, le secrétariat national du Pôle apporte sa pleine solidarité politique et amicale à la camarade Annie Lacroix-Riz, professeur émérite à Paris-VII, historienne connue nationalement et internationalement pour ses recherches en histoire contemporaine, pour son exercice intransigeant de la méthode scientifique en histoire, pour sa dénonciation implacablement argumentée de Vichy et de la collaboration, pour son engagement sans faille contre le négationnisme historique, la fascisation et l’euro-dissolution de la République. Depuis trop longtemps, ces engagements scientifiques et civiques courageux valent à Annie la haine flatteuse des réactionnaires, des falsificateurs de l’histoire et de toute une fausse gauche pataugeant dans l’anticommunisme, l’euro-atlantisme belliciste, le carriérisme, pratiquant l’amalgame odieux « communisme = fascisme » et s’adonnant à une forme d’euro-maccarthysme qui usurpe et dévoie le noble titre d’antifasciste.

Dans ces conditions, il est scandaleux de constater que certaines officines de « formation » qui se réclament de la confédération CGT pratiquent les amalgames les plus répugnants pour tenter de diffamer et de marginaliser notre camarade alors que, depuis toujours, A. Lacroix-Riz, petite-fille de Benjamin Arbessmann, déporté et assassiné à Auschwitz, est une militante communiste irréprochable, une syndicaliste de lutte présente sur tous les fronts, une ennemie irréconciliable du fascisme, de l’extrême droite et de l’antisémitisme. Au-delà de la personne d’Annie, les diffamateurs veulent torpiller le débat démocratique et le libre échange d’idées au sein de la CGT ; ils veulent aussi criminaliser indirectement tous ceux qui, à l’exemple d’Annie, luttent pour le retour à une orientation syndicale combative de lutte de classes et qui refusent l’assujettissement de la Confédération à ces courroies de transmission « syndicales » du MEDEF et de l’UE que sont, en France, la CFDT, et en Europe, la Confédération européenne des syndicats. Déjà à l’automne 2017, ces mêmes milieux social-maccarthystes (syndicalistes en paroles, mais euro-maccarthystes en pratique !) avaient prétendu exclure des cortèges syndicaux les syndicalistes favorables au Frexit, sordidement assimilés à l’extrême droite par un obscur texte confédéral : amalgame d’autant plus mensonger qu’un nombre croissant de militants CGT se prononcent pour un Frexit PROGRESSISTE ET INTERNATIONALISTE et qu’à l’inverse, Marine Le Pen annonce que la France restera arrimée à l’UE et à l’euro si le RN arrive au pouvoir !

Alors que toutes les forces de la CGT et de la FSU devraient être mobilisées pour défendre les syndicalistes de classe et les Gilets jaunes réprimés, licenciés, radiés, mutilés, embastillés par l’Etat policier macroniste, par le grand patronat et par sa « justice » de classe, il est extrêmement inquiétant de voir se développer dans la CGT et dans d’autres syndicats les prémices d’une chasse aux sorcières contre les militants jugés trop rouges. Cette orientation de division ne peut qu’affaiblir la CGT, que la pousser encore davantage vers l’euro-réformisme destructeur qui a déjà tant nui à la CGT, aux travailleurs et à la souveraineté de la nation.

 Certes, le PRCF se réjouit que, prenant acte de la protestation de très nombreux militants, Philippe Martinez ait désavoué les chasseurs de sorcières et qu’il ait adressé une lettre d’excuses publique à Annie ; mais il n’en est que plus scandaleux que, passant outre ce désaveu public, certains milieux pseudo-syndicalistes aient aussitôt contre-attaqué en intensifiant, comme si de rien n’était, la campagne de calomnies contre Annie Lacroix-Riz, et désormais aussi contre Maxime Vivas, administrateur du site Le Grand Soir.

Plus que jamais le PRCF ripostera, non seulement en soutenant notre camarade, en appelant les organisations franchement communistes, progressistes, antifascistes, à diffuser les écrits historiques d’Annie, en apportant un appui plus résolu encore à la bataille d’idées pour la renaissance du syndicalisme de classe et de masse, mais en invitant un maximum de syndicalistes de terrain à participer fraternellement aux débats sur le Frexit progressiste que le PRCF se propose de susciter et d’organiser dans notre pays.Pour le Comité central du P.R.C.F.

