REGION METALLURGIE C.G.T. NORD/PAS DE CALAIS

Collectif National pour un Front Syndical de Classe

mis en place par les initiateurs CGT et FSU de la « lettre ouverte aux Etats-majors syndicaux »

collectif.syndical.classe@laposte.net

 

 

Il y a quelques jours, les secrétaires des UD CGT du Nord et du Pas de Calais et le secrétaire de la Fédération CGT des travailleurs de la métallurgie s’adressaient directement aux syndicats de la métallurgie du Nord-Pas de Calais pour dénoncer les positions et les actions de la Région Métallurgie CGT Nord-Pas de Calais.

 

En fichier joint, voici la réponse de la région métallurgie CGT Nord-Pas de Calais signée à ce jour par 89 syndicats de la métallurgie de la région.

REGION METALLURGIE C.G.T. Région métallurgie C.G.T.

NORD/PAS DE CALAIS Nord/ Pas de Calais

Rue Ernest Renan

59 500 LILLE

Jean Pierre DELANNOY

Tel 03 20 52 80 17

Fax 03 20 88 38 03

Portable 06 23 26 70 63

 

Lille, le jeudi 14 mai 2009

 

Au Secrétaire général de la FTM CGT

Aux Secrétaires généraux des UD CGT du Nord et du Pas de Calais

Aux Organisations Syndicales CGT des Actifs et Retraités du Nord et du Pas de Calais

 

La semaine dernière, nous avons été informés par de nombreux syndicats et sections syndicales de la CGT de la Métallurgie d’un courrier rédigé et signé par les Secrétaires Généraux de la F.T.M. et des U.D. du Nord Pas de Calais concernant l’activité et les orientations de la Région Métallurgie CGT sans que nous en soyons personnellement destinataires.

 

A la demande des organisations syndicales, La Région a décidé dans un premier temps de répondre à ce que nous considérons comme des « contre-vérités » et des « affabulations » vis-à-vis de nombreuses Organisations Syndicales CGT de notre Région et de notre Corporation, avant qu’un certain nombre d’entre elles ne le fassent elles-mêmes.

 

Et cela, d’autant plus qu’il nous a été confirmé que ce courrier avait été signé par au moins un Secrétaire Général sur les trois à titre personnel sans que celui-ci n’ose réunir la Commission Exécutive de sa structure.

 

On peut donc s’interroger, à juste titre, si ce courrier n’a pas été « dicté » par la Confédération, étant donné le manque de cohérence de celui-ci où les différentes structures se considèrent à la fois comme des victimes et, dans le même temps se transforment en accusateurs voire en agresseurs !

 

Certains pourraient s’interroger sur le « pourquoi » d’un tel courrier à l’approche du 49ème Congrès de la CGT qui se déroulera à la fin de cette année ?

 

La réponse se lit dans la synthèse qu’a effectué la Région de la Métallurgie CGT du Nord Pas de Calais à partir d’un document de la Commission Ad Hoc, chargée par la Confédération de restructurer toute la CGT en interne, document que nous avons trouvé dans la Presse et plus particulièrement, … dans le journal « Les Echos » … document accessible par n’importe quel quidam alors que les principales structures et Organisations Syndicales de la CGT n’étaient pas au courant de l’existence de celui-ci.

 

Il faut dire que le calendrier du 49ème Congrès de la CGT prévoit la publication des documents de congrès et l’ouverture des débats dans les Syndicats qu’à partir de … Septembre 2009 jusqu’au … 7 Décembre 2009 !!!???

 

La Direction Confédérale estime-t-elle que c’est de cette façon, soit en moins de 3 mois, qu’elle ouvre en grand la participation de tous les Syndiqués à un débat qui pourrait déboucher sur une modification historique des orientations de la CGT ?

Nous regrettons donc, sans être surpris, la façon dont la Fédération et les U.D. du Nord Pas de Calais ont décidé d’intervenir sur des « banalités », sans oser ouvrir un échange franc et direct et surtout, un vrai débat sur la stratégie qui se décide dans les plus hautes instances de notre Confédération à quelques mois d’un Congrès qui se veut décisif dans le changement des orientations de la CGT.

 

Au niveau de la Région Métallurgie, effectivement nous voulons que ce débat soit largement abordé par l’ensemble de nos Syndiqués et de nos militants qui, chaque jour, sont attaqués par le Patronat et le Gouvernement, sous l’égide du Grand Capital, sur l’ensemble de leurs acquis sociaux obtenus de hautes luttes !

 

Sur la réalité des faits soulevés dans ce courrier :

 

Sur le 48ème Congrès : Comment les auteurs de ce courrier peuvent-ils affirmer que « la Région Métallurgie a préféré organiser un meeting d’opposition syndicale plutôt que de prendre part aux discussions avec les 1 000 Délégués représentant les Syndicats de toute la France », alors que ce meeting n’a eu lieu qu’en milieu de semaine et que depuis le début du Congrès, nos camarades du Syndicat Local de LILLE, du Syndicat BOMBARDIER, Serge PIEDPLAT et Jean Pierre DELANNOY étaient inscrits sur plusieurs thèmes sans qu’aucun d’entre eux ait pu s’exprimer !!!???

