Le Parti Communiste confirme sa progression au Japon, troisième parti politique du Japon.

Dans la 2e économie capitaliste du Monde, au , les communistes japonais marquent des points. Et s’impose comme le troisième parti politique du , la principale force d’opposition.

2016 : Forte hausse du Parti Communiste Japonais à 13% : le troisième parti politique du Japon

Dans les élections directes, le PCJ (le Kyôsan-tô) a obtenu une forte hausse en pourcentage et en votes, ce qui le place désormais à la troisième place des parti politique au Japon. En 2012, le PCJ avait obtnu 3,5 millions de voix, il en obtient 7 soit 13,3% des voix.

Pour la liste à la proportionnelle, le PCJ obtient 11,4% des voix et fait ainsi élire 20 députés. 21 députés communistes siégeront au parlement japonais permettant la création des groupe parlementaire avec des prérogatives élargis. Comme dans la plupart des pays capitalistes, il est important de souligner que le nombre de députés communistes et moitié moindre au pourcentage de vote obtenus.

Le gouvernement du Parti du Premier ministre Abe, etait arrivé en tête avec 33% des voix par la liste, obtenant 223 sièges au Parlement, en raison de la prime accordés au premier, soit  61% des représentants  Le Parti démocrate – ex PS du Japon – sont alter égo est arrivé en deuxième position avec une moyenne de près de 22% des voix.

La campagne du parti communiste japonais était centré autour de cinq thèmes :

combat de la politique du premier ministre conservateur Abe, ultra libérale
lutte pour la paix et campagne pour mettre les guerres hors d’Asie, et pour bloquer les bellicistes alliés aux USA
abolition du financement public des partis politiques
lutte contre la menace nucléaire et opposition aux programmes nucléaire liés aux politiques de guere
fermeture immédiate de la base militaire atomique et de départ de la marine de guerre des Etats Unis de l’ile japonaise d’Okinawa

Juillet 2017 : le PCJ poursuit sa progression aux élections locales

Le PLD  parti conservateur du premier ministre, belliciste et proche allié de Trump est en fort recul lors des élections municpales. Il a ainsi perdu la moitié de ses sièges à Tokyo. Le parti communiste du Japon (PCJ) progresse fortement est apparait comme la seule force d’opposition réelle dans le pays, avec 14,5% des voix (19 élus). la participation était en hausse de près de 8% à 51,27/

Rappelons que le premier ministre Shinzo Abe, malgré les scandales qui le frappent et sa forte impopularité entend réviser – notamment dans un sens belliciste – la constitution de 1947.

Les raisons du succès du PCJ : le vote de classe

Avec ces résultats, le PCJ dépasse ses plus hauts historiques de 1996 et poursuit sa progression. Ces millions de voix, sont obtenus dans les quartiers où habite la classe ouvrière et c’est d’ailleurs là qu’il est en plus forte progression. Les résultats électoraux sont également le fruit de l’influence croissante du PCJ dans le mouvement syndical dans l’industrie et dans le commerce. Le PCJ mobilise également car il est en pointe également dans la lutte pour la paix, dans le combat pour le droit des femmes. Face au nationalisme et aux groupes fascistes, les communistes sont également à l’avant garde.
Les progrès du PCJ s’expliquent aussi par une organisation solide, communiste, qui s’appuie sur les principaux enseignements du marxisme léninisme, tant pour “l’analyse concrète de la situation concrète” que pour son organisation.

JBC pour www.initiative-communiste.fr