Léon Landini, président de l’Amicale des anciens FTP-MOI du bataillon Carmagnole-Liberté, Médaille de la Résistance, Officier de la Légion d’honneur, Grand Mutilé de Guerre, président du PRCF –  Pierre Pranchère, anc. maquisard FTPF, anc. député de Corrèze, anc. membre du CC du PCF, anc. député européen, vice-président du PRCF – Jean-Pierre Hemmen, fils de Fusillé de la Résistance et combattant des Brigades internationales d’Espagne, responsable de la commission histoire/mémoire de la Revue EtincellesGeorges Gastaud, philosophe, secrétaire national du PRCF, fils de Résistant décoré par la France, la Pologne populaire et les Etats-Unis – Vincent Flament, rédacteur en chef d’Initiative Communiste – Fadi Kassem, membre du secrétariat du PRCF, agrégé d’histoire – Jo Hernandez, responsable de la commission luttes du PRCF – Antoine Manessis, responsable international du PRCF, fils de Résistants communistes – Aymeric Monville, philosophe, éditeur – Annette Mateu-Casado, trésorière nationale du PRCF, fille de Républicains espagnols communistes et résistants – Christophe Pouzat, neurobiologiste, responsable adjoint des relations internationales du PRCF – Jany Sanfelieu, secrétaire à l’organisation du PRCF, fille de combattant républicain de la Guerre d’Espagne – Gilliatt de Staërck, conducteur d’autocar, secrétaire national des JRCF –

S’associent à cette protestation : Marie-Claude Berge, agrégée d’histoire, Benoit Foucambert, professeur d’histoire-géographie, Marc-Olivier Gavois, professeur d’histoire-géographie ; Gilda Landini-Guibert, agrégée d’histoire


Scandaleux, Pascal Debay veut orienter la CGT sur les thèses du thuriféraire de Maurras et de l’Action Française, Olivier Dard.

Oui, Olivier Dard, le genre d'”expert sérieux” et de procureur d’Annie Lacroix-Riz, que sollicite désormais le service public d’information plus volontiers que les historiens puisant leurs analyses aux faits, aux sources, au travail minutieux dans les archives comme Annie Lacroix-Riz. Peu importe le flacond pourvue qu’il déverse de l’anticommunisme…

Pour qui veut voir ce que c’est que sont les thèses d’Olivier Dard,
ce défenseur ardent de Charles Maurras et Cie ( ici en “bonne compagnie” gourmée, universitaire et mandarinale ) :
etc..
C’est le genre de thuriféraire de l’Europe “de mille ans”, de prêche et de “moraliste intransigeant” qui inspire Debay et à quoi la direction de la CGT semble donc s’associer !

Pour mémoire, Olivier Dard est ce professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris-Sorbonne, “spécialisé sur l’extrême droite”, qui a écrit une biographie de Charles Maurras.

Rappelons que Charles Maurras (1868-1952) était un journaliste, essayiste, homme politique et poète français, théoricien du nationalisme intégral. Il a dirigé le journal L’Action française, fer de lance du mouvement Action française, autour de Léon Daudet, Jacques Bainville, et Maurice Pujo. Nationaliste et contre-révolutionnaire, l’Action française prône alors une monarchie héréditaire, antiparlementaire et décentralisée, mais également un antisémitisme d’État et devient le principal mouvement intellectuel et politique d’extrême droite sous la Troisième République. Il soutint le régime de Vichy, ce qui lui valut d’être condamné pour intelligence avec l’ennemi à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale, le 28 janvier 1945. C’était donc un féroce anti-résistant :

Dans le premier numéro de 1944, Maurras a des voeux limpides : “Nous répétons qu’il doit y avoir à Toulouse comme à Grenoble des têtes de communistes et de gaullistes connus. Ne peuvent-elles pas tomber ? […] L’important est de trier, de juger, de condamner, d’exécuter.”

