Forte participation pour la Constituante au Venezuela qui fait le choix de la paix et de la démocratie

La présidente du Conseil National Électoral Lucena Ibisay a fait état d’une forte participation pour les élections de l’Assemblée Nationale Constituante : plus de 8 millions d’électeurs ont pu voter malgré les violences exercées par l’opposition : un candidat a été assassiné par balle dans l’État de Sucre tandis qu’au moins une attaque à la bombe a visé des policiers chargés d’assurer la sécurité des bureaux de votes à Caracas, la capitale du pays. Des dizaines de machines électorales et des bureaux de vote, visés par des violences d’une opposition soutenue par les États-Unis, ont été incendiés ces derniers jours : la MUD – minoritaire et peinant à mobiliser dans la rue – avait appelé à empêcher la tenue des élections préférant l’action violente et le coup d’État à l’image de ses précédentes tentatives de 2002 et 2014 qui déjà s’étaient soldées par des dizaines de morts. Dimanche, au moins 21 policiers ont été blessés par des tirs d’armes à feu tandis que 200 bureaux de vote ont été attaqués.

“La paix a gagné et si la paix a gagné, c’est le qui a gagné” a déclaré lors d’une conférence de presse télévisée, saluant le courage et la détermination des citoyens vénézuéliens qui se sont mobilisés en masse pour la paix et la démocratie en se rendant aux urnes : “malgré la violence et les menaces, les Vénézuéliens ont été capables de s’exprimer par eux-mêmes”.

En raison des menaces de violences, ce qu’il faut bien appeler des attentats, le CNE a dû déplacer certains bureaux de vote afin d’éviter des violences.

Le scrutin se conclura mardi avec l’élection des huit représentants des communautés indigènes.

Le président Maduro, devant une grande foule de ses soutiens s’est exprimé à Caracas, remerciant les vénézuéliens pour leur soutien à la paix et aux paix, soulignant qu’il s’agit d’un des plus forts résultats électoraux en faveur de la révolution bolivarienne, avec 8 089 320 votants.

“Huit millions de personnes, malgré les menaces, ont traversé rivières et montagnes, et ils ont voté” a salué le président Maduro saluant “la leçon de démocratie” donnée par le peuple vénézuélien avec cette élection.

Large soutien de la communauté des pays d’Amérique Latine, les États

-Unis poursuivent leur escalade violente

Maduro a également tenu à remercier les nombreux soutiens venus des gouvernements des pays d’Amérique Latine et de la Caraïbe, qui tous dénoncent les interventions impérialistes des États-Unis contre un pays souverain. En réponse au président américain qui a déclaré dès avant le scrutin qu’il ne reconnaîtrait pas le vote des Vénézuéliens – l’éloge du vice à la vertu de la part d’un président élu malgré un nombre d’électeurs plus faible que sa concurrente faut-il le rappeler, Maduro a déclaré ” nous n’avons rien à faire de ce que Trump peut dire, nous nous soucions uniquement de ce que notre peuple dit”. “Cette élection va marquer les prochaines années pour l’indépendance de l’Amérique Latine” “L’Amérique Latine va débuter un nouveau cycle de lutte”.

Renforcé par la forte participation, Maduro a appelé l’opposition à abandonner la violence et à revenir dans le cadre des règles démocratiques.

Évidemment les gouvernements vassaux de Washington dans la région se sont alignés sur les États-Unis pour condamner cette élection : la crédibilité des protestations du putschiste Michel Temer au Brésil, ou encore de la part de la Colombie qui laisse mourir de faim plus de 6 millions de personnes d’après les chiffres de l’ONU et où les paramilitaires d’extrême-droite continuent de faire régner la terreur fasciste est évidemment bien faible. Tout comme celle des régimes fantoches pro-USA installés à la faveur de coup d’État.

Au contraire, à travers tous le sous-continent, c’est le soutien au Venezuela qui domine. Quelques exemples:

Soutien de la part du président du Nicaragua où le président Daniel Ortega et son vice-président Rosario Murillo ont félicité le processus électoral au Venezuela et appelé à respecter le droit du Venezuela à “s’autodéterminer  à la paix”. Le FMLN, parti au pouvoir au Salavador, a publié un communiqué soutenant le Venezuela et félicitant les Vénézuéliens pour leur “dignité, leur attachement à la démocratie et leur patriotisme”.

Le président de la Bolivie, Evo Morales a renouvelé son soutien au Venezuela, rappelant que l’agression contre la démocratie vénézuélienne est une agression contre l’ensemble de l’Amérique latine.

Plus de 300 délégués du Salvador, du Guatemala, du Honduras, du Nicaragua, de Colombie, du Panama, du Mexique, de Cuba ou encore du Costa Rica ont signé une déclaration pour soutenir le gouvernement démocratiquement élu du président Maduro et saluer l’élection de l’assemblée nationale constituante.

JBC pour www.initiative-communiste.fr

d’après informations d’agence