Harcèlement policier à Tunis.

Pour la deuxième fois en l’espace d’un mois, la direction du Parti du Travail Patriotique et Démocratique de Tunisie se trouve confrontée à un important dispositif policier.

Le soir du 28 juillet et pendant la journée du jeudi 29 juillet, des agents en civil à pied, en voiture ou à moto ont fait le siège des domiciles des camarades Abderrazak Hammami, Mohamed Jmour et Mohsen Khalfaoui, respectivement président et membres du comité constitutif du Parti du Travail. Ces agents ont suivi les camarades au cours de leurs déplacements, et sont allés jusqu’à empêcher le camarade Khalfaoui de monter à bord de la voiture du Président du Parti.

Le Parti du Travail tient à rappeler ce qui suit:

Le Parti a déposé le 29 avril 2005 une demande en bonne et due forme pour obtenir son agrément en tant que parti légal.

L’administration, n’ayant pas opposé de refus motivé ni fourni le visa légal, le Parti a agi ouvertement et publiquement au cours des cinq dernières années.

Ainsi le Parti a participé aux campagnes des élections présidentielles et législatives de l’automne dernier dans le cadre de l’Initiative Nationale pour la Démocratie et le Progrès. Il a également soutenu les listes citoyennes qui se sont présentées aux élections municipales de mai dernier.

Notre Parti continue de participer à toutes les initiatives citoyennes et démocratiques qu’il considère comme allant dans l’intérêt du pays.

Tout en remerciant les partis, associations et personnalités qui lui ont manifesté leur solidarité, le Parti du Travail demande aux autorités:

* de lever les mesures sécuritaires qui ont été déployées de manière injustifiée à l’ encontre de ses membres fondateurs .

* d’accorder au Parti le visa légal qu’il revendique afin qu’il assume pleinement son rôle au service du pays et de son peuple.

Tunis, le 29 juillet 2010.
Parti du Travail Patriotique et Démocratique de Tunisie.