Hypocrites, ils le sont assurément.

Les chefs des gouvernements américain, anglais, français, l’UE et la sainte clique autrement baptisée « communauté internationale ». Ces pouvoirs qui ont soutenu et bien souvent initié toutes les dictatures sanglantes que le monde ait connu, initié et soutenu tous les Pinochet, les régimes des Colonels, les égorgeurs de Jakarta, ces pouvoirs qui ont déversé des tonnes de bombes, d’agent orange et de napalm sur des civils de Hiroshima à Hanoï, de Belgrade à Bagdad, ces pouvoirs donc pleurent sur les Libyens et dénoncent Kadhafi.

Disons le clairement, leurs gesticulations pseudo humanitaires, leurs larmes de crocodiles sont un brouillard cherchant à cacher la rapacité des « fondés de pouvoir » des grands groupes capitalistes qui rêvent déjà de s’emparer des richesses des pays arabes, du moins celles qu’ils n’avaient pas encore.

Car n’oublions pas que Moubarak n’était au pouvoir que parce que financé par les États Unis. Que Kadhafi avait déjà vendu son pays à British Petroléum et au capital étranger, que Ben Ali n’existait que par la volonté des impérialistes. Que les trois dictateurs  bâtissaient des fortunes colossales en volant  leurs peuples.

Certes il fut un temps où les régimes Égypte, de Tunisie ou de Libye étaient anti impérialistes et jouaient un rôle progressiste dans la région. D’autant que dans le rapport de forces mondial, l’Urss pesait de tout son poids. Mais comme la bourgeoisie française en 1789 qui par la « Loi Le Chapelier » interdisait aux travailleurs de s’organiser en coalition ou établissait le vote censitaire pour exclure les masses populaires des élections,  ces bourgeoisies nationales devenaient chaque jour plus réactionnaires,plus anti démocratiques et plus anti patriotiques. Finissant par devenir, comme les régimes qu’ils avaient renversé (Farouk en Égypte, Idriss en Libye, El Amine Bey en Tunisie), des marionnettes des impérialistes.

Pour les communistes soutenir les régimes anti impérialistes dans leur lutte contre les menaces impérialistes est un devoir. Dénoncer les manigances des impérialismes aussi. Mais dès lors que les peuples entrent en lutte contre des régimes bourgeois, corrompus et (re)devenus des chiens de garde des impérialistes il est tout autant de leur devoir de soutenir les peuples.

Comptons que les peuples arabes déjouent les plans impérialistes et trouvent le chemin de la véritable émancipation, le chemin du socialisme avec les communistes héroïques de ces pays.

AM