 

Sur le 38ème Congrès : Comment aurions-nous pu accepter que deux camarades de la Région Nord Pas de Calais aient pu intégrer le C.E.F. alors que notre Région avait été exclue depuis le précédent congrès de NANTES et qu’aucune garantie ne nous avait été donnée par Daniel SANCHEZ et Philippe MARTINEZ pour que nous bénéficions d’un minimum de garanties afin de pouvoir nous exprimer en toute liberté lors de ce mandat ! D’autant plus que c’est la FTM, alors que nous n’étions pas candidats à la Direction fédérale, qui nous avait sollicités pour la réintégrer.

 

Sur la manifestation du 29 janvier : c’est quand même aberrant, que ceux qui en parlent le plus de cette manifestation sont ceux qui n’ont pas participé à la décision de celle-ci ! Colporter ce genre d’informations sans essayer de connaître la réalité des faits n’est pas fait pour donner du crédit à un courrier signé par des Secrétaires Généraux de la Fédération et des Unions départementales d’une région aussi importante que la nôtre !

 

La responsabilité des 2 manifestations est uniquement de la responsabilité de l’Union locale, incapable de prendre une décision lors de son Assemblée Générale pour ensuite décider et changer à la dernière minute en catimini l’horaire et le lieu de rassemblement.

 

D’ailleurs pour confirmer ces problèmes, lors de la manifestation du 1er mai, l’UD Nord donnait un horaire différent que celui lancé par les UL, qui n’était pas non plus le même dans l’appel à la Presse.

 

Ce n’est quand même pas sérieux d’utiliser ce genre d’argument pour essayer de déstabiliser l’homogénéité d’une Région.

 

Au sujet du titre de l’article de la Voix du Nord (du 5 avril 2009) : le seul argument qui aurait pu être jugé sérieux, mais il appartient aux Secrétaires Généraux des FTM et UD du Nord et du Pas de Calais de s’adresser au journaliste qui, seul, décide du titrage de ses articles.

 

Par contre le contenu de l’article, hormis nos désaccords sur le fond, confirme notre volonté de travailler à retrouver les fondamentaux qui ont fait l’Histoire et la particularité de la CGT, c’est-à-dire une organisation de Classe et de Masse.

J-C Le Duigou n’avait-il pas déclaré, lors de son meeting de rentrée des congés à Lille, que le syndicalisme de classe n’est plus d’actualité ?

 

La crise dans laquelle le système capitaliste nous plonge aujourd’hui, doit nous faire réfléchir sur ce genre de déclaration et surtout nous interroger sur cette orientation du « syndicalisme d’adaptation » vers laquelle se tourne la Direction confédérale. Voilà l’élément essentiel de fond de l’article du journal qui va à l’encontre du titre de cet article du journaliste de la Voix du Nord.

 

Maintenant si l’on considère comme être délétère d’affirmer ses désaccords, en rappelant qu’il y avait tous les syndicats de l’Auto, les équipementiers et sous traitants lors de cette rencontre avec la Presse, cela devient inquiétant !

 

Mais si l’on considère que de déclarer que la Direction confédérale s’éloigne des fondamentaux de la CGT et particulièrement des conceptions de Classe et de Masse qui ont fait l’Histoire de la CGT, c’est être délétère, cela devient grave parce que cela voudrait dire qu’il n’est plus possible d’avoir un débat contradictoire !

 

Voilà pour ce qui est des éléments ou arguments auxquels nous avons tenu à répondre avec précision en resituant l’objectivité des faits.

 

Au sujet des valeurs de la CGT

 

Pour ce qui est des valeurs de la CGT et le terrain du débat d’idées où vous vous réclamez de « l’immense majorité des adhérents », comme nous l’avait déclaré D. Sanchez il y a déjà quelques années, « on ne doit pas voir les mêmes adhérents ».

 

En effet lors de nos Congrès d’USTM du Nord et du Pas de Calais, ce sont quand même environ 500 militants qui représentent près de 80 % des organisations syndicales qui s’expriment sur des orientations qui, c’est vrai, ne sont pas les mêmes que celles qui sont votées aux Congrès confédéraux et de la FTM.

 

Y compris pour beaucoup de Congrès d’Unions locales, on peut constater pour bon nombre d’entre elles que les décisions de leurs Congrès ne sont pas les mêmes que celles décidées aux Congrès confédéraux.

 

Lors de ces Congrès de structures de bases, chaque organisation est présente au Congrès, et pour les quelques organisations syndicales qui pourraient être absentes, personne ne récupère leurs voix.

 

Ce n’est pas comme aux Congrès confédéraux où l’on constate que des congressistes sont porteurs de milliers de voix de différents syndicats (qui par la force des choses ne peuvent suivre la réalité des travaux d’un Congrès confédéral ou fédéral).

