Le 10 février, 450 militants CGT de la métallurgie du Nord /Pas de Calais se sont rassemblés lors d’un meeting à Sin le Noble près de Douai, en présence de camarades de la FSU, UNEF, SUD Rail ainsi que des camarades du FSC et de Continuer la CGT.

Les débats ont porté sur l’emploi, les salaires, la retraite, les libertés syndicales. L’orientation du syndicalisme rassemblé de la direction confédérale de la CGT a été fortement contestée par les participants exigeant l’urgence de se rassembler dans la lutte sur des initiatives fortes y compris une grande manifestation nationale à Paris, en mettant l’accent sur la grève générale au regard des coups portés sur l’industrie et des services publics.

La question des retraites a donné lieu à un débat très riche avec la nécessité de se retrouver ensemble Privé/Public dans les actions le plus rapidement possible.


Deux motions ont été votées.

* La première basée sur le rapport introductif présenté par JP Delannoy a été votée à l’unanimité et sera envoyée à la direction confédérale.
* La deuxième, votée à la très grande majorité (4 abstentions), concerne la situation des camarades de Renault-Douai qui sont face à une deuxième liste CGT à l’approche des élections des délégués du personnel et du comité d’entreprise. Cette deuxième liste est l’œuvre de l’UL réformiste de Douai orchestrée par l’UD du Nord et l’objectif est de faire baisser la CGT de classe en influence. La motion demande que les dirigeants de la fédération de la Métallurgie et de la Confédération soutiennent sans aucune ambiguïté, la liste des candidats que le syndicat CGT Renault Douai présentera lors des prochaines élections.