Park Hyatt Vendôme : les grévistes tiennent !

Il pleuvait à Paris ce mercredi 7 novembre. Et pourtant ils étaient là. Les grévistes du palace Park Hyatt Vendôme, debout, souriant, dignes. Avec leurs casseroles et leurs timbales, leurs chants et leurs cris, ils tiennent. Travailleurs des cuisines, femmes de chambres, moquettistes, au coude à coude. Les drapeaux rouges de la CGT-HPE gorgés d’eau sont un peu lourds, la fatigue commence à peser, mais la détermination est intacte.

Cet après-midi devaient se tenir des négociations, pour la première fois. Inspection du travail, direction du Park Hyatt, direction du sous-traitant STN, et représentants du personnel, tous réunis autour d’une table. Nous ne savons pas encore quelle fut l’issue de cette première rencontre, mais c’est un signe que la pression des grévistes paie. Les arrogants du palace, qui depuis Chicago donnaient des ordres pour qu’on ne discute pas avec les syndicats, doivent commencer à ravaler leur morgue.

« Macron n’aime que l’Europe ! », déclare une gréviste à la vue de notre autocollant « Brisons les chaînes de l’Union européenne ». « Ce ne sera pas facile, mais il faut en sortir, c’est une prison », ajoute-t-elle. Une de ses collègues la rejoint, fatiguée mais contente : hier soir, jusqu’à minuit, elle a réalisé une tournée dans l’hôtel pour parler aux non-grévistes, tenter de convaincre, montrer que la , de jour comme de nuit, est là, présente.

Après 43 jours de combat, dans le froid, sous la pluie, après les injures, les coups, les interventions des flics, elles et ils tiennent. Si nous les soutenons davantage, si nous leur apportons notre solidarité jour après jour, et sous mille formes différentes, elles et ils vaincront.

Pour le PRCF,

Taki

7 novembre 2018