prcf_logoPour le gouvernement et le patronat seule la répression syndicale est la réponse aux revendications ouvrières.

Décidément, que ce soit dans les entreprises privées ou publiques, les dirigeants d’entreprise n’acceptent pas que les travailleurs se rebiffent en faisant grève pour leurs justes revendications ou pour s’opposer à la casse de leur outil de travail. Cette période de vacances est propice aux mauvais coups contre les syndicalistes et les travailleurs en grève. Après  les sanctions infligées aux postiers de Laon, c’est la direction de la SNCF de Toulouse qui s’attaque aux cheminots grévistes de Midi-Pyrénées.

Comme nous l’indiquions dans notre message de soutien aux postiers de Laon, la politique du gouvernement « socialiste » qui offre des milliards d’euros ( argent du contribuable) au MEDEF, qui applique sans broncher les directives européennes en matière d’austérité, ouvre en grand la route aux dirigeants d’entreprises pour sanctionner ceux qui résistent.

Comble de l’insupportable, le premier ministre annonce qu’il ira confirmer à l’université d’été du MEDEF la poursuite de sa politique d’austérité pour les travailleurs et les cadeaux pour les actionnaires.  Quand on sait qu’aujourd’hui un salarié français travaille 48 jours par an pour les actionnaires (14 jours en 1981) et que 80% des profits des entreprises (le coût du capital) alimentent directement les comptes de l’actionnariat pendant que le chômage continue de progresser, on a une fois de plus – comme s’il en était besoin, la preuve que ce gouvernement est du côté du MEDEF et des actionnaires, donc qu’il applique sans vergogne une politique ultra libérale sur le dos des travailleurs.

Pour le PRCF, qui réaffirme sa solidarité avec tous ceux qui luttent, seule une grande mobilisation nationale tous ensemble et en même temps fera reculer ce gouvernement. Il est pour cela nécessaire de surmonter les divisions, de combattre l’attentisme pour construire une dynamique de lutte unitaire,

Jo Hernandez

Responsable national de la commission lutte du PRCF