L’incroyable résistance des paysans indiens et la fascisation du gouvernement Modi – par les JRCF

Le jeudi 26 novembre 2020, l’Inde a connu la plus grande grève organisée dans l’histoire de l’humanité comme le relatait Initiative communiste récemment. 250 millions d’employés, de fonctionnaires, d’ouvriers s’étaient mis en grève pour combattre les lois néolibérales de Modi qui veut profiter de la confrontation commerciale entre la Chine et les USA pour que l’industrie américaine délocalise sa production de Chine en Inde. De plus, en bon néolibéral, il ne peut qu’imaginer la destruction du droit social indien pour relancer l’économie indienne. Tout cela les JRCF l’avaient pointé. Alors que la gestion catastrophique du coronavirus lors du grand confinement de l’Inde avait poussé des centaines de millions de travailleurs des villes sur les routes, en exil forcé vers les campagnes où ils espéraient y survivre plus facilement alors que la vie économique était arrêtée sans aucune protection sociale. Ces travailleurs avaient alors souffert de la faim. On aurait pu penser que la résignation les gagnerait. C’est ne pas connaître la grande force des Indiens, maniant, pour qui connaît l’Inde, le célèbre art du « jugaat », le système D indien, et une grande force de résistance. Après les salariés du public et du privé, ce sont les paysans qui joignent cette résistance, les fermiers bloquent les routes au Pendjab et en Haryana, pour protester contre les lois néolibérales appelées « agri-laws ». Pour relayer leur message et leurs revendications, nous traduisons ici un article de People’s Democracy, l’hebdomadaire du Communist Party of India (Marxist).

de Ashok Dhawale traduit par le collectif international JRCF


On n’a jamais rien vu de tel en Inde au cours des dernières décennies – un gouvernement qui mène une guerre contre son propre peuple, ses propres agriculteurs, les annadatas (nourriciers en marathi) de notre pays.

Mais c’est précisément ce qu’ont fait les gouvernements Bharatiya Janata Party-Rashtriya Swayamsevak Sangh et leur police – tant au centre qu’en Haryana. Ils ont dirigé la force des canons à eau sur les fermiers du Pendjab et de l’Haryana. Ils ont fait tomber une accusation de meurtre sur un jeune agriculteur qui avait grimpé dans le camion-citerne et éteint les canons à eau. Ils ont attaqué les fermiers avec d’innombrables grenades de gaz lacrymogène. Ils ont eu recours à des charges brutales. Ils ont arrêté des centaines de militants paysans. Ils ont érigé d’énormes barricades et des clôtures de fil de fer barbelé. Ils ont même creusé des tranchées larges et profondes sur les routes nationales pour arrêter l’avancée des fermiers vers la capitale nationale, Delhi. Le célèbre gouvernement BJP de l’Uttar Pradesh a également réprimé les fermiers qui venaient traverser l’Uttar Pradesh pour aller à Delhi.

Ironiquement, tout cela s’est passé le 26 novembre, qui est connu comme le jour de la Constitution. Il y a 71 ans ce jour-là, en 1949, l’Assemblée constituante de l’Inde adoptait la constitution de notre pays. Elle qualifie notre nation comme étant « souveraine, démocratique, laïque et socialiste ». Le principe démocratique fondamental du droit à la protestation a été piétiné avec une ferveur fasciste.

La répression du gouvernement fut sans précédent. Mais la résistance de la paysannerie était incroyable.

Des dizaines de milliers de vaillants paysans ont littéralement franchi ce mur de répression apparemment imprenable érigé par le gouvernement aux frontières du Pendjab-Haryana et de l’Haryana-Delhi. Ils étaient composés de jeunes et de vieux, de femmes et d’hommes, de toutes religions et castes, en nombre massif. Leur nombre et leur détermination étaient leur véritable force. Ils sont venus par milliers en tracteurs et en chariots. Et ils sont venus avec des provisions suffisantes pour rester des mois. Le moment décisif de cette lutte paysanne massive est venu lorsque ces paysans se sont présentés pour nourrir les mêmes policiers qui avaient fait pleuvoir la répression sur eux.

Face à cette remarquable résistance, le gouvernement central a été contraint de capituler. Il a annoncé que les paysans pouvaient enfin entrer à Delhi. Toutes ses actions jusqu’à présent visaient justement à empêcher cela. Il a désigné un grand terrain à Burari où les fermiers pourraient venir camper.

