Sans titre

Lu sur le site du Monde, l’article qui suit montre bien que la réforme des rythmes scolaires faite au nom de « l’intérêt de l’enfant »n’a que peu de rapport avec un quelconque bénéfice pédagogique.

« Nouveau calendrier scolaire : où est l’intérêt de l’enfant ?

La polémique sur les rythmes scolaires, qui semblait comme mise en sommeil depuis les congés de Noël, est-elle sur le point de rebondir ? Sur Twitter, les critiques contre le locataire de la Rue de Grenelle ont refait surface ces dernières heures, l’indignation le disputant à l’incompréhension. « Peillon se déculotte devant les professionnels du tourisme ». « C’est juste lamentable »…

En séance des questions au gouvernement, mercredi 15 janvier, le ministre de l’éducation nationale, Vincent Peillon, qui n’avait pas reculé d’un iota face aux enseignants révoltés contre le retour à la semaine de 4,5 jours « sans concertation », a semblé céder du terrain sur la question des vacances en faveur des professionnels du tourisme. « Je modifierai les deux semaines de Noël, en particulier du calendrier 2016-2017, et aussi ce calendrier qui prévoyait d’aller jusqu’à la mi-mai » pour les vacances de printemps, a-t-il confirmé, répondant à une question de la députée (UMP) de Haute-Savoie, Sophie Dion. « Je reste disponible, je le renouvelle, pour envisager une réforme plus profonde du temps scolaire à partir de 2015 sur l’année », a-t-il précisé comme pour déjouer les critiques, sans succès.

Pas en arrière

A compter de la rentrée 2016, les vacances de Noël commenceront un samedi au lieu d’un mercredi comme prévu initialement, et les vacances de printemps une semaine plus tôt. Un geste en faveur des professionnels de haute montagne, qui ont subi une baisse de la fréquentation des stations de ski, sur la période du printemps, de 70 % en trois ans. Même s’il ne va pas encore assez loin selon Domaines skiables de France, qui fédère les opérateurs de remontées mécaniques.

C’est un pas en arrière pour les acteurs de la communauté éducative, qui regrettent qu’une réflexion plus globale sur l’année ne soit pas menée et redoutent un calendrier scolaire moins équilibré. « La période qui ira d’avril à la fin de l’année sera particulièrement lourde pour les écoliers, regrette Claire Krepper, du syndicat d’enseignants SE-UNSA ; dans l’une des zones, on a calculé que les enfants auront plus de 10 semaines de classe, alors qu’il faudrait tendre vers 7 semaines d’école, 2 semaines de congés. »

Aucun syndicat d’enseignants, aucune fédération de parents n’a soutenu les modifications soumises au vote, purement consultatif il est vrai, du Conseil supérieur de l’éducation (CSE) jeudi 16 janvier, au lendemain de l’échange dans l’Hémicycle. Résultat du scrutin : 41 voix contre, 19 abstentions, 3 refus de vote. Même si, de mémoire, aucune proposition en la matière n’a jamais été approuvée par le CSE, cette modification « à la marge » du calendrier ferait fi des rythmes des enfants… Tiens, on les avait presque oubliés !

Mattea Battaglia

Rappelons que la réforme des « rythmes scolaires » permet en retouchant l’organisation scolaire  dans le primaire de:

  • territorialiser l’Ecole et par là même de faire exploser le cadre national et républicain de l’Ecole en France.
  • de faire rentrer encore un peu plus la précarité dans l’Education, en permettant de faire assurer de l’encadrement scolaire par des personnels le plus souvent précaires voire parfois même bénévoles

Aussi il est facile de comprendre que la questions des rythmes proprement dit soit négociable face aux lobbys touristiques.

Rappelons aussi que le tourisme (avec le cortège de catastrophes écologiques qu’il entraine souvent dans les grosses usines à neige des Alpes) ne pèserait pas aussi lourd dans l’organisation scolaire si le pays n’avait pas été  sciemment désindustrialisé par notre classe capitaliste dirigeante.

Rappelons enfin que le forfait journée de ski coûte maintenant autour de 50 euro dans la plupart des grosses stations françaises qui font pression sur le calendrier scolaire, il est facile de voir que les enfants du peuple de France sont donc condamnés deux fois dans cette affaire:

  1. Parce que la réforme des rythme dégrade l’égalité scolaire qui leur est due.
  2. Parce qu’ils auront à subir un calendrier invivable pour permettre aux gosses de riches d’aller dépenser leur argent dans quelques « mountain resort » pour riches mondialisés.