Mexique : des cadavres dans l’arrière-cour – IC n°151 – Lisez et Abonnez vous à Initiative Communiste

IC logo site pubInitiative Communiste c’est un journal mensuel qui chaque mois apporte un éclairage original sur l’actualité politique nationale et internationale. Un journal qui ne vit que par le soutien de ses lecteurs et dont le travail d’information n’est possible que parce que vous l’achetez. Pour une information de qualité libre et engagée, abonnez vous à Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr est le site internet – le supplément électronique – d’Initiative Communiste et le site web du PRCF. Achetez, diffuser et lire Initiative Communiste c’est soutenir le travail de l’ensemble des médias du PRCF

Afin de vous faire découvrir le journal Initiative Communiste, le site internet du PRCF vous propose chaque mois de retrouver – gratuitement- quelques articles parus récemment dans les colonnes d’Initiative Communiste.

www.initiative-communiste.fr vous propose de retrouver gratuitement cet article du numéro 151 de janvier 2015.

Chacun sait que l’Amérique Latine est débarrassée des dictatures – si l’on excepte le « goulag tropical castriste » (sic), et  les affreux régimes « populistes » comme celui du Venezuela…. Du coup, ce qui se passe au peut sembler relever monstrueusement étrange à ceux qui comptent sur les grands médias pour s’informer.

« » !

Missing_Mexican_StudentsLe 11 novembre, à Chilpancigo, capitale de l’Etat du Guerrero, un millier d’étudiants et d’enseignants (mais oui !) incendiaient le siège du Parti Révolutionnaire Institutionnel (quel drôle de nom, quand on y pense…), au pouvoir. Le lendemain, ils récidivaient avec le siège du secrétariat régional à l’Education, et une partie du parlement régional. Ce n’était qu’une des nombreuses explosions de violence qui secouent le pays depuis que quarante-trois militants étudiants de gauche arrêtés par la police fin septembre ont été découverts carbonisés début novembre : les policiers les avaient confiés à une bande de narcotrafiquants (les Guerreros Unidos, dont la principale fonction est de droguer les Noirs de Chicagos), pour qu’ils les massacrent. Imaginons ce qui se passerait si une telle horreur se produisait à Cuba, au Venezuela ou en Bolivie : Le Monde, Le Figaro, Libération, BHL et consorts hurleraient au totalitarisme communiste…

Il y a un an, le Mouvement pour la Paix, la Souveraineté et la Solidarité entre les Peuples (Mopassol) publiait un texte montrant que la violence qui sévit dans l’arrière-cour des Etats-Unis est étroitement liée aux activités du maître. On peut y lire notamment : « Dès que le Mexique eut signé avec les Etats-Unis le plan Mérida en 2006 (une réplique du plan ) et que Washington envoya des armes et des conseillers pour une soi-disant guerre contre le narcotrafic, plus de 55 000 personnes ont été séquestrées et assassinées de manière atroce, semant la terreur dans le Nord de ce pays. Il y a quelques 10 000 disparus. Les forces armées interviennent directement dans le conflit et personne n’ignore à ce stade des évènements que la majorité des morts n’ont rien à voir avec le narcotrafic, et que les États-Unis fournissent des armes aux groupes paramilitaires comme les Zetas.»

 Maintenir le chaos

Le Mexique n’est pas un cas isolé. Le Mopassol indique aussi que  « les armes des EU allèrent aussi aux « maras » (bandes) créées dans ce pays et furent ensuite envoyées dans leur pays d’origine, tant au qu’au et au Guatemala pour y maintenir le crime et le chaos – au Honduras sous le terrorisme d’état masqué, et au Guatemala où le féminicide et la violence du vieux militarisme et du paramilitarisme contre-insurrectionnel se sont intensifiés avec l’arrivée à la présidence d’un officier des « Kaibilies », la force spéciale la plus brutale de tous les temps, formée aux , et responsable de crimes contre l’humanité et de disparition de villages entiers. » Au Honduras, dont le Président de gauche fut renversé à la suite d’un coup d’Etat piloté depuis Washington en 2009 « le récent massacre de membres de la communauté Miskita dans le Rio Patuca, le 11 mai dernier quand des hélicoptères de l’agence antidrogue des (DEA) on tiré sur un canoë dans lequel voyageaient des paysans, tuant deux femmes enceintes et deux hommes et blessant grièvement quatre autres personnes. » Le Mopassol n’oublie bien sûr pas la Colombie, « le pays d’Amérique Latine qui avec le Guatemala détient le record de morts et de disparus ».

Ainsi, au nom de la lutte contre le trafic de drogue (qui ne s’est pourtant jamais aussi bien porté…), les Etats-Unis maintiennent depuis des années une présence armée étouffante dans toute la zone – mais le monde a les yeux fixés sur les récents mouvements de troupes russes à la frontière de l’Ukraine…

VF

Commentaire de lecteur “Mexique : des cadavres dans l’arrière-cour – IC n°151 – Lisez et Abonnez vous à Initiative Communiste