Et puis vint le coup de maître. Des dizaines de milliers de fermiers ont refusé d’entrer à Delhi. Ils ont décidé de rester sur les deux grandes routes nationales à la frontière entre l’Haryana et Delhi, à Singhu et à Tikri.  Au moment de la rédaction de cette pièce, plusieurs kilomètres de routes nationales aux deux points sont occupés depuis six jours par des agriculteurs, leurs tracteurs et leurs chariots. À la question de savoir pourquoi ils faisaient cela alors que le gouvernement leur avait donné l’autorisation de venir à Delhi, un jeune agriculteur a répondu infailliblement : « Nous n’irons pas sur le terrain à Burari parce qu’une fois que nous y serons, nous resterons assis pendant des jours et rien ne se passera. Ici, la frontière est fermée et cela a un impact ».

Lorsque j’ai visité la frontière de Singhu et que j’ai vu ce spectacle, je me suis immédiatement souvenu de notre lutte pour le « mahapadav » dans le Maharashtra il y a quatre ans et demi. Les 29 et 30 mars 2016, plus de cent mille fermiers sous la bannière de l’AIKS se sont réunis à l’immense club de golf Maidan à Nashik. Après l’immense réunion publique à laquelle ont participé Sitaram Yechury, Hannan Mollah et Sainath, entre autres, nous avons conduit l’immense masse sur la place principale de Nashik et l’avons bloquée pendant deux jours et deux nuits. Toutes les hautes autorités gouvernementales et policières nous ont persuadés de retourner sur le terrain de golf et de poursuivre notre agitation. Nous avons refusé pour la même raison que celle invoquée par le jeune agriculteur du Pendjab. Toute la ville de Nashik était fermée à clé. Dans les 12 heures, le ministre en chef du BJP de l’époque a été obligé d’inviter la délégation de l’AIKS (Le front paysan indien du CPI(M) pour des entretiens à Mumbai.

Le gouvernement central avait initialement donné le 3 décembre comme date pour les pourparlers, dans l’illusion que la lutte s’éteindrait d’ici là. Lorsqu’il est devenu évident que cela n’arriverait pas, le ministre de l’Intérieur du syndicat, Amit Shah, a posé comme condition que le gouvernement organise des pourparlers dès que les fermiers agitateurs se rendraient sur le terrain de Burari. Les paysans ont rejeté son offre avec le mépris qu’elle méritait. Finalement, le gouvernement a été forcé de plier et de tenir le premier cycle de négociations le 1er décembre.

Mais le Premier ministre Narendra Modi avait déjà fait une déclaration sur le terrain par son récent Mann ki Baat (note : il s’agit d’un programme radio indien du premier ministre Modi), où il a fermement défendu les trois lois agricoles et a déclaré une fois de plus qu’elles étaient bénéfiques pour les agriculteurs, au moment même où les paysans avaient assiégé la capitale du pays pour l’abolition de ces mêmes lois. Comme prévu, les discussions n’ont pas été concluantes. L' »offre » du gouvernement de créer un comité de cinq membres pour examiner les lois litigieuses a été rejetée d’emblée. Le prochain cycle de négociations avec le gouvernement a été programmé pour le 3 décembre. Il est clair pour l’instant que cette lutte va être longue.

Le Sanyukt Kisan Morcha (SKM) mène ce combat de façon unie. Il est composé de représentants des organisations d’agriculteurs du Pendjab et de l’Haryana, du All India Kisan Sangharsh Coordination Committee (AIKSCC) qui regroupe plus de 250 organisations d’agriculteurs, dont l’AIKS, et du Rashtriya Kisan Mahasangh (RKMS) qui compte plusieurs autres organisations. Pour la première fois dans l’histoire de l’Inde, plus de 500 organisations d’agriculteurs du pays se sont réunies dans cette lutte thématique. L’AIKSCC était représentée dans les discussions avec le gouvernement par le secrétaire général de l’AIKS, Hannan Mollah (membre du CPI(M)).        

ABROGATION DE LA LOI ANTI-AGRICULTEURS ET PROJET DE LOI SUR L’ÉNERGIE

La demande fondamentale du SKM est l’abrogation des trois lois anti-fermiers et pro-corporate adoptées de façon anti-démocratique par le gouvernement central du BJP au parlement en septembre 2020. Parallèlement, le projet de loi sur l’électricité 2020 sera retiré, ce qui entraînait une hausse importante des tarifs d’électricité non seulement pour les agriculteurs, mais aussi pour tous les consommateurs ruraux et urbains du pays. Immédiatement après l’adoption des trois lois sur l’agriculture, le gouvernement central du BJP a fait adopter par le Parlement les quatre codes du travail anti-travailleurs et favorables aux entreprises. Il l’a fait à la hâte pendant la pandémie de Covid, dans l’illusion que les ouvriers et les paysans ne pourraient pas sortir dans la rue pour s’opposer à eux en raison de la pandémie. Le régime de Modi agissait manifestement à la demande de sociétés indiennes et étrangères, ainsi que de l’impérialisme américain.

