Sanctions contre la Corée du Nord : les États-Unis menacent la paix.

Le Conseil de Sécurité de l’ONU a décidé de contre la RPDC.
Sur proposition des États-Unis la résolution 2371 vise à interdire des revenus tirés des exportations nord-coréennes, notamment dans les secteurs du charbon, du fer et de la pêche.
Trump a salué la Chine et la Russie pour le soutien qu’elles ont apporté. « Le président apprécie la coopération de la Chine et de la Russie pour assurer l’adoption de cette résolution », dit la Maison Blanche.

Les sanctions contre la une violation violente de la souveraineté des coréens

L’ambassadeur russe auprès de l’ONU, sans doute un peu gêné par ces remerciements, a  réclamé « une approche globale » et « une stratégie politique». Les sanctions « ne peuvent être une fin en soi » mais plutôt « un outil pour pousser ce pays à des discussions constructives ».
Pour la Corée du Nord  le programme nucléaire ne sera jamais un sujet de négociation, tant que les États-Unis poursuivront une politique hostile à leur égard. Pour confirmer les propos nord-coréens de nouvelles manœuvres militaires communes États-Unis – Corée du Sud sont prévues dans le courant du mois d’août.Comment ne pas approuver la République Populaire et Démocratique de Corée quand elle déclare que les sanctions adoptées samedi par le Conseil de sécurité de l’ONU constituent «une violation violente de notre souveraineté»?
Personne de sérieux et de sensé ne peut croire que la Corée du Nord menace qui que ce soit : ce petit pays de 25 millions d’habitants ne fait que se défendre et espère dissuader l’agresseur impérialiste. N’oublions pas que les États-Unis ont installé un millier d’armes nucléaires en Corée du Sud en direction du Nord !

Qui menace qui ?

De plus les sanctions impérialistes frappent la population : en 2016, des prix Nobel de médecine et d’économie s’alarment des sanctions internationales dirigées contre le système de santé nord-coréen qui a un impact majeur. L’embargo empêche en effet l’importation de médicaments par la Corée du Nord.
Face au souvenir de l’histoire, des atrocités sans nom de l’ armée américaine, avec environ un million et demi de morts militaires, le pays a subi la pire destruction matérielle et humaine de son histoire. Mais les pertes civiles sont plus considérables encore : entre 4 et 5 millions de morts sur les 30 millions d’habitants de la péninsule. L’ampleur des pertes civiles s’explique par les bombardements américains massifs. Selon les statistiques officielles américaines, l’US Air Force a déversé au moins 454 000 tonnes de bombes et l’historien américain Bruce Cumings a calculé que 3,2 millions de litres de napalm avaient été utilisés par celle-ci durant la guerre de Corée.

Défendre la

On peut donc comprendre et approuver la volonté légitime de protéger la Corée du Nord d’une nouvelle agression impérialiste et donc son programme nucléaire qui ne peut être que strictement dissuasif face à l’écrasante et énorme supériorité étasunienne.
Une fois encore les médias de notre pays se font l’écho des thèses des bellicistes américains qui pourtant sèment les guerres, la destruction et la mort aux quatre coins de la planète. Un travail d’explication et d’information est nécessaire de même que l’affirmation de notre solidarité sans faille avec le peuple coréen, au nord menacé d’agression par les États-Unis, au sud exploité sauvagement par le grand capital américano-coréen, comme l’ont expliqué en France une délégation de syndicaliste de Samsung.
Enfin rappelons que la politique d’agression de Trump en Corée menace la paix mondiale.
Ce sont bien les impérialistes étasuniens et leurs alliés de l’-OTAN qui sont “une menace directe grave et croissante” pour la paix du monde.
Antoine Manessis secrétaire de la Commission internationale.