En participant aux JO Pyeongchang la Corée du Nord démontre sa volonté de paix

Les sont bien souvent le masque de manœuvres géopolitiques. Sans aucun doute que les Etats Unis espéraient que les jeux d’hiver confiés à la du Sud leur permettraient de pousser leur avantage, comme il l’avait fait en Ukraine lors des précédents JO d’hiver de Sotchi en 2014ou au Brésil avec le coup d’Etat de Temer en 2016.  C’est pour le moment raté. A l’opposé de la politique guerrière de Donald Trump et des USA, en participant aux JO Pyeongchang la du Nord démontre sa volonté de paix. L’ouverture faite par la du Nord a permis également à la du Sud où la rue vient de faire chuter le régime d’ultra droite de Park de forcer la main des USA et de reporter les manœuvres militaires que Washington voulaient mener en pleine trêve olympique.  De fait, si la aspire à la paix, l’histoire aussi bien que l’actualité est là pour souligner que les fauteurs de guerre sur la péninsule coréenne ne sont pas les coréens, mais bien l’impérialisme américain et ses alliés.

Un couple de patineurs artistiques notamment représentera la Corée du Nord

Les explications par l’association d’amitié franco coréenne sur la situation en Corée :

La RPDC participera aux Jeux olympiques et paralympiques de Pyeongchang

A l’issue de la première rencontre de haut niveau organisée depuis plus de 2 ans entre Nord et Sud-Coréens au “village de la trêve” à Panmunjom, dans la zone démilitarisée, le 9 janvier 2018, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) a confirmé sa participation aux Jeux olympiques et paralympiques de Pyeongchang, qui se tiendront en République de Corée (Corée du Sud) en février-mars prochains. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un avait ouvert la perspective d’une participation aux JO d’hiver dans son discours de Nouvel An, tandis que le Président sud-coréen Moon Jae-in avait ensuite obtenu l’accord des Etats-Unis pour reporter les manoeuvres militaires conjointes prévues au premier trimestre 2018. Les deux parties ont également rétabli le dialogue sur les questions militaires. 

Le ton chaleureux de la rencontre a été donné par Ri Son-gwon, qui a souligné la volonté du peuple coréen – de tous les Coréens – de progresser sur la voie de la paix et de la réunification :

Offrons au peuple un cadeau précieux pour le Nouvel An, a lancé le Nord-Coréen. On dit qu’un voyage entrepris à deux dure plus longtemps qu’un voyage solitaire.

Cho Myoung-gyon, chef de la délégation sud-coréenne, a partagé ce rêve et cette ambition, en répondant que “le peuple souhaite ardemment voir le Nord et le Sud aller vers la paix et la réunification“.

De fait, les sujets du communiqué de presse conjoint dépassent la seule question de la participation nord-coréenne aux Jeux olympiques et paralympiques de Pyeongchang (qui a été actée). A cet égard, la RPDC désire envoyer non seulement des athlètes, mais aussi des officiels de haut niveau, des journalistes, des observateurs et des supporteurs, ainsi que des troupes artistiques et une équipe de démonstration de Taekwon-do, le sport national de combat coréen. Les modalités opérationnelles de cette participation (trajet – par voie terrestre ? -, logement, sécurité) devront donner lieu à des discussions ultérieures. L’idée que les athlètes du Nord et du Sud défilent sous une bannière commune, comme cela avait été le cas aux Jeux olympiques de 2000, 2004 et 2006, n’a pas été retenue – du moins à ce stade.

Le deuxième grand thème abordé a porté sur les questions militaires. Après le rétablissement d’une ligne de communication civile quelques jours plus tôt, le Nord a annoncé la réouverture de la ligne de communication militaire avec le Sud, suspendue en février 2016 – après que le Sud avait décidé d’arrêter les activités de la zone économique conjointe de Kaesong. Les deux parties ont convenu d’engager des discussions sur les questions militaires, de manière à réduire les tensions dans la péninsule – et par voie de conséquences le risque d’accrochages meurtriers qui n’ont que trop endeuillé la péninsule coréenne depuis la signature de l’accord d’armistice, en juillet 1953.

Le Sud a demandé l’organisation de réunions de familles séparées de part et d’autre du 38e parallèle, à l’occasion du Nouvel An lunaire, qui tombera cette année le 16 février, cette date coïncidant avec la période des Jeux olympiques (du 9 au 25 février). Le communiqué conjoint ne mentionne pas cette question, qui devra en tout état de cause faire l’objet de consultations en RPD de Corée, avant d’être traitée par des échanges entre les Croix-Rouges des deux Etats.

La reprise du dialogue intercoréen a été saluée à Pékin et même à Washington – Donald Trump voulant y voir un signe du bien-fondé de sa ligne intransigeante pour ramener Pyongyang à la table des négociations. D’aucuns diront toutefois que les Américains ont plutôt été mis par les Coréens devant le fait accompli, et qu’il était difficile à l’administration américaine de se mettre en porte-à-faux.

Ce pragmatisme n’est pas partagé par l’opposition sud-coréenne (conservatrice) du Parti de la Liberté de la Corée, toujours hostile à tout dialogue avec le Nord et pro-américaine, et qui a vivement dénoncé la reprise de discussions fragilisant, selon elle, l’alliance américano-sud-coréenne. Ce point de vue n’est pas partagé par l’opinion publique sud-coréenne qui, à 75 %, approuve les initiatives prises pour progresser sur le (long) chemin du rétablissement du dialogue et des échanges Nord-Sud, réduits à néant au cours des deux présidences sud-coréennes conservatrices (2008-2017). Pendant cette décennie perdue pour la réunification de la Corée, la stratégie des conservateurs au pouvoir à Séoul avait consisté à lier les relations intercoréennes et les programmes balistique et nucléaire nord-coréens, tout en apportant un appui inconditionnel aux sanctions internationales contre la RPDC : elle s’était révélée un fiasco non seulement pour la réconciliation Nord-Sud et la diminution durable des tensions, mais aussi d’un point de vue stratégique, n’ayant pas empêché la RPD de Corée de se doter d’une force de dissuasion nucléaire vis-à-vis des Etats-Unis.

Mais cette influence néfaste des conservateurs ne doit pas être sous-estimée, compte tenu du très fort lobbying médiatique qu’ils exercent, notamment dans les médias néo-conservateurs à Séoul et à l’étranger : comme par le passé, ils devraient ouvrir un nouveau front médiatique en remettant au premier plan de l’actualité la question des droits de l’homme au Nord, sur la base d’éléments avérés ou fabriqués. Ainsi, le Sud a évoqué à Panmunjom la question du dialogue sur la dénucléarisation de la RPDC (thème favori des néoconservateurs), soulevant sans surprise de “fortes objections” du Nord, selon les termes de l’agence sud-coréenne Yonhap : Pyongyang a toujours considéré que la question nucléaire relève de ses relations avec les Etats-Unis, et non du dialogue Nord-Sud ; la mention sud-coréenne de ce sujet, sauf si elle visait à donner des gages aux néoconservateurs dans un but tactique de politique intérieure, est de nature à faire échouer la reprise du dialogue Nord-Sud, qui devra encore être consolidée. Le rétablissement de la confiance mutuelle, mise à mal par 9 ans de duplicité des conservateurs sud-coréens qui ont détruit les échanges Nord-Sud sous prétexte d’établir de nouveaux paradigmes, constitue bien un processus long et difficile.