Le Venezuela interpelle l’Union Européenne sur les leçons de l’armistice du 11 novembre 1918

Alors que l’on s’apprête à fêter en 2018 le centenaire de la fin de la première guerre mondiale, l’Union Européenne a décidé d’imposer des sanctions économiques violentes contre un pays et un peuple souverains, le Venezuela. Son crime ? avoir mené et respecté des élections: sans doute la pratique, il est vrai, n’est-elle pas reconnue par l’Union Européenne qui s’assoit régulièrement sur les référendum et les votes des peuples préférant imposer par la force la dictature des multinationales, des grandes banques, du Capital. Il n’y a pas de démocratie contre les traités européens vitupère le président de la commission européenne, Jean Claude Juncker.

Dans une note, l’ambassadeur du Venezuela en France interpelle l’Union Européenne sur les leçons de l’armistice du 11 novembre 1918, alors qu’au coté de ses maîtres de Washington, Bruxelles mène une véritable guerre économique contre le peuple vénézuélien.


MICHEL MUJICA de L’armistice a l’Union européenne…

Commentaire de lecteur “Le Venezuela interpelle l’Union Européenne sur les leçons de l’armistice du 11 novembre 1918

  1. alainharrison
    22 novembre 2017 at 02:45

    Bonjour.

    Les raisons évoqués dans la note font bien du sens «« une sorte de pause préméditée……»», il y a bien des situations de guerre (exemple: Extrait du « Manuel d’histoire critique »
    Et le Paraguay découvrit le libre-échange

    Quand il trouve porte close, le libre-échange sait s’imposer par les armes. Adepte d’un protectionnisme rigoureux, le Paraguay en a fait la douloureuse expérience entre 1865 et 1870, lors de la guerre de la Triple Alliance qui l’opposa au Brésil, à l’Uruguay et à l’Argentine. Financés par les milieux d’affaires londoniens, ces trois pays sont parvenus à le soumettre à l’économie-monde britannique.
    https://www.monde-diplomatique.fr/communiques/141016.html )

    Les techniques pour provoquer une guerre ont évolué, aujourd’hui, on en part une au nom de la liberté d’expression amalgamé avec bien d’autres prétextes comme la dictature, la crise humanitaire, etc.
    Les techniques se réduisent à l’utilisation systématiques et progressives accélérées des médiats (monopoles et cartels de monopoles ?!?) pour diffuser les amalgames ? La question se pose sérieusement et la réponse est de plus en plus évidente. D’où le programme de censure en développement (internet et ci.__ monopoles), comme réponse du néo-con-libéralisme. Ce qui veut dire que le système réagit, il entre en réaction et que les populations éveillées commencent à agir.

    Les militants et la société civile ont l’opportunité d’unir les travailleurs et les citoyens (toutes les classes moyenne, pauvre…). L’expression Citoyenne-travailleur est à regarder comme expression de rassembler (la question du climat, du terrorisme, des effets collatéraux des dernières guerres préventives-intérêts, etc….) le peuple ?

    Nous savons qu’un changement radical socio-économique (qui aura des effets collatéraux…) est essentiel si nous voulons éviter le pire. Mais quel serait les actions de changement les plus efficaces ?

    C’est le grand défi de ce siècle. Bien sûr nous ne pouvons savoir à l’avance ce qui en découlera. Mais ce n’est pas les Grandes Vérités qui uniront, le dogmatisme est un reliquat.

    Krishnamurti: voir la vérité d’une chose.
    Bien des initiatives citoyennes passent par de petites vérités (des constats).
    Le Vénézuéla nous montre la voie à suivre.
    La Constituante est à Chavez ce que la plus value est à Marx. Et c’est l’évolution des consciences qui font la différence. Du peuple.
    Aujourd’hui, il reste aux peuples à prendre conscience sur ce qu’implique la notion de: l’exploitation de l’homme par l’homme. Et du pouvoir souverain qu’apporte la Constituante.
    Krishnamurti: voir.
    Le Boyer: un foi qu’on a rencontré le regard de l’ENFANT naissant, c’est terminé, on ne………

    Méditation !