« Un mois de plus sur le dos de la planète » revue d’actualité écologique

par les JRCF – Rédigé par Fear Dorcha Mac Seáinín

En marche arrière sur le Glyphosate

Visiblement, il est des promesses pour notre cher président Macron, qui sont plus faciles à tenir que d’autres. Partout, les macronistes nous expliquent qu’il a été élu pour avoir une politique néo-libérale, que par exemple, supprimer l’ISF était une promesse de campagne… Cette promesse a été très facilement tenue, et surtout très rapidement. Pourtant, d’autres promesses ont pris plus de retard, comme l’interdiction de l’usage du Glyphosate. Après avoir annoncé que celle-ci prendrait un délai de 3 ans, la Macronie continue sa marche en arrière en annonçant en ce début d’année que l’objectif ne sera pas tenu d’ici le délai prévu, que pour l’instant « nous n’avions pas de solutions pour remplacer ce produit » . En bref, il ne sera pas interdit.

Pourtant d’autres pays l’ont déjà interdit depuis longtemps, comme Cuba socialiste… La France restera, quant à elle, au service des Lobbies du Glyphosate pour l’instant, au grand regret de la santé des Français et de leurs terres.

Gratuité des transports en communs au Luxembourg

L’un des paradis fiscaux du continent européen vient de prendre une décision audacieuse, jusqu’alors réservée à des pays dits « communistes » pour la plupart : la gratuité des transports en commun. Sans louer la politique générale du Grand Duché du Luxembourg, dont Juncker fut un des dirigeants, nous devons constater que cette idée ne manque pas d’intérêt. En effet, en plein débat national, en pleine crise de la mobilité en France, en pleine crise écologique, cette nouvelle tombe à pique.

C’est en effet constaté par plusieurs spécialistes, la gratuité des transports en commun permet de réduire de manière significative l’usage des transports individuels, et en plus donne accès aux transports à toutes et tous sans conditions de revenus. Le bilan « carbone » des transports en commun est bien meilleur que celui des transports individuels, voilà donc une mesure bienvenue pour lutter contre les émissions de gaz à effets de serre.

Pour l’anecdote, pourrons-nous bientôt photographier une des avenues de la ville de Luxembourg, désertée par les voitures, et comparer ces photos à celle jadis de Moscou ou Berlin-Est, ou encore aujourd’hui de Pyongyang, ces villes qui ont tenté elles aussi ce pari, et dont on accusait leur système socialiste d’appauvrir leurs habitants au point que ceux-ci n’ont pas de voiture personnelle…

En marche vers la disparition des vers de terre?

L’agronome Christophe Gatineau a écrit une lettre ouverte à Macron sur la disparition des vers de terre en France. (Voir l’article de MrMondialisation).

En effet, la quantité des vers de terre dans les terres françaises est en chute libre, et ceci n’est pas sans conséquences. La faute à l’agriculture industrielle et à son recours massif à la mécanisation et à la chimie. La conjugaison de la mécanisation à outrance, toujours plus lourde, travaillant les sols toujours plus violemment et profondément, et de l’usage massif de produits chimiques dans le domaine agricole entraîne une diminution importante de la population de vers de terre.

Le problème, c’est que 80% de l’alimentation des végétaux sur les sols cultivés proviennent du travail des vers de terre, ils sont donc indispensables à l’écosystème terrestre et à la production agricole.

Comme à son habitude, le capitalisme  scie la branche sur laquelle il est assis. Aucun doute que les firmes multinationales sauront demain faire du profit sur les substituts chimiques et industriels aux travaux des vers de terre, artificialisant toujours plus les sols…
 

« L’affaire du siècle »

C’est le nom d’un appel, pour réagir à l’urgence climatique, signé en 48h par près de 1,5 millions de personnes.

Après que 2018 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée de l’histoire de l’humanité, après que les larmes de Nicolas Hulot sur France-Inter n’ont pas suffi pour contrer la sécheresse de l’été dernier, les propos accusateurs de ce dernier semblent se démentir.

