F. Perrier fait un article ce lundi 30 septembre sur Aube Dorée, le groupe nazi grec.

Son article comporte des analyses surprenantes et reprend des propos tout aussi surprenants.

Exemples : « Il aura fallu un assassinat, une victime grecque, Pavlos Fyssas » pour qu’ AD soit inquiétée par la Justice.Que veut dire ce « victime grecque » ?

A lire  l’article on n’en saura rien. Sans doute est-ce une allusion au fait qu’il y a eu déjà des assassinats par les nervis nazis d’immigrés qui n’ont pas suscités de réaction judiciaire et policière. Ce serait plus simple en le disant qu’en le suggérant.

Les actions violentes d’ AD sont tournées « essentiellement contre l’extrême-gauche et les immigrés ». C’est quoi « l ‘extrême-gauche » ? En fait d’abord et surtout les militants du KKE (Parti Communiste de Grèce anti- PGE) et du PAME (le syndicat de lutte et de masse membre de la FSM) mais appeler un chat, un chat semble gêner M. Fabien  Perrier. Pourquoi ? Parce que le PCF privilégie le parti réformiste Syriza membre du PGE et n’a plus de relations avec le KKE, léniniste ?

dictature des colonelsMais F. Perrier cite aussi, sans aucune ombre de critique, un dénommé Psarras « La dictature des Colonels n’est pas tombée par un soulèvement populaire mais suite au problème de Chypre ». Une contre-vérité qui est une insulte au peuple grec. Lire cela dans Libé ou Le Monde passe encore mais dans l’Huma….Inculture et opportunisme politique donnent d’étranges résultats. En particulier Psarras et Perrier « oublient » le soulèvement de Polytechnique. C’est ce mouvement parti des Université et qui a rallié des centaines de milliers d’Athéniens dans les rues autour de l’École Polytechnique occupée qui fut le début de la fin du régime des Colonels malgré une répression qui fit plus de 40 morts et des centaines de blessés quand les chars de l’armée ont pénétré dans Polytechnique. Ces évènements ont lieu en novembre 1973, la Dictature tombe en Août 1974.Tous les historiens considèrent cette date du 17 novembre comme l’arrêt de mort de la Junte et surtout le peuple grec qui célèbre chaque année le soulèvement de Polytechnique. Mais Psarros et son port-voix de l’Huma eux ne le savent pas.

Mais il faut dire que F. Perrier nous dit aussi « Racisme, xénophobie, rejet du système et de l’Europe constituent les principaux actes de leurs (AD) discours ». Passons sur les actes des discours(?). Racisme et xénophobie….rien à dire. Mais rejet du système et de l’Europe ? Y a t il une force progressiste conséquente qui ne soit pas contre le système capitaliste et contre l’UE prison des peuples, arme du grand capital, démolisseur des conquêtes sociales et des souverainetés populaires et nationales ? Certes pas le PGE mais nous parlons des forces progressistes conséquentes…..

Alors les lignes ambiguës, mensongères, fallacieuses et trompeuses de l’article de l’Humanité montrent où mènent la négation de la nature de classe de l’euro et de l’UE, ce que les manifestants communistes, progressistes et patriotes grecs appellent « la nouvelle Junte de l’UE ».