Le régime Macron veut empêcher un journaliste d’informer: fascisation!

Dans un précédent article, initiative-communiste.fr exposait comment le pouvoir en place s’en prend à Gaspard Glanz, un journaliste libre et indépendant.

Après l’avoir molesté et l’avoir mis en garde à vue pendant 48h (rappelons qu’en France des milliers d’enseignants sont insultés bien plus gravement chaque année sans qu’aucune suite judiciaire ni aucun soutien institutionnel ne soit jamais mis en place…) , voila que le pouvoir Macronien entend interdire à Gaspard Glanz de faire son métier: informer librement et en toute indépendance!

Comment ne pas y voir la volonté du pouvoir En Marche de réprimer un journaliste au coeur des révélations dans l’affaire Benalla et qui avec constance se trouve courageusement sur le terrain avec sa caméra pour documenter la répression des mouvements sociaux, de la jungle de Calais aux mouvement des Gilets Jaunes en passant par la Z.A.D de Notre Dame des Landes.

Depuis des mois la répression s’abat avec férocité sur le mouvement des gilets jaunes.

Geneviève Legay à Nice.

Ou sur le mouvement étudiant et lycéen.

1 morte, des centaines de blessés, et des milliers d’arrestations

Évidemment pour éviter que cela n’éclate au grand jour, il est tentant pour le pouvoir de s’en prendre à ceux qui peuvent en diffuser les images.

79 journalistes victimes de violences policières selon David Dufresne.

Ce symptôme évident de la de la fascisation en marche a conduit une vingtaine de sociétés de journalistes parmi lesquelles celles de France2&3, celles du Figaro de l’Humanité ou de Libération a publier une tribune dans le journal Libération apportant

leur plein soutien à Gaspard Glanz, empêché de couvrir les prochaines manifestations parisiennes, c’est-à-dire de travailler et d’informer

Libération

Dans cette même tribune ces sociétés de journalistes qui couvrent un très large panel de médias

dénoncent une fois encore les conditions de travail extrêmement difficiles qui sont les leurs dans le cadre des manifestations de «gilets jaunes». 

Libération

Elles dénoncent également les exactions et les violences policières commises à l’encontre des journalistes:

Les journalistes, qui ne font que leur métier, ne peuvent pas tolérer de se voir régulièrement pris pour cible par les forces de l’ordre : depuis le début du mouvement, 79 journalistes ont été victimes de violences policières, selon le décompte du journaliste David Dufresne

Libération

Enfin elles remarquent que:

la nouvelle loi «anticasseurs» renforce encore l’arbitraire et met un peu plus en danger la liberté de la presse.

Libération

tout cela avec le soutien tacite du Ministre de la Culture et de la Communication:

Les SDJ et SDR déplorent également le silence assourdissant du ministre de la Culture et de la Communication, pourtant censé soutenir la liberté et l’indépendance de la presse.

Libération

L’indépendance éditoriale de certains médias est d’ailleurs a interroger lorsque l’on voit le peu de place laissée à cette tribune dans les propres médias pour lesquelles ces sociétés de journalistes travaillent. Et ce alors même que les communicants En Marche épandent leurs éléments de langages suant la haine du rouge en se livrant à des attaques ad hominem contre le journaliste Gaspard Glanz trainé dans la boue au motif qu’il serait “militant” ou “gaucho”…

Les même zélés soutiens de la Macronie n’auront pas trainé à ressortir opportunément du placard toujours fécond de la réaction anticommuniste les ignobles éléments de langages déjà entendus pour s’en prendre à la courageuse Geneviève Legay. A chaque époque son émule de Thiers, son admirateur de Moch ou du Préfet Papon: tant qu’il s’agit de cogner sur un “rouge” ou assimilé….

Il faut dire que la cheffe de file Nathalie Loiseau s’est présentée en son temps sur une liste d’extrême droite aux élections étudiantes de Sciences Po:

LREM c’est le “progressisme” défendu par le GUD et Occident!

Rappelons qu’au soir du second tour de la présidentielle certains dirigeants dits de “Gauche” se sont précipités pour appeler à voter Macron en “rempart contre l’extrème droite”… quelle arnaque!!!

La pétition pour la liberté de Gazpard Glanz, lancée par son père, a déjà plus de 20 000 signatures

signez la pétition : https://www.change.org/p/gouvernement-lib%C3%A9ration-de-gaspard-glanz-et-retrait-de-sa-fiche-s

Le journaliste et reporter Gaspard Glanz, fondateur de Taranis News, a été interpellé par les forces de l’ordre le samedi 20 avril 2019.

Il fait, depuis des années, l’objet de harcèlement de la part des pouvoirs publics et est concerné par une fiche “S” “comme individu susceptible de se livrer à des actions violentes”

La presse libre et indépendante est empêchée de travailler dans notre pays.

Gaspard Glanz se bat pour l’indépendance de l’information, condition fondamentale pour la préservation de notre liberté. Mobilisons-nous pour lui.