JRCF – A propos des élections régionales 2015

L’angoissant résultat du 1er tour des régionales vérifie ce que dénoncent depuis 10 ans le PRCF et les  : la droitisation, voire la fascisation de la représentation politique française. 

Le Front de Gauche et ses alliés euro-fédéralistes Europe-Ecologie/les Verts , se retrouvent incapables de constituer une véritable alternative pour le peuple. Leur refus de s’opposer à la construction européenne, en continuant d’appeler à l’impossible « Europe sociale » les discrédite totalement aux yeux des travailleurs. Ainsi ils contribuent à laisser le champ libre à un jeu politique désormais tenu par trois partis de droite :

− La droite de moins en moins complexée du Parti « Socialiste », qui capitule désormais ouvertement devant la droite sarkozyste, qui est fascisante et non « antifasciste » !

− La droite décomplexée de “Les Républicains”

− La droite ultraréactionnaire du

Nous ne pouvons évidemmentjrcf ignorer la nouvelle percée inquiétante de ce dernier qui, à lui seul, est au coude-à-coude avec les candidats de la droite et du centre. Nous ne pouvons ignorer non plus qu’une partie de la jeunesse est aujourd’hui sensible au discours des Le Pen, Gollnisch, Soral et compagnie.

Nous alertons solennellement la jeunesse française, tentée par le vote FN, du danger que ce parti représente pour elle, qu’elle soit étudiante ou salariée, voire les deux.

Les jeunes communistes de la JRCF redoubleront d’énergie dans la bataille qui s’impose face à la réaction qui n’a pour projet que de détruire notre République une et indivisible. Preuve est faite avec la réforme territoriale à treize régions qui mène, encore un peu plus, vers la dislocation de notre pays au profit des séparatismes et des €uro-r​égions, par ex. en Bretagne, en Alsace, en Corse, à Nice, où Marion Le Pen s’allie aux pires « identitaires » antifrançais, en Flandre, où le FN courtise les fachos du Vlaams Belang qui traitent de « rats » les Français et les Wallons…

Nous ne laisserons pas non plus le FN détourner, pour le second tour, les aspirations et les colères des jeunes de France. Nous ferons tout ce qu’il faut pour convaincre la jeunesse de ne pas voter pour ce parti. Car en vérité notre sort n’est pas scellé. 

Ne nous laissons pas leurrer par la propagande des médias. Même si le FN obtient ce soir un score moyen de 28 %, cela ne représente en réalité que 15 % des inscrits sur les listes électorales compte tenu de l’abstention sur ce premier tour. En vérité il n’a pas obtenu plus de voix que pour l’élection présidentielle de 2012, ce sont les autres partis qui reculent massivement en raison de leur politique contre le peuple et la jeunesse.

Aucun soutien à la droite type Estrosi ou X. Bertrand. Sarkozy a banalisé le FN, il a mené une politique grossièrement xénophobe, européiste, atlantiste, son parti n’est pas un rempart anti-FN mais une rampe de lancement pour l’extrême droite et le désistement du PS en faveur de l’ex-UMP est un nouveau lâchage indigne comme celui de Jospin en 2002.

C’est dans l’action qu’il faut faire barrage au FN sur le terrain, aux portes des usines, sur les campus et dans les marchés populaires. Pas une voix pour le FN qui menace la République et le mouvement ouvrier, qui se rapproche du MEDEF et dont la président envisage « la perspective de rester dans l’U.E. » du capital : drôle de « patriote » !.

 

Le PRCF et les JRCF appellent à une contre-offensive générale,« tous ensemble et en même temps » du monde du travail, pour un Front Antifasciste, Patriotique et Populaire (FRAPP) permettant à la fois de combattre le FN et d’appeler la France à sortir par la voie progressiste de l’euro, de l’UE, de l’OTAN et du capitalisme dans la perspective du socialisme pour notre pays.

Jeunes des villes et jeunes des campagnes, rejoignez les JRCF pour développer notre action !

 

Commentaire de lecteur “JRCF – A propos des élections régionales 2015

  1. Le.Ché
    14 décembre 2015 at 10:54

    La Gauche” PCF et FDG” est devenu pratiquement invisible dans cette élection, je me demande si les dirigeants de ces formations sont conscients de leurs erreurs et s’ils sont près à faire une analyse sérieuse de la situation.