A l’action dans l’unité contre la guerre impérialiste anti-libyenne !

Deux mois après l’adoption, sous couvert de « protection humanitaire », de la résolution 1973 à l’ONU par les puissances impérialistes avec l’abstention bienveillante de la Russie et de la Chine, l’Occident a entrepris une guerre sanglante, de « destruction massive » en vue d’une reconquête coloniale.

Tout est prêt en vue de cet objectif. Les dirigeants du « conseil national de transition » ne sont que des personnages aux mains des puissances de guerre, tel Hifter, ancien colonel ayant déserté avec l’aide de la CIA qui vivait depuis 1990 aux USA ou encore Tahrouni professeur d’économie depuis 35 ans à Washington. Si la population libyenne s’est soulevée dans certaines villes, ce n’est sûrement pas pour échanger Kadhafi contre ces marionnettes directement contrôlées par les Etats-Unis.

La genèse des guerres impérialistes varie peu. Elles sont précédées de campagnes de mensonges en vue de s’assurer la neutralité des opinions publiques. Mais deux mois après, qu’en est-il de ces médias mensonges ? « Sauver des vies humaines » ? Les bombardements font chaque jour depuis 2 mois des dizaines de morts, femmes et enfants inclus.

« l’action militaire sera de courte durée » ? Notre pays s’embourbe dans une intervention qui coûte, paraît-il, 100 millions d’euros par jour, millions qui manquaient, disaient-ils, pour maintenir les conquêtes sociales du peuple français.

« Cette intervention a le soutien du monde entier » ? La plupart des pays arabes et africains ainsi que l’ensemble de l’Amérique Latine sont contre. S’il est question d’une conscience universelle elle ne peut être que pour la paix, pas pour la guerre.

« la protection des populations civiles » ? Mais on en est à envoyer des hélicoptères de combat pour changer de régime, -ce qui sort totalement de la résolution (déjà scandaleuse par elle-même) de l’ONU-, avec la mission affichée de tuer Khadaffi, ce qui rélève purement et simplement du crime de guerre revendiqué.

Les interventions « humanitaires » des impérialistes établissent le règne de l’arbitraire. Pourquoi n’interviennent-ils pas pour faire cesser les massacres perpétrés par Israël, depuis plus de 50 ans, à l’encontre de la population palestinienne ? Car aux objectifs de reconquête coloniale il ne faut pas manquer d’ajouter la dimension politique en cette région du monde. Après la réorientation de la politique en direction d’Israël des nouveaux régimes au Caire et à Tunis, un axe Egypte-Libye-Tunisie inquiète les dirigeants voyous de Tel-Aviv.
Cette guerre ne correspond pas aux intérêts, ni du peuple libyen, ni du peuple français qui voit un peu plus son indépendance nationale se diluer dans L’OTAN, l’instrument de guerre aux mains des Etats-Unis.

La position du PRCF concernant Kadhafi est claire; dès le début de l’agression nous disions : « Il est impossible d’idéaliser Kadhafi, dont la politique fluctuante a oscillé entre l’anti-impérialisme et, après la chute de l’URSS, le ralliement plus ou moins masqué à l’Empire US et à l’UE du capital. » Mais dans le testament plein de dignité qu’il vient d’envoyer au monde et dont nous publions ci-dessous un court extrait, force est de constater qu’il pose clairement les raisons de cette intervention:

« Depuis 40 ans, à moins que ce ne soit plus, je ne me souviens pas, j’ai fait tout mon possible pour donner aux gens des maisons, des hôpitaux, des écoles, et, quand ils avaient faim, je leur ai donné à manger. À Benghazi, j’ai même transformé le désert en terres arables, j’ai tenu tête aux attaques de ce cow-boy, Reagan, quand il a tué ma fille adoptive orpheline. Essayant de me tuer, il a tué à la place cette pauvre enfant innocente. Ensuite, j’ai épaulé mes frères et sœurs d’ avec de l’argent pour l’Union africaine.

Non, peu importe ce que j’ai réalisé ! Pour certains ce n’était jamais assez. Mais les autres savaient que j’étais le fils de Gamal Abdel Nasser, le seul vrai leader musulman arabe que nous avons eu depuis Salah-al-Din. Nasser était sur ses traces quand il a exigé le canal de Suez pour son peuple, tout comme j’ai réclamé la Libye pour mon peuple. J’ai essayé de l’imiter pour garder mon peuple libre de la domination coloniale, des voleurs qui nous détroussent.

Maintenant, je suis attaqué par la plus grande force de l’histoire militaire. Obama veut me tuer, priver notre pays de liberté, nous priver de la gratuité de nos biens : logements, médecine, éducation, nourriture, et remplacer tout ça par la grivèlerie appelée « capitalisme. » Or, nous tous, dans le tiers monde, savons ce que cela veut dire. Cela signifie que les multinationales dirigeront le pays, dirigeront le monde, et le peuple souffrira. ».

La Libye est une nation indépendante et souveraine et il revient au seul peuple libyen de décider de son mode de gouvernement, de son régime socio-économique et de ses relations avec les autres peuples.

Marx avait décidément raison de dire,

à propos de la domination anglaise sur l’Irlande, qu’ « un peuple qui en opprime un autre ne saurait être libre » : car en massacrant le peuple libyen, en jouant le rôle de boutefeu avec l’aide de B.H.-Lévy et le soutien honteux du PS et de certains dirigeants du « front de gauche », en soumettant l’armée française à l’OTAN et en prétendant remettre en place la tutelle directe des transnationales du pétrole sur la Libye, qu’elles soient « françaises » ou nord-américaines, Sarkozy abaisse notre pays. Partout, que ce soit pour la France ou pour tout autre pays, souvenons-nous du « droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » défendu par Lénine et gardons à l’esprit le mot de Jaurès : « la souveraineté politique du peuple est le socle de l’émancipation sociale ».

Dans ces conditions le PRCF interpelle l’ensemble des forces communistes et républicaines opposées à la guerre en Libye et il se déclare prêt à toute action commune, grande ou petite, sur cette question : brisons la honteuse union sacrée impérialiste entre la droite et la fausse gauche pour mettre le monde arabe sous la tutelle directe de l’Occident impérialiste et néo-colonial !