Des crèches pour tous à Noël ! Contre les signes religieux disposés dans des bâtiments publics : le PRCF affirme son soutien à la Libre Pensée

laicité prcfContre les disposés dans des bâtiments publics : le affirme son soutien à la Libre Pensée.

Avec le soutien mal déguisé de la rédaction anti- de France-II (rien qu’au J.T. du 5 décembre, focale sur l’opération «  pour tous », puis un « flash » très appuyé sur la « Sainte Russie » qui émerge de l’horreur soviétique…), les réactionnaires de la prétendue « manif pour tous » lancent une opération perversement intitulée « Crèches pour tous ».

Déjà à l’occasion des cérémonies commémoratives de la Guerre de 1914, des maires cléricaux se sont permis illégalement d’inviter leurs concitoyens, pardon, leurs ouailles, à la Sainte Messe. Mais l’exemple vient de haut : après Sarkozy intronisé « chanoine du Latran » par Benoît XVI, après le pèlerinage de Hollande au Vatican, c’est Valls qui a assisté aux cérémonies de canonisation de Jean-Paul II à Rome au nom de notre République « laïque ».

Le prétexte est la décision de justice qui, à la demande de la Libre Pensée vendéenne, ont « tyranniquement » fait appliquer la loi constitutionnelle. En effet, vu que « la République ne reconnaît ni ne salarie aucun culte » (loi organique de 1905), les émules de De Villiers, l’héritier non repenti des Chouans, la justice a contraint le Conseil Général de Vendée de retirer la crèche disposée dans les locaux de cette collectivité publique. Et c’est la moindre des choses car, que l’on sache, MEME EN VENDEE, il doit bien y avoir des athées, des agnostiques, des musulmans, des juifs, qui ne sont pas que l’on sache, friands de Nativité christique. Nul n’interdisant bien entendu d’installer toutes les crèches que l’on voudra dans les Eglises ou chez soi (la même loi de 1905 érige en principe la de conscience qui consiste, non seulement à choisir sa , mais à n’en avoir AUCUNE).

Par conséquent, le PRCF fait quatre propositions :

1°) que les laïques passent partout à l’offensive contre les collectivités territoriales de droite ou d’extrême droite (et parfois PS ?) qui violent la loi de 1905 en exhibant des signes religieux dans un établissement public (si une crèche célébrant l’avenue du Messie n’est pas un signe religieux, qu’est-ce donc qu’un signe religieux, M. De Villiers ?). Assez de privilèges pour l’Eglise catholique dominante, beaucoup de catholiques progressistes comprenant parfaitement que leur foi, très respectable comme toute autre conviction personnelle, n’a rien à gagner à l’imposition subreptice d’une religion d’Etat.

2°) Que le conseil général de Vendée remplace ses débordements cléricaux en portant sur la façade de son siège officiel : « non au travail du dimanche ! » : beaucoup de syndicalistes laïques ne pourront qu’approuver : mais les laquais du patronat de l’UMP se moquent bien, en réalité, de la religion et des « traditions », etc. dès qu’elles comportent des retombées protectrices pour les travailleurs.

3°) Réclamons en effet des CRECHES POUR TOUS ET POUR TOUTES, c’est-à-dire, non pas des santons et des auréoles dans les mairies (et demain des crucifix ?), mais des crèches publiques et des places en école maternelle pour accueillir dès deux ans et dans de bonnes conditions les enfants des mères travailleuses.

4°) Contre-attaquons partout en réclamant la fin du concordat anti-laïque en Alsace-Moselle. Comment concevoir que l’Etat interdise le « voile » dans les écoles publiques (et nous sommes contre TOUS les signes religieux à l’école), alors qu’il PAIE sur les impôts de tous les Français, athées, agnostiques et musulmans compris, les salaires des pasteurs, des rabbins et des curés qui organisent la catéchèse dans les lycées de ces trois départements français ? Assez de « deux poids, deux mesures ».

Comme on le voit, « certains sont plus égaux que d’autres » dans l’actuelle république bourgeoise en pleine involution cléricale et réactionnaire.

Alors qu’approche le 110ème anniversaire de la loi de 1905 portée par Jaurès, défendons la séparation laïque de l’Etat et de TOUTES les Eglises contre tous les empiètements cléricaux, il y va de la liberté, de l’égalité et de la fraternité POUR TOUS !