Liberté pour Georges Ibrahim Abdallah !

En cette fin juillet, une délégation du PRCF était bien présente avec le collectif pour la libération de , plus vieux prisonnier politique de France, embastillé depuis près de 40 ans, pour accueillir la courageuse intervention de Monseigneur Gaillot à la prison de Lannemezan. Un collectif qui réunit entre autres CGT, LFI, PCF, PRCF

Manifestation à Lanemezan en 2019

C’est au nom du collectif que Maire Claude De Vita a remercié l’évêque pour sa “lutte contre toutes les inégalités et les injustices”. Soulignant que tandis que le régime Macron libérait pour cause de Covid-19 plusieurs milliers de détenus, à l’image du régime Jonhson avec Assange, Georges Ibrahim Abdallah est resté embastillé. Le militant libanais de la cause palestinienne a pourtant exécuté plus de deux fois la peine de sûreté de 15 ans à laquelle il avait été condamné. Rappelons que la peine de sûreté est la partie non aménageable d’une condamnation à la détention.

De fait, le collectif dénonce: “le maintien en détention de Georges revient à instituer une perpétuité réelle, jugée inhumaine par toutes les organisations de défense des droits humains”. Monseigneur Gaillot en appelle à la plus élémentaire humanité : “Si on a aboli la peine de mort, ce n’est pas pour laisser quelqu’un en prison à vie. Tout le monde a droit à un avenir. Ça n’est pas humain de se comporter comme ça” et de souligner : “Georges Ibrahim doit être expulsé dans son pays. Peut-être que le nouveau garde des Sceaux sera quelqu’un qui pourra faire ça”.

Rappelons qu’Abdhallah est immédiatement libérable. Ce n’est que par ordre des États-Unis et d’Israël que le gouvernement français poursuit l’embastillement de ce qui est son plus vieux prisonnier politique.