Le parti communiste d’Australie dénonce l’ hyper exploitation de la jeunesse dans le secteur agricole …

C’est une alerte générale que les communistes australiens lancent contre une situation trop peu connue, et loin de l’image touristique, loin de la réalité sous laquelle est connue l’Australie en France : l’hyper exploitation de la jeunesse. Une tribune que nous relayons à la suite des jeunes communistes des JRCF : http://jrcf.over-blog.org/2020/11/hyper-exploitation-dans-notre-secteur-agricole.html


Le Syndicat des travailleurs australiens a publié une déclaration le 30 septembre intitulée «Les jeunes Australiens sont enrôlés dans l’esclavage moderne».

La déclaration commence: «Le syndicat australien des travailleurs déclare que la proposition du gouvernement fédéral d’inciter les jeunes Australiens au chômage à travailler dans des fermes n’est rien de moins que l’esclavage moderne et ne fera rien pour arrêter l’exploitation rampante des travailleurs.

Le ministre de l’Agriculture David Littleproud devrait annoncer des plans qui permettront aux demandeurs d’emploi de gagner 300 $ supplémentaires sans perdre aucune de leur allocation bimensuelle de 815,70 $»

En effet, cela signifie que les chômeurs enrôlés dans ce travail recevraient environ 560 dollars par semaine, bien en dessous du salaire minimum de 753,80 dollars, bien que la majeure partie du salaire soit subventionnée par l’État.

Non seulement les entreprises de l’ensemble de l’économie profitent de la crise du chômage pour mener une campagne de destruction des droits, des conditions et des niveaux de salaire des travailleurs avec le soutien du gouvernement, mais le gouvernement participe également directement à cette campagne. Pendant tout ce temps, les travailleurs sont encouragés à croire qu’ils devraient être reconnaissants que les choses ne soient pas encore pires pour eux! À moins que nous ne luttions contre cette vague, les choses seront pires prochainement.

Ce plan d’envoi des chômeurs et / ou des jeunes à la campagne au profit des agriculteurs privés et des entreprises agricoles s’est concrétisé dans les recommandations d’une enquête parlementaire bipartite au début de septembre, également lancée par Littleproud.

Les recommandations incluaient d’encourager les jeunes fraichement sorties de l’école passant une année sabbatique au pays, à cueillir des fruits au lieu de voyager ou à contraindre certains bénéficiaires de JobSeeker à faire de même plutôt que de perdre leur paiement.

On ne sait pas à ce stade quelles politiques seront réellement mises en œuvre, mais ces propositions et le fait qu’elles ont été approuvées par les deux principaux partis sont très préoccupantes.

Le secteur agricole souffre de l’absence, en raison des restrictions de voyage due à la pandémie, des piliers de la main-d’œuvre agricole dans ce pays: les routards qui travaillent et les migrants temporaires pauvres. La couverture médiatique de ce numéro s’est principalement concentrée sur le premier. Bien qu’ils en aient effectivement constitué une proportion un peu plus importante ces derniers temps, il y a aussi le fait qu’ils ont tendance à provenir de circonstances économiques plus heureuses par à ces dernières, et les médias bourgeois les considèrent donc comme relativement plus humains et dignes d’attention.

Indépendamment de ces considérations, ce secteur de l’emploi est connu pour ses bas salaires criminels généralisés et le vol sur la rémunération, quels que soient les travailleurs. Le recours à la main-d’œuvre étrangère découle du fait que les étrangers sont plus vulnérables à ces pratiques criminelles de surexploitation que les citoyens. Mais l’approche du gouvernement pour résoudre la crise de l’agriculture semble être une tentative d’abaisser le statut des citoyens australiens au même rang et de formaliser ces pratiques illégales dans la loi.

Le gouvernement est absolument incapable de concevoir une situation où cette hyper exploitation est absente.

Bien que la plupart des reportages sur les questions agricoles soient centrés sur les petits agriculteurs, faisant appel à une image nationaliste romantique de l’Australie, la réalité est que le secteur agricole est dominé par d’énormes sociétés monopolistiques et que les petits agriculteurs sont souvent obligés de recourir à la pire exploitation possible pour concurrencer les monopoles. Ce n’est pas une simple question morale, mais une question de contrôle des moyens de en Australie. Le gouvernement et l’État jouent un rôle clé dans l’établissement et la préservation de ces relations, et nous les voyons ici dans toute leur gloire réactionnaire et anti-ouvrière.

Seamus Carey

https://www.cpa.org.au/guardian/2020/1936/05-agricultural.html