Communiqué de presse

Bonjour,

Je suis un grave handicapé, un cérébro-lésé, plus précisément un traumatisé crânien (de ceux que l’on appelle les « légumes-à-vie »…), depuis un quart de siècle déjà, de mes 17 à mes actuels 42 ans. Or je refuse d’être condamné plus longtemps à une double-peine en continuant à rester silencieux:

une peine qui me condamne à vie à consulter fréquemment et régulièrement des spécialistes pour continuer à  vivre depuis 1986, et la peine qui, dans l’incapacité d’accéder à une profession, me condamnerait aussi à la précarité à vie…

Comme je refuse d’être socialement ignoré et de toujours passer sans rien dire en dernière position (dans l’isolement puisque je vis ou plutôt je survis hors-structure), je proteste, lutte pour ma dignité et commence une grève de la faim avec des revendications nationales et universitaires au lieu de voter aujourd’hui, à l’occasion de Primaires Socialistes qui prétendent ignorer mon cas, comme elles ignorent celui de centaines de milliers d’autres graves handicapés… La droite en France ignore aussi ces handicapés, car même si elle se soucie à juste titre du devenir socio-économique des Alzheimer (5000 en France de moins de 60 ans selon la Ministre Roselyne Bachelot), elle ne se préoccupe pas de celui des jeunes cérébro-lésés comme les graves traumatisés crâniens par exemple-, beaucoup plus nombreux encore (plusieurs dizaines, plusieurs centaines de milliers en France ?).

C’est seulement lorsque mes revendications seront satisfaites et qu’un véritable débat national aura lieu, que je me réalimenterai.

Cette grève de la faim, je la commencerai sur la fac de Bordeaux3 le 17/10. Un dépôt de plainte universitaire pourrait être formulé par la suite.

Merci.

Etudiant handicapé Esteban [état civil français : Stéphane] MORAS CASTRO,  N°26675.