Nous relayons ici deux articles parus sur le blog de Nicolas Maury montrant bien quel est le vrai visage des amis de F. Hollande de L.Fabius et de C. Ashto: celui de la violence, de la persécution et du révisionnisme, c’est-à dire celui de la barbarie fasciste.

Solidarité avec nos camarades communistes d’Ukraine qui résistent héroïquement à la Junte installé à Kiev par l’Empire Euro-atlantique, en dépits des persécutions barbares dont ils sont victimes dans le silence le plus total des merdias occidentaux.

Pour Sergey Hrapov Premier secrétaire du Comité régional de Dnipropetrovsk du Parti communiste d’Ukraine (KPU), l’Ukraine est en train de devenir un pays de barbares, de rustres et d’ignorants. Il réagit à la destruction massive du passé communiste en Ukraine par la junte fasciste de Kiev – article et traduction Nico Maury

« L’Ukraine est en train de devenir un pays de barbares, de rustres et d’ignorants » déclare le dirigeant communiste aux journalistes, « ils démolissent massivement les monuments à Lénine, ils détruisent l’histoire, toutes les murs sont tagués avec un langage grossier… Tous ces phénomènes sont les maillons d’une chaîne imposée par les Américains qui conduit au délitement de la société ukrainienne. »

Pour Sergey Hrapov, le rapprochement avec l’Allemagne nazi est évident, « aujourd’hui, les gens qui se disent « patriotes » démolissent les monuments, détruisent les livres et tentent toujours d’interdire la liberté d’expression et de penser. Demain, ils feront des cortèges avec marche aux flambeaux, ils crieront des slogans nazis, et sur des pierres tombales de nos pères et grands-pères ils inscriront, en langue ukrainienne, ces mêmes slogans. »

En outre, Sergey Hrapov note « qu’il est possible d’interdire le Parti communiste, de détruire les statues de Lénine ou de brûler des livres, mais vous ne pouvez pas détruire la soif de l’âme humaine pour la Justice et la foi dans l’idée que représente la Justice. »

Pendant ce temps là, à Kiev, la résistance au quotidien des communistes

A Kiev, dans le district de Shevchenko, où est située la sinistre place Maïdan, bastion des forces néonazis qui sèment la terreur et fait couler le sang dans le pays, le spectre du communisme hante toujours Kiev.

Malgré la terreur, les communistes de Kiev continuent et n’hésitent plus a s’aventurer dans les zones tenues par les néonazis. Le district de Shevchenko, où est située la sinistre place Maïdan est la cible des communistes et du Komsomols. Depuis plusieurs mois l’activité des communistes dans la capitale ukrainienne n’a pas disparut. La clandestinité imposée n’arrêtent pas les communistes de Kiev qui distribuent sous le manteau et dans les boites aux lettres la « Pravda Shevchenko », le journal du KPU du district.

Encore récemment, alors que Kiev fêtait son « indépendance » (sic), les komsomols de Shevchenko (Kiev) et de Zaporozhye ont nettoyé la propagande nationaliste des murs de Kiev et posée sur le socle qui posait, avant les sombres événements de EuroMaïdan, une statut de Lénine. L’objectif était de rappeler aux nationalistes et aux habitants qu’ici c’est Lénine qui siège.

Nicolas Maury

 Mardi 26 Août 2014

Petro Simoneko, Premier secrétaire du parti communiste d’Ukraine, est formel, le service de sécurité ukrainien (SBU) a enlevé et torturé des militants communistes pour extorquer des « aveux » contre le KPU – article et traduction Nico Maury

Dans une interview sur Golos.ua, Petro Simonenko accuse le service de sécurité ukrainien (SBU – ex-KGB) d’avoir enlevé des membres du Parti communiste d’Ukraine et de les avoir torturer pour extorquer des « aveux » contre le KPU. Selon lui, Vitaly Prynya est un exemple scandaleux de cette détention illégale d’un membre du Parti communiste, il a été enlevé le 5 Juillet 2014.

« Le 5 juillet, 2014, des agents du SBU dans la région de Kharkov ont arrêté Vitaly Prynya, il est retenu sans motif et les autorités lui ont refusé la présence d’un avocat » déclare Petro Simonenko. Il déclare également que des militants communistes ont été torturé, notamment Viktor Siniaeva, pour lui extorquer des aveux. Il a été torturé, battu avec une barre de fer, il a été brûlé sur différentes parties du corps. Les rapports médicaux confirment une telle torture.

Le KPU informera l’OSCE sur les cas de tortures commis par les autorités sur les militants communistes

Valentyn Navlivaychenko, chef du SBU, avait utilisé ces aveux pour accuser les dirigeants du Parti communiste de « séparatisme ». « Les déclarations du chef du SBU sur la participation du Parti communiste et de ses dirigeants pour financer la fourniture d’armes à des terroristes, ainsi que participer à des actions visant à la destruction de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, sont des mensonges et de la désinformation, et il doit payer pour diffuser de tels mensonges ».

Le dirigeant du Parti communiste demande officiellement à la mission de l’OSCE d’enquêter sur les actes de torture contre des membres du Parti communiste . «Aujourd’hui, j’ai signé et envoyé un appel à la mission de l’OSCE, j’ai envoyé tous les documents qui confirment que le gouvernement actuel commets des crimes contre les membres du Parti communiste d’Ukraine » conclut Petro Simonenko.

Dans un communiqué de presse du Présidium du Comité central du Parti communiste : « Compte tenu des méthodes qu’applique le SBU et les principes qui guident M. Nalivaychenko, on peut dire que l’Ukraine glisse encore plus rapidement dans l’abîme du fascisme, et le SBU se transforme en police politique à l’image des nazis de la Gestapo. Le Présidium du Comité central du Parti communiste déclare que les communistes d’Ukraine s’opposent aux partis de la guerre qui ont pris le pouvoir et déclenché un massacre sanglant de civiles. Les communistes sont en faveur de l’intégrité territoriale, pour la paix et l’ordre en Ukraine. »

Nicolas Maury