Fournissant “l’analyse concrète de situations concrètes” au quotidien par la voie de notre journal Initiative Communiste, les militants du PRCF n’ont pas manqué de remarquer et de dénoncer ces dernières années l’aiguisement des contradictions intra-capitalistes, et particulièrement l’agressivité de l’hégémon états-unien en déclin à l’égard des économies montantes que sont les BRICS (eux-mêmes travaillés de contradictions), emmenés par la Chine populaire et la Russie. Soutien et armement de (contre-)“révolutions” de couleur en Europe de l’Est et jusque dans les anciennes républiques soviétiques, velléités de poursuivre ad nauseam l’élargissement de l’Otan, augmentation des budgets d’armement et plus récemment, multiplication des provocations militaires dans les eaux territoriales chinoises et aux abords des frontières russes, ou encore propagande belliciste au motif du “génocide” fantasmé des Ouïghours… Le risque de conflits entre les plus grandes puissances économiques de la planète n’avait jamais été aussi fort depuis la chute de l’URSS. L’affrontement Russie-OTAN, par Ukraine interposée, en est la malheureuse preuve et les risques pour la paix en Europe et dans le monde aujourd’hui sont gigantesques. Ce n’est donc pas pour rien que le PRCF avait choisi comme thème “Nations, souverainetés, impérialismes et paix mondiale” pour son cycle de formation interne 2021-2022.

Le premier cycle fut consacré à l’analyse marxiste-léniniste de la question nationale. Loin d’être un élément secondaire pour Marx et Engels, la nation constitue au contraire le lieu de conquête du pouvoir politique par la classe ouvrière, comme cela est clairement affirmé dans le Manifeste du parti communiste. Aussi, les militants du PRCF n’opposent pas naïvement patriotisme et internationalisme, car ils ont une lecture de classe et dialectique de la nation. Jadis utilisée comme un instrument politique par la bourgeoisie montante pour abattre la domination des classes aristocratiques, la nation n’en reste pas moins aujourd’hui le socle de toutes les conquêtes démocratiques et sociales des travailleurs. Et c’est précisément à ce titre qu’elle est devenue une entrave pour les fractions dominantes actuelles de la bourgeoisie, à savoir l’élite financière mondiale qui s’appuie sur les traités de libre-échange – dont la construction supranationale européenne est l’avatar le plus avancé – pour araser les conquêtes sociales au rouleau compresseur de la prétendue “concurrence libre et non faussée”.

Ce vendredi 11 mars débutera le cycle 2 portant sur l’analyse dialectique des enjeux géopolitiques. Au programme :

  1. Stratégies de l’impérialisme états-unien
  2. Les principes du multilatéralisme à l’épreuve de l’impérialisme états-unien
  3. BRICS enjeux socio-économiques, politiques et géostratégiques
  4. Forces et enjeux au Moyen-Orient
  5. Institutions et traités mondiaux d’organisation du capitalisme
  6. L’impérialisme français depuis les décolonisations : évolution et bilan

 

A l’heure où la résurgence du fascisme, la censure, le matraquage médiatique, la répression et la révision contre-révolutionnaire de l’histoire prennent une ampleur et une acuité menaçantes, pour ne pas céder à la réaction et à l’obscurantisme, rejoignez le PRCF !