Gaza : le david palestinien finira par avoir raison du goliath colonialiste

Le PRCF soutient les manifestations du 28 août contre l’insupportable « deux poids deux mesures » pratiqué par la prétendue « communauté internationale » à l’encontre du peuple palestinien martyrisé. 
Dans cet esprit, nous relayons l’appel transmis par Capjo-europalestine.


Chères amies, chers amis,

Tous ceux qui n’ont pas oublié la résistance dans le ghetto de Varsovie auront salué la jeunesse gazaouie qui ose encore défier ses puissants bourreaux.

Nous venons d’avoir un exemple frappant d’un coup asséné par un jeune résistant palestinien contre une armée massive et surpuissante, avec ce « tireur d’élite » blessé au travers d’une lucarne dans le mur, dont il se servait pour tirer lâchement sur des jeunes, voire très jeunes, Palestiniens venus manifester contre leur enfermement depuis 15 longues années.

Ce qui a fait dire à Noam Amir, analyste israélien « Israël a investi des milliards pour construire une barrière encerclant Gaza ; et un jeune palestinien avec un pistolet d’une valeur de 140 dollars est venu jusqu’à la barrière et a obligé Israël à envoyer ses avions et à bombarder Gaza ».

Et cela rejoint l’analyse d’Ahmed Dardir qui écrivait récemment dans Chronique de Palestine que « l’idéologie qui réserve les technologies avancées et la puissance de feu aux superpuissances occidentales est remise en question par les acteurs non occidentaux ».

Evoquant à la fois les ballons incendiaires lancés par des jeunes de Gazaen direction des colonies israéliennes qui bordent leur ghetto, la résistance contre les attaques de la mosquée Al-Aqsa et les résidents de Jérusalem, mais aussi les drones et les missiles de la résistance basée à Gaza, cet analyste de la situation au Moyen-Orient souligne qu’Israël ne sait répondre qu’en tuant des enfants et en bombardant des populations civiles, se moquant bien du cessez le feu qu’il s’est engagé à respecter.

Des médias occidentaux aux ordres continuent à présenter les massacres israéliens comme de la légitime défense, les seuls terroristes étant les résistants palestiniens, tous assimilés au Hamas, présenté comme le diable en personne — même quand les militants assassinés et emprisonnés n’ont pas de rapport avec ce parti.

Les ballons de Gaza ou les missiles assez primitifs de la résistance palestinienne sont considérés comme des attaques aveugles, insupportables, tandis que les missiles précis et ciblés des forces d’occupation israéliennes qui frappent écoles, cliniques, théâtre de marionnettes et immeubles d’habitation, sont dédouanés.

D’une manière générale, on a pu constater que le carnage avec des technologies « de pointe », de l’informatique, de la miniaturisation —genre jeux vidéos — ou des logiciels espions, a meilleure que les attentats artisanaux au couteau ou avec des explosifs, dans lesquels le kamikaze est sûr de laisser sa vie.

Sans parler des assassinats extra-judiciaires auxquels se livrent couramment Israël ou les Etats-Unis et sur lesquels le monde entier ferme les yeux.

Sans parler du Napalm, d’Hiroshima, ou de Guantanamo, qu’il est interdit de qualifier de terrorisme, bien entendu.

Il y a les « civilisés », les Occidentaux, qui peuvent tuer comme bon leur semble, et les autres, en quelque sorte.

Mais en Palestine, il ne s’agit pas d’attentats perpétrés par des fanatiques religieux. Il s’agit de la résistance d’une population occupée, colonisée, dépossédée de tout, martyrisée, génocidée à petit feu, qui n’en peut plus, et qui a envie de vivre normalement.

Et elle a le de s’opposer avec des pierres, des pneus, et maintenant un révolver qui a fait lâcher prise à un sniper qui tirait sans scrupules sur des enfants venus demander l’ouverture du de Gaza.

Quels médias ont dit que depuis la dernière attaque israélienne contre Gaza, en mai dernier, 250 000 personnes sont sans toit parce qu’elles n’ont pas pu réparer leurs maisons endommagées par les bombardements ?

Et qu’Israël après son massacre et ses destructions massives a multiplié les « restrictions » sur l’entrée de marchandises à Gaza, empêchant la reconstruction des infrastructures sanitaires détruites, et provoquant une grave pénurie sur le marché local, avec une augmentation importante des prix de certains produits de base ?

Qui a souligné qu’Israël a pris soin de fermer toutes les entrées et sorties de Gaza le 10 mai dernier avant ses 11 jours de bombardements, empêchant même les malades nécessitant des soins urgents de quitter Gaza, et entraînant la mort d’au moins deux patients Gazaouis ?

Notre silence serait coupable. 

Ouvrez le de Gaza !

Nous vous appelons à manifester ce samedi 28 août partout en France.

A Paris, nous vous donnons RV de 15 H 30 à 18 H 30 à la Fontaine des Innocents. Métro-RER : Chatelet / Les Halles

Et plus que jamais, renforçons la campagne BDS  (Boycott, Désinvestissement, Sanctions !)

Amicalement,

CAPJPO-EuroPalestine : www.europalestine.com
version en ligne