C’était aussi un féroce antisémite, délateur régulier, appelant parfois aux meurtres :

L’édifiant appel de Maurras contre les “menaces” des “hordes juives” en général, et contre Roger Worms en particulier – qui entraînera l’exécution de son père sur la Côte d’Azur 4 jours plus tard, le jour des 10 ans du 6 février 1934 (date avérée par le dossier d’instruction cité, BB/18/7113, 8 BL 441 R, Charles Maurras « Collaborateur »)

Une polémique a surgi récemment, car Olivier Dard n’a pas écrit le mot “antisémitisme” dans la notice de deux pages que le Ministère de la Culture l’avait chargé de rédiger sur Charles Maurras pour le Grand livre officiel des commémorations (pour les 150 ans de sa naissance – commémoration heureusement annulée depuis). Ceci a fait réagir plusieurs historiens (voir ici) et journalistes :

La notice officielle rédigée par Olivier Dard pour le Grand livre officiel des commémorations nationales (150e anniversaire de la naissance de Charles Maurras – inscription retirée depuis)

Le 2 février 2018 sur France Culture, Olivier Dard fait part de son embarras : « Ben, je ne sais pas » pourquoi j’ai oublié ce mot, a-t-il piteusement déclaré (à écouter ici, à 9’40), ajoutant “je ne suis pas au tribunal” :

Cette grave amnésie a cependant été peu dénoncée dans les médias, à la notable exception de Daniel Schneidermann (source) :

Pourtant, on peut se demander si un tel “oubli” est véritablement surprenant, venant d’un Historien vraiment très apprécié par… l’Action Française ! (qui existe toujours) Et à qui il rend souvent visite pour y réaliser des conférences. À titre d’exemple, voici un petit échantillon non exhaustif de ce qu’on retrouve sur Internet :

11 janvier 2014 : petit gueuleton amical après une sympathique visite de la maison et des jardins de Maurras à Martigues. recommandé par l’Action française (Source)

Finalement, pas encombrant pour tout le monde… (Source)

6 février 2014 : interview d’Olivier Dard à la Revue de l’Action Française, relayée sur leur site, où il atténue la portée des émeutes du 6/2/1934, et indique qu’il est “nécessaire et légitime de se souvenir des morts” (d’extrême droite) de ce jour-là, qui voulaient attaquer le Parlement (Source)

16 mai 2014 : dédicace de sa biographie de Maurras par Olivier Dard… à l’Action française (Source)

16 décembre 2016 : Conférence au Cercle de Flore – à l’Action française… (Source)

20 janvier 2017 : une conférence sur “Le Rayonnement de l’Action française à l’étranger” au Cercle Charles Maurras – à l’Action française… (Source)

1er février 2017 : Reprise par le site de l’Action française de l’interview d’Olivier Dard accordée au Cercle Henri Lagrange (ancien Secrétaire général des étudiants de l’Action française) (Source)

5 mai 2017 : reprise par l’Action française d’une interview d’Olivier Dard (Source)

(Tout frais…) 5 février 2018 : reprise d’une interview d’Olivier Dard, indiquant que “Maurras est représentatif de notre histoire” (Source)

On rappellera également une certaine tendance d’Olivier Dard à tenter de réhabiliter les individus au comportement très douteux durant la guerre, comme ici Bertrand de Jouvenel :

Petit rappel sur le parcours de ce journaliste durant les années 1930 (source : les deux livres de Philippe Burrin La Dérive fasciste . Doriot, Déat, Bergery 1933-1945, et Fascisme, Nazisme, Autoritarisme) :

Début 1936, il sollicite une interview d’Hitler auprès de son ami Otto Abetz (proche de Pierre Drieu la Rochelle, il œuvra entre 1934 et 1939 à la constitution et au renforcement en France du Comité France-Allemagne ; il sera nommé par Hitler ambassadeur d’Allemagne à Paris pendant la Seconde Guerre mondiale) :

Interview d’une rare complaisance qu’il finit par obtenir (et que vous pourrez lire ici, ou ) (source) :

L’interview très complaisante d’Hitler par De Jouvenel, une semaine avant l’entrée des troupes allemandes en Rhénanie

