Aucune concession à l’antisémitisme

A plusieurs reprises, de sales individus ont clandestinement maculé de graffitis nazis la plaque commémorative portant le nom de Simone Veil* dans une petite ville de Bretagne. Dans certaines manifs récentes, de tristes personnages ont promené des pancartes déshonorantes lourdes d’un antisémitisme allusif. Sur les réseaux sociaux, la fachosphère se déchaîne et désigne indirectement les juifs comme l’origine de la pandémie. Le marxiste allemand Bebel désignait déjà l’antisémitisme comme « le socialisme des imbéciles », c’est-à-dire comme le moyen utilisé par la réaction pour détourner les masses de la lutte internationaliste contre le capital.

Ces résurgences nauséeuses sont l’accompagnement idéologique de la fascisation en marche de notre pays et de l’Europe à l’heure où le « parlement » européen ose mettre dans le même sac l’Allemagne nazie et l’URSS, son principal vainqueur militaire, les hitlériens et les communistes, qui furent le fer de lance des Résistances antifasciste des Brigades d’Espagne aux Partisans de France, d’Italie, de Grèce ou de Yougoslavie ? Car écrire la monstrueuse équation prétendument antitotalitaire « communistes = nazis », c’est nécessairement rabaisser les premiers et REHAUSSER, BANALISER les seconds ! C’est ainsi que l’Autoroute A 1 est parsemée de slogans – que les autorités n’ont cure d’effacer – « A bas la République ! » et « Vive le Christ-Roi ! ». Et dire que, pendant ce temps, des formations qui se croient républicaines et progressistes et qui ne verraient pas le soleil à midi, continuent de pinailler sur la notion de fascisation !

*Nous n’avons certes pas une admiration sans nuance pour cette grande bourgeoise réactionnaire à laquelle est attribué le mérite d’avoir légalisé à elle seule l’IVG : chacun sait au contraire que la prétendue « loi Veil » ne fut votée qu’avec l’appui massif des députés communistes et socialistes alors que la droite parlementaire UDF et RPR votait majoritairement contre. Il y a mille Résistantes communistes, à commencer par Danielle Casanova, Martha Desrumeaux ou Marie-Claude Vaillant- qui eussent mérité d’entrer au Panthéon avant Mme Veil, sans parler de la Résistante et philosophe non communiste Simone Weil, mais tel n’est pas notre propos aujourd’hui. S. Veil est salie post mortem PARCE QUE juive et parce que symbole, vrai ou faux, de l’émancipation féminine, de même que Christiane Taubira, membre des très maastrichtiens gouvernements Hollande, était sans cesse attaquée par la droite parce que Noire, femme et ennemie de l’homophobie. Mille fois moins sectaires que les anticommunistes primitifs soi-disant « progressistes » qui nous gouvernent, nous communistes ne transigerons jamais avec n’importe quelle forme d’obscurantisme, de machisme, d’homophobie et d’antisémitisme