Jeudi 19.02.2009, 15:39 – La Voix du Nord

 

 Des enseignants avec des délégués FSU et Snes ont souhaité faire «banderole commune» avec les syndicats de la métallurgie, de la chimie et de l’automobile. PHOTO DIDIER CRASNAULT.

 

Entre 1 200 et 3 000 salariés nordistes de l’industrie automobile et métallurgique, ont manifesté pour la défense de l’emploi et le pouvoir d’achat à Valenciennes, où ils ont été rejoints par des enseignants.

Les manifestants, qui ont bloqué le tramway puis les voies en gare de Valenciennes pendant une vingtaine de minutes à partir de midi, ont notamment fustigé la multiplication des plans sociaux dans l’industrie automobile, secteur parmi les tous premiers employeurs de la région avec 55 000 emplois.

« Tous les métiers sont touchés: la sidérurgie, les forges, l’estampage, les garages concessionnaires, la chimie, la plasturgie, le bâtiment et le textile (sièges automobiles). Si les syndicats ne prennent pas la mesure de la colère des salariés, on risque d’aller vers des mouvements comparables à ceux de la Guadeloupe », a averti M. Delannoy, responsable de la métallurgie CGT du Nord-Pas-de-Calais.

La Direction régionale du travail et de l’emploi fait état de 1 076 licenciements chez les constructeurs, équipementiers et sous-traitants, depuis le 1er janvier, selon M. Delannoy, mais les syndicats estiment entre 3 600 et 3 800 le nombre de postes effectivement supprimés.

« C’est une opération de camouflage de la part des services de l’Etat », a-t-il estimé.