Le PRCF salue la mémoire de Mohamed Abdelaziz un des géants de la décolonisation et de la lutte contre l’impérialisme

Communiqué de la commission internationale du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France)

étoile rougeMohamed Abdelaziz présida depuis 40 années et jusqu’à son décès le 31 mai dernier la République arabe sahraouie démocratique (RASD). Il assuma avec la direction du Front Polisario une puissante et remarquable activité pour que le peuple du Sahara Occidental conquiert sa liberté dans l’indépendance de son territoire.

Le Sahara Occidental colonisé par l’Espagne du 16ème siècle jusqu’en 1976 est depuis cette date occupé par l’armée marocaine. Le Front Polisario riposta alors par la lutte armée à l’invasion se bat farouchement pour le droit à l’autodétermination reconnu par l’ONU dès 1965.

L’intervention militaire et répressive du pouvoir marocain en 1979 aboutit à l’occupation quasi-totale du Sahara Occidental dont l’essentiel de la population sahraouie se réfugia dans le Sud-est algérien.

Le peuple sahraoui confronté après le retrait de l’Espagne à l’occupation marocaine ne cesse de demander la tenue d’un référendum lui permettant de décider de son avenir. Les manœuvres dilatoires du pouvoir marocain et de ses complices, dont le gouvernement et le Président de la République, bloquent jusqu’à maintenant la possibilité d’organiser ce référendum devant conduire à l’autodétermination des sahraouis.

Le PRCF est totalement solidaire de la lutte héroïque du peuple sahraoui et de ses dirigeants qui en exigeant le départ de l’occupant ne font qu’exercer leur droit à vivre libre.

Le Pôle de Renaissance Communiste en France salue la mémoire de Mohamed Abdelaziz, un des géants de la décolonisation et de la lutte contre l’impérialisme honte de l’humanité.

Le secrétaire                                                                                    Le président

Antoine Manessis                                                                         Pierre Pranchère                                                                                                                                                          Ex-député européen rencontra le 20 mai 1986

le Président Abdelaziz en territoire libéré