Rafael Correa : “Ils sont en train de détruire la démocratie en Équateur”

Daniel CHOLAKIAN – “S’ils me laissent faire, je me présenterai à la vice-présidence”. La phrase prononcée par après plus d’une demi-heure de conversation avec des journalistes de différentes régions d’Amérique latine a attiré l’attention des participants.

Le matin du jeudi 25 juin, l’ancien président équatorien a donné une conférence de presse dont l’objectif principal était d’informer sur la tentative d’empêcher le Mouvement de la Révolution Citoyenne de participer aux élections présidentielles de 2021, mais il a également parlé de la situation économique et politique de l’Équateur, de la manière dont le gouvernement de Lénin Moreno fait face à la pandémie mondiale, de la solidarité internationale avec les politiciens de son mouvement qui sont en prison ou en exil, de la couverture médiatique dont bénéficie le gouvernement actuel et de sa vision de l’avenir dans son pays.

“Hier, dans l’émission ”Un café con JJ” animée par Jimmy Jairala et la plus regardée à Guayaquil, l’ancien préfet d’Azuay Paul Carrasco, un puissant opposant à mon gouvernement, a dénoncé qu’il avait été appelé par Luis Verde Soto du Conseil national électoral (CNE) , pour lui demander de soutenir le report des élections afin de donner le temps à la justice d’obtenir la sentence finale contre moi, de manière à m’empêcher de participer aux élections. Ils volent la démocratie à l’Équateur”, a commencé à expliquer l’ancien président.

Lors de la réunion virtuelle, la partie du programme mentionnée a été partagée, dans laquelle Carrasco a raconté ce que M. Correa avait expliqué : “Personnellement, le conseiller Luis Verde Soto m’a appelé et m’a dit que le calendrier des élections devait être prolongé car sinon les juges ne pourraient pas juger M. Correa dans une sentence finale”. Le président de Juntos Podemos a expliqué qu’étant donné le refus de reporter les dates des élections, la CNE éliminerait son parti de la liste des personnes inscrites pour participer aux élections. “Au-delà du fait qu’ils vont nous éliminer, je dois dire la vérité”, a déclaré Paul Carrasco dans cette interview télévisée.

Depuis trois ans, la Révolution citoyenne dénonce les différentes formes d’attaques dont elle a été victime : persécution personnelle, intervention de l’institut dirigé par Correa, emprisonnement arbitraire du vice-président Jorge Glas, blocage des réseaux sociaux et plus de 30 procès criminels contre l’ancien président. “Non seulement ils veulent empêcher ma participation, mais ils veulent aussi empêcher la participation de ce qu’ils appellent le “coréalisme””.

Selon le leader politique équatorien, le gouvernement a exercé des pressions nombreuses et variées sur le CNE pour limiter puis interdire le Mouvement Compomiso Social, actuellement un instrument électoral de la Révolution Citoyenne. La dernière tentative en date est l’instruction d’éliminer du registre électoral cette force politique, vainqueur des élections de début 2020. “Quelle tentative évidente de nous voler la démocratie. Que cette conférence de presse soit une clameur, non seulement pour les Équatoriens, mais pour toute l’Amérique latine. Nous vivons des temps sombres, une période de régression”.

“S’ils me laissent faire, je serai candidat à la vice-présidence”

Au début de la conférence de presse, Rafael Correa a assuré que “ce n’est pas le moment de parler de candidatures, puisque nous sommes confrontés à la pire urgence de l’histoire de l’, et qu’il n’est pas facile d’éviter que le gouvernement interdise notre mouvement Il est temps de parler d’unité, de respect de la démocratie”.

Cependant, à la fin de la réunion virtuelle avec les médias, l’ancien président a lancé une phrase qui a résonné : “S’ils me laissent faire, je serai candidat à la vice-présidence. On ne peut pas parler de candidatures, mais c’est pratiquement défini, et c’est pourquoi ils essaient de l’éviter. S’ils me permettent d’être candidat, nous verrons si cela contribue à une victoire, je dois être là. Pour mon pays, mais aussi pour mes camarades persécutés. Pour la tranquillité de nos familles. Nous sommes des gens honnêtes et les corrompus sont ceux qui nous persécutent”.

“Avant ils nous persécutaient par haine, maintenant ils nous chassent car ils paniquent”.

Pour Correa, après trois ans de persécution, le gouvernement actuel serait battu électoralement par son mouvement, car la Nation entière les rejette. “Ils n’auront nulle part où se cacher, non pas par vengeance, mais par stricte adhésion à la justice. Ils devront répondre des raisons pour lesquelles la dette a été payée à l’avance et les enseignants n’ont pas été payés. Pourquoi ceux qui ont plus d’argent n’ont pas eu à payer un centime, mais des fonctionnaires ont été licenciés au milieu de cette crise sanitaire énorme. Ils devront répondre de la raison pour laquelle les masques ont été vendus à des prix spéculés. Ils devront répondre de la persécution illégale, de l’espionnage et de leurs comptes bancaires secrets”.