La magnifique « grève de toute l’Inde » (All India Strike) du 26 novembre, menée par la Central Trade Unions (CTU), à laquelle ont répondu des millions d’ouvriers (organisés ou non) et d’employés, et la lutte de toute l’Inde des 26 et 27 novembre, menée par le SKM, qui a mobilisé des millions de paysans et d’ouvriers agricoles dans tout le pays, ont été une gifle bien dure pour le régime BJP. À cela s’est ajoutée cette lutte historique des paysans à la frontière même de la capitale du pays. L’importance cardinale de cette lutte de novembre était qu’elle était une glorieuse manifestation de l’unité des travailleurs et des paysans en action. La classe ouvrière et la paysannerie de l’Inde se sont soutenues mutuellement dans leurs revendications contre leur ennemi commun, le gouvernement central du BJP-RSS. La lutte de novembre de la classe ouvrière et de la paysannerie a également prouvé une fois de plus que seule une lutte de classe unie peut combattre efficacement les conspirations communales, castéistes et de division. 

Les trois lois anti-fermiers ont été présentées pour la première fois sous forme d’ordonnances le 5 juin 2020. Elles ont été immédiatement dénoncées par la plupart des organisations paysannes du pays. Les toutes premières manifestations nationales contre ces lois ont été menées par l’AIKS le 10 juin. Le 9 août 2020, Journée de l’Inde, des millions d’ouvriers et de paysans sont descendus dans les rues de l’Inde pour s’y opposer. Les trois projets de loi ont été « adoptés » par subterfuge au Rajya Sabha, malgré la pression des députés du CPI(M) K. K. Ragesh (co-secrétaire de l’AIKS) et Elamaram Kareem (vice-président du CITU) et d’autres députés de l’opposition.

Immédiatement après, les CTU ont lancé un appel à des actions de protestation massives le 23 septembre. Le 25 septembre, l’AIKSCC a lancé un appel à des blocages routiers massifs dans tout le pays. Des millions d’ouvriers et de paysans sont descendus dans les rues. C’est juste après que l’AIKSCC a lancé un appel à « Chalo Delhi » et à une lutte nationale les 26 et 27 novembre. La CTU a également lancé un appel à la grève dans toute l’Inde le 26 novembre. Les 26 et 27 octobre, une importante réunion du groupe de travail de l’AIKSCC s’est tenue en personne à Delhi, à laquelle ont été invitées de nombreuses autres organisations du Pendjab, de l’Haryana et d’autres États. Elles ont toutes fini par former le Sanyukt Kisan Morcha (SKM), qui mène conjointement la lutte actuelle.  

APPEL À ÉLARGIR ET À INTENSIFIER LA LUTTE À L’ÉCHELLE DU PAYS

La direction centrale de nos organisations de classe et de masse a régulièrement visité les lieux de la lutte des agriculteurs aux frontières de Singhu et de Tikri pour s’engager à leur apporter un soutien actif. Parmi eux figurent le secrétaire général de l’AIKS Hannan Mollah, le président Ashok Dhawale, le secrétaire aux finances P. Krishna Prasad, les co-secrétaires K. K. K. Ragesh, député, et Badal Saroj ; le secrétaire général de la CITU Tapan Sen, le président K. Hemalata, le secrétaire A. R. Sindhu ; le secrétaire général de l’AIAWU B. Venkat et le co-secrétaire V. Singh ; le secrétaire général du SFI Mayukh Biswas ; et bien d’autres encore. Nos organisations de classe et de masse, tant au Pendjab qu’à Haryana, et aussi à Delhi, apportent de précieuses contributions de toutes sortes à cette lutte cruciale.        

Dans la conjoncture actuelle, il est vital d’élargir et d’intensifier la lutte dans tout le pays. Cinq partis de gauche, ainsi que des partis laïques comme le NCP, le RJD et le DMK, ont publié une déclaration commune soutenant la lutte des agriculteurs, et d’autres suivront probablement. L’AIKSCC a appelé à des actions de masse de grande envergure dans tout le pays à partir du 1er décembre.

L’AIKS a lancé un appel aux États de la région de Delhi pour qu’ils participent davantage à la lutte, qu’ils bloquent les routes à l’échelle nationale le 3 décembre et qu’ils mènent une semaine de lutte sous différentes formes du 3 au 10 décembre. La CITU, l’AIAWU, l’AIDWA, le DYFI et le SFI ont activement soutenu cet appel. La Nation for Farmers, dirigée par P. Sainath, Dinesh Abrol et bien d’autres, qui a été créée dans plusieurs villes pour soutenir la grande marche de l’AIKSCC Kisan Mukti en novembre 2018, est passée à l’action et mobilise des intellectuels, des personnalités littéraires, des artistes culturels et bien d’autres pour soutenir cette lutte historique des agriculteurs contre les politiques néolibérales du pouvoir en place.