En effet, défendant bec et ongle le gouvernement lors de sa démission, il se permettait d’ajouter qu’en gros, tout le monde s’en fichait du climat, et que c’était une des raisons de son départ.

Pourtant, à l’appel de plusieurs groupes de presse alternative et de quelques ONG, un appel nommé « l’affaire du siècle » sur l’urgence climatique récolte 1,5 millions de soutiens en 48h. On peut donc penser que malgré les déceptions de Nico, rien ne semble être perdu dans l’opinion publique.

Maintenant, comment fait-on pour transformer cela en une sortie massive du capitalisme, seul responsable de la crise écologique et climatique, cette sortie étant notre seule chance de survie?

Fonte du Permafrost, menace pour l’humanité?

Au catalogue des mauvaises nouvelles, la fonte des sols gelés du pôle nord, appelés « Permafrost » inquiète le monde scientifique. En effet, ceux-ci contiennent beaucoup de méthane, un gaz à effet de serre 4 fois plus puissant que le dioxyde de carbone. Le réchauffement climatique entraîne donc lui-même une libération de gaz à effet de serre renforçant son processus.

La fonte des glaces polaires pose un autre problème, plusieurs bactéries, parasites et virus sont enfermés dans ces sols gelés et pourraient se répandre dans l’atmosphère, pouvant causer de graves problèmes de santé publique.
 

Privatisation de l’ONF : épisode 3

Auteur de cette série oblige, nous allons écrire l’épisode 3 de la privatisation en cours à l’Office national des Forêts, organisme chargé de la gestion des Forêts publiques en France.

Depuis la fin de l’année 2018, les rivières ont coulé et se sont jetées dans des fleuves… Sous la pression des personnels, et surtout sous celles des maires de communes forestières, le Directeur général de l’établissement, Christian Dubreuil, a été écarté, laissant place à une nouvelle tête : Jean-Marie Aurand.

Ce haut fonctionnaire du ministère de l’agriculture, spécialisé dans le vin et la viticulture, était depuis 2014 président de l’organisation internationale du Vin. Ce proche de Didier Guillaume, l’actuel ministre de l’agriculture, est présenté comme un « homme de dialogue » et sa tâche semble être de renouer celui-ci avec les représentants des personnels, mais aussi et surtout avec les élus des communes forestières. Ceci s’intègre dans une vaste opération séduction de la Macronie vers les maires de France.

Cette nomination est accompagné de plusieurs annonces, qui laisse penser qu’une remise à plat totale de l’ONF est envisagée par les ministères compétents et le gouvernement. En effet, alors que la nouvelle direction annonce que « Tout est envisageable, nous sommes sans tabous » et que « l’Office ne peut continuer à exister dans ses contours actuels » , une mission parlementaire est en préparation pour rendre des recommandations sur l’avenir de la structure et sur la politique forestière française. En plus de celle-ci, une autre mission, sénatoriale cette fois, est aussi en cours d’exécution, tout comme une mission inter-ministérielle, dont le rapport doit être rendu en mars.

Vous l’avez compris, la finalité de ces missions sera la mise en œuvre d’une nouvelle politique forestière, d’une nouvelle législation forestière et d’une nouvelle structure publique (ou non) de gestion des forêts publiques. Pour l’ONF et la Forêt Française, Quelque part entre son renforcement et son démantèlement, les contours et contenus de ces changements dépendront des pressions que vont exercer les maires de communes forestières, leurs représentants, et surtout des personnels forestiers, dont l’avenir est plus que jamais incertain.

Revue d’actus écologiques du mois de Janvier 2019 réalisée par Fear Dorcha Mac Seáinín pour La Sociale et Initiative Communiste.

Revue d’actus écologiques du mois de Janvier 2019 réalisée par Fear Dorcha Mac Seáinín pour La Sociale et Initiative Communiste.

également publié sur le blog des jeunes communistes des JRCF

http://jrcf.over-blog.org/2019/02/un-mois-de-plus-sur-le-dos-de-la-planete.html