 

Oui, dans ces conditions, Daniel Sanchez a raison lorsqu’il déclare que l’on ne doit pas voir les mêmes adhérents.

 

Pourtant nous vous rassurons, ce sont les mêmes qui paient leurs cotisations aux différentes structures.

 

En conclusion, nous regrettons que, plutôt que de proposer une rencontre ou un entretien direct avec les Responsables de la Région Métallurgie, on utilise ce genre de procédé en écrivant aux Organisations Syndicales, sans informer le Responsable Régional.

Cette attitude « courageuse » de votre part n’est pas pour vous honorer. D’autant plus que La Région attend toujours une réponse du Secrétaire Général de la FTM suite à un entretien téléphonique avec la Région durant le premier conflit important des salariés de Toyota Valenciennes.

 

Ce genre d’initiative avec ce courrier qui nous semble téléguidée par l’étage supérieur ne peut qu’être très mal accueillie par des militants et les travailleurs qui souffrent et qui, faute de perspectives fédératrices, sont amenés à gérer la radicalité des actions et à négocier l’impensable : c’est-à-dire des indemnités de départ !

 

La rencontre du 31 mars (entre autres) pouvait être une première réaction et permettre de donner une impulsion nationale. Cela a été malheureusement repoussé par la FTM. Là également l’avenir dira ceux qui ont eu raison.

 

Il est quand même étonnant que l’on puisse passer autant de temps et d’énergie à vouloir faire ce genre de courrier pour s’attaquer à des dizaines, voire des centaines de militants, alors qu’il serait nécessaire de donner des perspectives nationales de véritables actions d’envergures, manifestations nationales ou Grève Générale, à tous ces travailleurs en lutte comme les Continental, les Molex, les Caterpilar, les Faurecia, les Valéo, les Wagon, … et beaucoup d’autres qui ont besoin de fédérer et donner une dimension nationale à leurs luttes.

 

La raison essentielle qui motive les signataires de ce courrier est bien liée au débat de fond sur les conceptions du syndicalisme et particulièrement de la suppression du Syndicalisme de Classe et de Masse, pour l’instauration d’un syndicalisme d’accompagnement !

 

D’ailleurs si les arguments qui semblent vouloir justifier votre courrier avaient pu être débattus en direct avec la Région Métallurgie (nous attendons toujours une date de réunion avec la Région et le Secrétaire Général de la FTM), cela aurait évité sans doute ce genre de courrier.

 

Visiblement l’objectif était de nuire au Responsable Régional, sinon pourquoi écrire aux Organisations Syndicales en évitant soigneusement qu’il soit destinataire du courrier.

 

A moins que l’objectif était de diviser la Région et ses Organisations Syndicales !!!???

 

L’évidence c’est bien le débat de fond lancé par la Région CGT de la Métallurgie du Nord et du Pas de Calais qui n’est plus seule puisque d’autres régions ou départements, d’autres Structures de la CGT de la plus petite aux plus importantes, sont également sur cet enjeu qui gêne : la transformation de la CGT qui est en route !

 

Il apparaît nécessaire et salutaire pour l’avenir du syndicalisme et particulièrement de la CGT de revenir sur cet enjeu, d’en débattre largement.

 

Salutations.

 

Pour les organisations syndicales Actifs et retraités,

 

J.P. Delannoy

Responsable régional Nord/Pas de Calais

Ci-dessous les premiers syndicats et Sections Syndicales CGT de la Région du Nord Pas de Calais qui ont validé ce courrier :

Valdunes, Ykki, Afr, VetM LC5, Gunkenriche, Renault Douai, Snfa, Vistéon, Sicto,

Hamon’dhont, Wagon, ANF Bombardier, Schindler, Inoplast, Alstom, Chabb, Ufr Raismes, Allural, Lacat, Forges de Fresnes, local Dunkerque, Interfit, Valdunes Leffrinckoucke, Réagroup Douai, Lme, Malbranque, Local Lille, Promérac, Mca, Somabo, Railtech Douai, Rfa, Peugeot Umv sman, Sta Ruitz, VetM Aulnoye, Alcatel Lucent Sub Marine Networks, Bodycott, Iac Stopson, Siac, JS Jeumont, Renault Villeneuve, Colmant Cuvelier, Coquant, CMD Cambrai, Mécavimy, Nyrstar, Faurécia Auchel, Descamps, Local Raismes, ThyssenKrupp, Ecl, Bouchonnerie Somain, Hawkers, Experian Nord, Local Valenciennes, Retraités Douai, Etilam Solesmes, Farmétal, JSPM, Hobart, Akebono, Mercedes, KSB, Meca Telec, Lambin, Ufr Trith, Spie Communication, Sévelnord, Peugeot, Delsen, Akers, Renault Fâches, Traca, Ufr Forgeval, Sian Desmet, FM, Ufr Crespin, Delos, Fcb Ciment, Hertz France,Faurecia, Ben Alu, Septra, Renault Lille, Railtech Raismes, Ufr Cimt, Delcorte, Thales, NRG, Altrel, Huwer