Face aux problèmes récurrents que rencontrent la SNCF et ses usagers, l’État et la SNCF doivent prendre leurs responsabilités et arrêter la politique de l’ENFUMAGE !

Accidents graves, pannes majeurs frappant des milliers d’usagers, augmentation des prix, diminution dramatique du transport ferroviaire de marchandise, stagnation du transport de voyageurs, destruction des avancées sociales des cheminots, suppression de milliers d’emplois… le bilan des dernières années de la politique du gouvernement et de la direction de la est désastreux. De fait, les syndicalistes cheminots et avec eux les militants communistes du PRCF qui ont dénoncé de longue date les conséquences dramatiques que la politique de libéralisation et de privatisation du imposée par l’Union Européenne aurait pour le français voient les faits leurs donner tristement raison. Le français – le meilleur d’europe  et une référence mondiale – fait désormais la une des journaux car il ne fonctionne plus ou mal. Cette industrie un atout économique et écologique majeur du pays est en danger. Au moment où va être lancée – là encore en application du 3e paquet de directives imposées par la Commission Européenne – la privatisation totale du avec l’ouverture complète à la concurrence du transport de voyageurs, Macron se prépare à faire voler en éclat les dernières protections des cheminots (retraites, statuts) : loin de sanctionner les échecs de Guillaume Pépy, Macron lui a renouvelé sa confiance, en applaudissant sa main de fer pour briser les conquêtes sociales des cheminots et brader et liquider l’entreprise public.

Usagers, cheminots appellent à un sursaut pour sauver le français, c’est bien le message à lire ci dessous de la Convervence Nationale Rail


Face aux problèmes récurrents que rencontrent la SNCF et ses usagers, l’État et la SNCF doivent prendre leurs responsabilités et arrêter la politique de l’ENFUMAGE !

Depuis la panne majeure survenue l’été dernier en gare de Paris-­‐Montparnasse, les incidents paralysant de grandes gares parisiennes se sont  reproduits,   jusqu’à perturber les départs en vacances lors de la période d’affluence très forte mais prévisible des fêtes de fin d’année.

Même le TGV, longtemps fleuron du rail français, n’est plus épargné par les  retards et  dysfonctionnements à  répétition que  connaissent depuis longtemps les usagers des trains de la banlieue parisienne  ou  des « petites  lignes ». La Convergence Nationale  Rail  dénonce les suppressions continuelles d’emplois de cheminots et l’abandon d’une maintenance préventive systématique de haut niveau des infrastructures ferrées au profit de la sous-­‐traitance qui ont conduit à la dégradation significative du service public ferroviaire que l’on observe actuellement.

Celle-­‐ci n’est pas simplement conjoncturelle ; sa responsabilité incombe tant à la SNCF, dont les dirigeants ne se préoccupent plus guère de l’avenir des trains en France, qu’à l’État, qui persiste dans une politique de désengagement financier du rail et refuse de régler sa dette (44 milliards d’euros) que porte en son nom SNCF Réseau. En revanche, il accorde sa priorité aux deux modes de transports les plus polluants, l’automobile et l’aviation, en contradiction totale avec les intentions environnementales qu’il affiche. La dégradation des services ferroviaires existants ne doit pas non plus faire oublier le scandaleux abandon de la plupart des trains de nuit et services auto-­ ou les transferts sur route de plus en plus nombreux de relations régionales. Pour Guillaume Pépy qui reconnaît n’avoir jamais aimé le , l’avenir du rail, c’est la route !

Solidaire des usagers aux prises avec des dysfonctionnements croissants, mais aussi des cheminots qui subissent également les conséquences néfastes de la politique anti-­‐ferroviaire de l’État et de leurs dirigeants, la exige que la Loi d’Orientation de la Mobilité Intérieure prévue pour l’année 2018 inverse la trajectoire suivie en matière de transports et donne la priorité au chemin de fer tant pour les marchandises que pour les voyageurs, avec les moyens financiers et humains nécessaires au service public que doit redevenir la SNCF, afin de mettre à niveau les infrastructures ferroviaires, en assurer un entretien courant minutieux sur tout le réseau, rétablir les liaisons récemment supprimées et retrouver au plus vite les performances des lignes au service dégradé. La lance un Appel / Manifeste pour sauver le service public ferroviaire et demande qu’une enquête parlementaire soit diligentée aux fins de situer les responsabilités de la casse du service public ferroviaire et de tracer les voies de son redressement.

En rappelant notre disponibilité à agir avec les forces qui partagent et portent une conception progressiste de l’avenir du chemin de fer, nous souhaitons que 2018 soit l’année de la revitalisation du rail public et le développement de tous les services publics.

Paris, le 3 janvier 2018.

Communiqué de la Convergence Nationale Rail

Commentaire de lecteur “Face aux problèmes récurrents que rencontrent la SNCF et ses usagers, l’État et la SNCF doivent prendre leurs responsabilités et arrêter la politique de l’ENFUMAGE !

  1. Marchant
    9 janvier 2018 at 00:10

    Se battre, sans arrêt, ne pas céder un bout du terrain, il n’y a pas d’état sans le peuple ! Nous sommes le peuple!