Communiqué de la Fédération Syndicale Mondiale suite à l’attentat contre Charlie Hebdo

ob_edf0c2_fsmAprès l’attaque au magazine Charlie Hebdo à Paris – France, le Secrétariat de la a publié la déclaration suivante.

« Nous exprimons nos condoléances aux familles des victimes et nous souhaitons un rétablissement rapide à tous les blessés.
Ce crime féroce et l’assassinat de tant de gens devraient nous aider tous à considérer certaines réalités actuelles :
1. Que les fanatismes religieux, les divisions ethniques, les phénomènes racistes et néo-fascistes créent la haine et empêchent l’unité des travailleurs.
2. Les travailleurs en France ainsi que les travailleurs à travers l’Europe doivent se poser la question qui a créé les soi-disant « djihadistes » ? Qui les a financés ? Qui les a formés ? Qui les a utilise en Syrie, en Irak, au Liban et ailleurs ?
3. Les impérialistes, l’Union Européenne, les États-Unis, l’OTAN, poursuivent leurs plans géostratégiques pour le contrôle des ressources énergétiques, pour la création de nouvelles frontières et la conquête de nouveaux marchés ; ils créent des divisions artificielles, sèment la haine entre les peuples, cultivent les fanatismes religieux.

Frères et sœurs, travailleurs et travailleuses français, travailleurs et travailleuses dans tous les coins du monde :
La meilleure façon d’exprimer notre condamnation du crime infâme commis contre « Charlie Hebdo », c’est de ne pas permettre qu’on nous divise sur la base de différences religieuses, d’appartenance ethnique, de couleur ou de langue, etc., et de faire en sorte que les coupables physiques et moraux de ce crime puissent se cacher derrière les divisions religieuses.

Nous, les travailleurs et travailleuses, sommes tous des frères et des sœurs. Nous appartenons à la même classe, la classe ouvrière. Unissons-nous, tous ensemble pour lutter contre l’impérialisme et contre la barbarie capitaliste !
Les travailleurs du monde entier, qu’ils soient musulmans, chrétiens, bouddhistes, coptes, ou d’une autre confession, qu’ils soient croyants ou pas, nous sommes des frères de classe.

LE SECRÉTARIAT – 09 jan 2015