Construisons le « Tous ensemble et en même temps » : pour une manifestation nationale de combat !

Le propose une NATIONALE de COMBAT, accompagnée d’appels à la grève, CONTRE L’ENSEMBLE des MAUVAIS COUPS de VALLS-MEDEF-BRUXELLES !

prcf_logoLe communiqué publié ci-dessous, publié par la CGT, FO et SUD, va dans le sens d’un élargissement et d’un approfondissement de la mobilisation en durcissant le mouvement dans les services publics et en l’ouvrant aux revendications du privé, même s’il est dommage qu’aucune référence ne soit faite à la mobilisation des professeurs de collège qui ont fourni une bonne partie des grévistes et des manifestants du 26 janvier (à l’appel notamment de la FSU).

Par ailleurs, la mobilisation ouvrière monte autour des travailleurs de Goodyear qui seront dans la rue le 4 février et on s’attend à une forte manifestation anti-état d’urgence à perpéte ce samedi à Paris. Ça ne peut plus durer, Valls-MEDEF et l’UE saccagent notre pays et tous ses acquis pour le profit de quelques magnats ! La solution ce n’est pas « la primaire à gauche » voulue par quelques frondeurs et par M. Pierre Laurent (PCF-PGE) pour sauver le PS en perdition. IL FAUT UNE MANIFESTATION NATIONALE DE COMBAT UNITAIRE ET GENERALISTE AU PLUS TÔT

  • Contre les atteintes aux libertés syndicales, les lois liberticides, l’état d’urgence à perpétuité
  • Contre l’ensemble des contre-réformes maastrichtiennes et néolibérales (Code du travail, statuts, services publics, durée légale du travail, repos dominical, « produire en France » industriel et agricole, Sécu, SNCF, EDF, Hôpital, Poste, Education nationale, Equipement, ONF, retraites, APL, livret A, logement social, HALTE A LA CASSE GENERALISEE) et contre le RECUL des salaires réels, des pensions et des indemnités chômage et autres minima sociaux
  • Pour la nationalisation démocratique des banques et du CAC-40, pour une République sociale, souveraine, laïque, démocratique, une et indivisible affrontant la dictature du grand capital.

Communiqué unitaire CGT – FO – Solidaires

tous ensembleLes organisations syndicales de la Fonction publique CGT, FO et Solidaires, réunies le 27 janvier 2016, se félicitent de la mobilisation organisée le 26 janvier 2016.

Elles tiennent à remercier l’ensemble de leurs militants et adhérents ainsi que tous les fonctionnaires et agents publics qui ont répondu largement à leur appel.

Dans un contexte difficile d’état d’urgence, nos organisations syndicales considèrent qu’il était indispensable, à la veille du rendez-vous salarial, de rappeler l’opposition des personnels à la politique d’austérité et aux différentes réformes régressives. Elles réaffirment la nécessité de renforcer l’emploi public.

Elles contestent les différents chiffres présentés par le gouvernement qui sous-estime, encore une fois, les taux de grévistes et l’ampleur de la mobilisation. Ce trucage démontre la rupture forte qui existe entre les différents ministres en charge du Secteur public et les fonctionnaires et agents publics.

Fortes de cette mobilisation qui démontre que le syndicalisme revendicatif reflète une vraie attente des personnels, nos trois organisations syndicales ont décidé de continuer à peser de manière unitaire sur le rendez-vous salarial.

Le jour de l’ouverture des négociations (dont la date n’est pas encore connue), elles appelleront à une nouvelle étape de mobilisation.

Tout en rappelant au gouvernement que la balle est dans son camp, elles réitèrent leurs revendications :

– Augmentation franche et immédiate de la valeur du point d’indice et rattrapage des pertes subies.

– Arrêt des suppressions de postes et recrutement pour un service public de qualité.

– Arrêt des réformes (collège, territoriales et santé…).

– Renforcement du statut général et des garanties collectives.

Considérant que le 26 janvier 2016, d’autres secteurs se sont associés ou ont soutenu la grève des fonctionnaires et agents publics, elles constatent que les revendications sur les salaires, l’emploi et les restructurations sont partagées largement au-delà de la sphère publique.

Pour les organisations syndicales dans l’action le 26 janvier, la préparation d’une réponse interprofessionnelle face à cette politique d’austérité doit être envisagée.

Nos trois organisations ont décidé de se rencontrer à nouveau le 10 février prochain, en invitant les organisations qui partagent notre démarche revendicative, pour amplifier le combat unitaire.

Fait à Paris le 28 janvier 2016.