Sa fascisation se poursuivit au cours des années 1937-1938 – avec son adhésion au PPF de Jacques Doriot :

Cela se poursuit en 1940 :

Bref, il était donc temps qu’Olivier Dard s’essaie à la “réhabilitation” de Bertrand de Jouvenel…

Mais bon, tout va bien, M. Dard travaille actuellement sur Brasillach, pour changer un peu des collabos… (source)

Sujet du bac : “est-il possible de comprendre les années 30 sans réédition grand public de Brasillach ?” (qui doit évidemment pouvoir se trouver en bibliothèque pour les historiens, ça n’a pas à être censuré…)

Attention cependant : rééditer les œuvres de tels individus pour le grand public, c’est “pour l’Histoire”, et “pour lutter contre le complotisme”…

Cependant, ma question finale sera : “pourquoi ne réédite-t-on presque jamais des œuvres remarquables de résistants, qui aident tout autant – sinon bien mieux – à comprendre l’époque ?” (et que j’ai un mal fou à trouver…)

Je citerais simplement le remarquable : Veni Vidi Vichy… et la suite du diplomate Raymond Brugère (ambassadeur de France en Yougoslavie en 1940), non réédité depuis… 1952 !

La démission immédiate de Brugère le jour même de la demande d’armistice de Pétain…

Alors nos éditeurs étant occupés à rééditer Céline, Maurras, Brasillach and co, je vous signale que vous pouvez télécharger ce remarquable livre ici

Complément :

Le 7 avril 2018 se tiendra le colloque de l’Institut Iliade : (“La repentance ? Basta”) “Soyons fiers d’être Européens !” :

annoncé par cette vidéo édifiante :

On pourra y croiser… Olivier Dard :

On sera donc dans la droite ligne de celui de 2016, avec Renaud Camus

Suite :

Le 19 avril 2018, Olivier Dard a encore démontré son “extrême violence” contre Maurras dans le Figaro :

Il ajoute dans le Monde le même jour :

Eh oui, Maurras n’a pas été remplacé – et c’est tant mieux…

On a d’ailleurs appris qu’Olivier Dard avait de claires visées politiques :

(article édité le 25/4/2018)

3 Commentaires de lecteur “La lettre de Annie Lacroix-Riz à Philippe Martinez contre la nouvelle campagne diffamatoire menée par Pascal Debay

  1. SNOWDEN
    7 février 2019 at 20:06

    Martinez est désolé: Berger sera le seul candidat à la Présidence de la CES contrairement aux tripatouillages que la caste d’arrivistes qui sont à la tête de la CGT.
    Martinez espérait faire carrière à la CES…..

  2. SNOWDEN
    7 février 2019 at 20:13

    Ce debay est une crapule qui finira chez Le Pen et Ben Macron Alla.

  3. TIBLE
    8 février 2019 at 10:46

    MERCI Camarades pour ce dossier,
    Précisément, et c’est à pleurer, notre période ressemble de plus en plus à celle d’avant la seconde guerre mondiale, si bien décrite par les travaux d’Annie Lacroix-Riz, dont la rigueur et l’honnêteté intellectuelle est à saluer. Quand on lit notamment Industriels et banquiers sous l’Occupation, nous retrouvons la même ambiance: des syndicalistes qui se sont laissé acheter, des hommes politiques ripoux (ex: Daladier, Doriot, le 1er a fait interdire le PCF le 26/09/39…). Il me semble que c’est trop grave encore une fois; ce que les ripoux d’aujourd’hui sont en train de faire, avec la casse sociale, la loi anti-casseurs, les attaques en direction d’une Historienne que l’oligarchie considère comme dangereuse pour ses intérêts, dans la mesure où elle révèle les stratégies du Grand Capital durant l’entre-deux guerres, stratégies à nouveau à l’oeuvre aujourd’hui, rappelle beaucoup trop cette période qui nous a amené Vichy…Que penser d’une direction syndicale qui ne sanctionnerait pas un Pascal Debay dont la mauvaise foi (car l’inculture à ce point est impossible) laisse entrevoir des raisons peu reluisantes?