“Il faut une position internationale très forte”

Ce qui est ressorti de la déclaration de Carrasco est entre les mains des avocats et sera présenté aux organismes internationaux. “La persécution politique brutale est connue de plusieurs organismes internationaux. Plusieurs de ces organismes se sont déjà prononcés sur ce qui se passe en Équateur”.

En réponse à la consultation de NODAL sur les répercussions en Amérique latine de ses dénonciations, M. Correa a affirmé que l’importance des médias internationaux est centrale pour briser le siège des grandes entreprises médiatiques, qu’il considère comme complices du gouvernement de Lénin Moreno. “Il y a un recul civilisationnel en Amérique latine. Nous ne sommes plus régie par des valeurs ou par l’État de droit, mais simplement par le pouvoir. Ceux qui sont les plus puissants l’utilisent sans limites ni scrupules pour écraser leurs adversaires. Regardez ce qui s’est passé en Bolivie, ce qui s’est passé au Brésil avec Lula ou ce qui se passe en Équateur. Regardez ce qui s’est passé pendant quatre ans en Argentine avec Macri. Heureusement, ils n’ont pas pu empêcher la participation de Cristina comme ils veulent le faire en Équateur. Le groupe de Puebla a déjà fait une déclaration, mais il n’ y en a pas au niveau des gouvernements, ce serait bien qu’ils le fassent”.

Cependant, il n’était pas particulièrement optimiste quant à la scène internationale actuelle. “Ne nous faisons pas d’illusions, ces gens sont prêts à tout. C’est pourquoi il faut une position internationale très forte, et pas seulement de la part de l’Amérique latine. C’est avec une grande tristesse que je constate qu’ici en Europe, on parle très peu de l’Amérique latine, à moins que ce ne soit contre le Venezuela. Rien n’est signalé, sauf si c’est contre les transnationales européennes”.

“Tant que l’Amérique latine ne résoudra pas la question des médias, nous n’aurons pas de démocratie”.

“Moreno n’aurait pas pu faire un dixième de ce qu’il a fait sans la complicité ouverte des médias.” Pour M. Correa, la relation étroite du gouvernement actuel avec les groupes médiatiques est évidente dans le fait que beaucoup de leurs membres ont bénéficié de postes au gouvernement, que leurs entreprises ont été privilégiées grâce à des mesures fiscales et que leurs sociétés associées, comme les banques, ont réalisé des bénéfices extraordinaires. “Les médias en Équateur et en Amérique latine font partie des grandes puissances économiques. Tant que l’Amérique latine ne résoudra pas la question des médias, nous n’aurons pas de démocratie. Ces gens, dans leur arrogance, sont les gardiens de la démocratie. Ils nous l’ont volé, parce qu’ils n’informent pas, ils manipulent. Ils ont été les grands complices de Moreno. La même chose s’est produite au Brésil et avec le coup d’État en Bolivie. Tant que nous n’aurons pas une presse plus décente, qui dise la vérité, avec un contrôle social adéquat, respectant le droit du citoyen à l’information, l’Amérique latine n’aura pas de véritable démocratie”.

“Le virus n’a pas été créé par le gouvernement de Moreno, la tragédie l’a été”.

Par cette phrase concluante, il a répondu à la question sur la situation de l’Équateur par rapport au Covid-19 : “Nous sommes le pays qui a le plus mal géré la pandémie. Je pense que c’est la pire catastrophe dans l’histoire du pays, mais pour cause de malchance, la pire catastrophe a été affronté par le pire gouvernement. Un État affaibli, pillé et sans capacité de réaction. Cette année, ils ont réduit le budget du système de santé. Ils ont mis à la porte des milliers de fonctionnaires de la santé, d’administrateurs, de médecins, d’infirmières. Le système de santé a été détruit dans une économie en ruine, mais pas par le Covid, car l’année dernière l’économie souffrait une rétrocession, alors que les banques battaient des records de profit. Mais la pandémie elle-même a également été mal gérée. Aucune opération logistique n’a jamais été mise en place pour renforcer l’isolement en apportant de la nourriture dans les foyers. Vous devez soutenir les gens en leur apportant de la nourriture dans les foyers. Il y a eu une négligence criminelle dans cette gestion de la pandémie.

“Ils ont transformé le pays de la joie en un pays de ténèbres”

“Ce sont des moments de tristesse, de tragédie. Bien sûr, il y avait beaucoup de problèmes et il y avait beaucoup à résoudre”, a déclaré Rafael Correa aux journalistes réunis. “Ils ont transformé le pays de la joie en un pays dominés par les ténèbres. Ils nous ont fait beaucoup de mal, mais ils ne nous ont pas vaincus et ils ne le feront pas”. De manière synthétique, il a détaillé les différences entre ce qui s’est passé sous son gouvernement et la situation actuelle en Équateur et a appelé à une comparaison entre ce qui se passait sous son administration et ce qui se passe maintenant.

“Ensemble, récupérons ce pays, nous pouvons le faire. Il y a de la lumière au bout du tunnel. Ne nous faisons pas perdre espoir. Oui, les temps sont très durs. Mais s’ils nous privent de tout espoir, nous aurons été vaincus. Ne soyons pas vaincus, nous allons nous en sortir”, a conclu l’ancien président.

Source : Daniel Cholakian, NODAL – Traduction : Romain Migus