La violence invisible, la violence des riches – IC n°150 – Lisez et Abonnez vous à Initiative Communiste

IC logo site pubInitiative Communiste c’est un journal mensuel qui chaque mois apporte un éclairage original sur l’actualité politique nationale et internationale. Un journal qui ne vit que par le soutien de ses lecteurs et dont le travail d’information n’est possible que parce que vous l’achetez. Pour une information de qualité libre et engagée, abonnez vous à Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr est le site internet – le supplément électronique – d’Initiative Communiste et le site web du PRCF. Achetez, diffuser et lire Initiative Communiste c’est soutenir le travail de l’ensemble des médias du PRCF

Afin de vous faire découvrir le journal Initiative Communiste, le site internet du PRCF vous propose chaque mois de retrouver – gratuitement- quelques articles parus récemment dans les colonnes d’Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr vous propose de retrouver gratuitement l’article suivant paru dans le numéro 150 d’Initiative Communiste de novembre 2014 :  il est une violence que les médias de la classe capitaliste – classe dominante – ne critiquent jamais, qu’ils cachent et censurent, la violence des riches.

La violence invisible

la-violence-des-riches1% des plus riches détiennent près de la moitié des richesses mondiales. Ce fait devrait à lui seul amener nos concitoyens et les citoyens du monde à envisager l’organisation de nos sociétés de façon différente.

Ce fait est l’expression d’une situation d’une violence inouïe. D’une violence invisible parce que cachée. Car les conséquences économiques, sociales, humaines de ce fait sont incommensurables…. Imaginer ne serait ce qu’un instant ce qu’implique un tel accaparement des richesses par quelques uns sur l’humanité: misère, exploitation, guerres, faim, soif, maladies, ignorance, haines… Les Cavaliers de l’Apocalypse deviennent une armée.

Et qui peut croire qu’une telle situation peut durer éternellement ? Qui peut 63039364_p2croire que de tels faits ne vont pas faire grossir les flots du désespoir et de la révolte jusqu’au raz de marée qui balaiera tout sur son passage ?

De quelle couleur, brune ou rouge, sera le raz de marée est la seule question qui vaille.

Est-ce le nihilisme, le fanatisme, sont-ce les fondamentalismes, les fascismes qui porteront la vague ? La guerre de tous contre tous, le chaos, le “viva la muerte ” du fascisme.

Est-ce la foi en l’être humain, la raison, sont-ce les Lumières, les révolutionnaires qui exprimeront l’aspiration des masses ? L’émancipation du travail qui sera la condition de l’émancipation humaine.

Un enjeu de civilisation

IC- 150-1“Socialisme ou barbarie” annonçait déjà la dirigeante communiste Rosa Luxembourg reprenant la formule d’ Engels « La société bourgeoise est placée devant un dilemme : ou bien passage au socialisme ou rechute dans la barbarie. »

Or nous avons les moyens de changer les choses et d’éviter le pire car c’est dans les contradictions du capitalisme que se trouvent les germes de sa destruction et du socialisme/communisme. Marx disait : « Nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel des choses. Les conditions de ce mouvement résultent des données préalables telles qu’elles existent actuellement. »

Comprenons bien l’enjeu de civilisation qui est en cause dans le combat ouvrier, populaire. Comprenons bien qu’en se battant pour son salaire, pour son emploi, pour sa santé, pour l’éducation de ses enfants la prolétaire se bat contre un système fondé sur le vol du travail par le propriétaire des moyens de production et que si il veut que cesse cette lutte de classes il lui reste à passer de la lutte syndicale (salaire, emploi, éducation, santé…) à la lutte politique visant non seulement les effets du capitalisme mais ses causes: la propriété des moyens de production. Alors seulement une sortie de la barbarie capitaliste, avant qu’il ne soir trop tard,  sera possible. Alors seulement le socialisme sera instauré. La propriété collective des moyens de production seule fera que 100% des richesses mondiales appartiennent à 100% des humains.

Antoine Manessis