Des nouvelles d’Amérique Latine : revue de presse internationale

Bolivie Argentine Cuba résonnent comme les initiales de Bonne Année Camarades !

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le monde change. Alors que les peuples se sont révoltés, une épidémie est arrivée et les gouvernants de la planète se sont positionnés en fonction de l’urgence sanitaire et économique. Mais la lutte des classes sur le plan international n’a pas faibli. À y regarder de plus près, la répression est toujours au rendez-vous tandis que les différents blocus permettent au Venezuela et à Cuba de jouir d’un soutien de la Russie, de l’Iran, de la Chine, de l’Inde et de l’Afrique du Sud. À l’orée de cette nouvelle année 2021, la Commission Internationale adresse à ces peuples qui sont menacés par l’embargo, le courage politique des Angela Davis, Nelson Mandela, Fidel Castro, Hugo Chavez, Salvador Allende, Nasser, Yasser Arafat, Tito et les Brigades Rouges Internationales, car cette année n’est pas une année quelconque : c’est l’année du Centenaire de la Création du Parti Communiste Français au Congrès de Tours.

Aussi, par la Solidarité Internationale, nous voulons rendre hommage à notre Président Léon Landini, aux camarades fusillés ou torturés et réaffirmer avec Georges Gastaud, Secrétaire National et fils de résistant, notre ferme résolution à faire notre entrée sur le terrain de la lutte pour la révolution mondiale.

Le Pôle de Renaissance Communiste n’a pas vocation à exister et se réunir en petits comités, mais il est aujourd’hui une caisse de résonance des peuples qui résistent comme AMLO, le président mexicain, qui offre l’asile politique du Mexique à Assange, des peuples qui luttent et qui travaillent à un nouvel ordre mondial : le Socialisme-Communisme, la seule issue au Capitalisme. Loin des discours démagogues d’une Europe Sociale, nous exhortons le peuple à se positionner pour les 4 sorties : de l’Euro, de l’Union Européenne, de l’Otan et du Capitalisme ; c’est là notre fer de lance, notre fil rouge, notre boussole. Non à l’Eurocommunisme, Oui à la Renaissance de l’Internationale Communiste, à la Paix Mondiale et au Droit des Peuples à la Souveraineté. Et pour porter haut et fort ces exigences, nous avons choisi un porte-voix pour faire entendre ces orientations lors des élections présidentielles en France de 2022 Fadi Kassem


Revue de presse internationale sur la situation en Amérique Latine à cette orée de 2021

Venezuela : un entretien d’Ignacio Ramonet avec Nicolas Maduro

Extraits traduits par la commission internationale du PRCF.
Tout en soutenant la résistance bolivarienne contre les attaques de l’impéralisme contre le Venezuela, le PRCF s’indigne de l’exclusion de la session de l’assemblée nationale de notre camarade du PCV : Carlos Silva, victime de la censure sur les médias dans le cadre d’une politique structurée contre le coq rouge ou « gallo rojo »

Ignacio Ramonet : Monsieur le Président, dans la conjoncture nationale et internationale, marquée par les conséquences, à la fois du blocus et de la pandémie, quelles sont les thèmes principaux à résoudre pour impulser la croissance économique de votre pays ? Dans quelle mesure le vote récent d’une loi « anti-blocus » peut-elle y contribuer ?

Nicolás Maduro : nous sommes entrainés aux difficultés. Le « Libérateur » (Bolivar) s’est nommé lui-même « l’homme des difficultés ». Et nous appelons notre peuple le « peuple des difficultés ». Nous avons peu à peu marqué et pris le chemin d’un plan de relance qui a eu comme axe, cette semaine, la Loi Anti-blocus.

La loi Anti-blocus joue le rôle d’un grand axe matrice dans le processus pour la relance des revenus nationaux. Et avec la relance des revenus nationaux nous devons récupérer les facteurs et les équilibres de la macro-économie.

Récupérer peu à peu le revenu des travailleuses et des travailleurs, et maintenir un processus de relance du marché intérieur national. Je peux te faire part d’une donnée importante de comment, en 2020, ce fut une année où nous avons avancé dans le processus d’installation d’une économie alternative, une économie Post-rentière, une économie productive. Nous avons augmenté de 400 mille tonnes, par exemple, la production d’aliments, et avons dépassé les niveaux de désapprovisionnement, des produits et des aliments, qu’il y eut il y a trois, à cinq ans. Avec une production nationale.

Je veux féliciter les entrepreneurs et les producteurs, l’agro-industrie… Nous sommes en train de faire le plan pour les CLAP 2021, le marché de repas mensuels pour 7 millions de foyers…Je veux parler des Comités locaux d’Approvisionnement qui constituent un instrument fondamental dans le marché des repas. Qu’il faut sans doute améliorer, augmenter…Et nous allons en parler en janvier, le Ministère de l’Alimentation, la Vice-Présidente exécutive. J’ai approuvé les lignes de travail pour la production nationale de tous les CLAP, de tous les aliments distribués aux 7 millions de foyers nationaux. Avant, nous importions 60 à 70 % de ces aliments…

C’est ainsi que, à partir de 2021, avec la Loi Anti-blocus, nous allons récupérer le revenu national, l’équilibre macroéconomique, en contenant l’inflation encore davantage l’an prochain et en reprenant la croissance économique réelle, de l’économie réelle.

L’année 2021 marque l’essor d’une nouvelle croissance progressive, soutien, tu entends, de l’économie de l’économie réelle, de l’économie productive. Pas de ce qui est écrit, de la spéculation, des mensonges, de la plaisanterie, non, c’est la croissance de l’économie qui produit des grains, du lait, de la viande, du maïs, des galettes, du linge, du pétrole, de l’or, etc. De l’économie réelle.

Je crois que toute cette cruauté qui s’est appliquée contre le Vénézuela nous a laissés de grandes leçons, et nous sommes montés sur les rails du développement d’une économie propre, vraie, qui va être forte, très puissante, tu verras, et en plus nous donnons un exemple au monde entier.On peut nous interdire le dollar, on peut nous interdire le financement et le refinancement dans le système bancaire occidental, on peut nous poursuivre et nous ôter les comptes, mais on ne nous a pas arrêtés et on ne nous arrêtera jamais. Et ce qu’il adviendra sera un exemple pour le monde entier qu’un autre monde est possible, que le chantage du dollar suffit, et que le système financier du Fonds Monétaire International suffit. Au Venezuela nous démontrons, dans la résistance, dans une résistance très rude, qu’un autre monde est possible. Nous allons nous en sortir, vous verrez bien.

Cuba socialiste menacé par le durcissement de l’embargo résiste

CUBA menacée par les États-Unis alors que les présidents Barack Obama et Raul Castro avaient opéré un rapprochement historique qui avait permis en 2015 le rétablissement des relations diplomatiques, et le retrait de la liste noire.

Mais après l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en 2017, son administration a durci l’embargo imposé à Cuba depuis 1962, invoquant les violations des droits humains à Cuba et le soutien de La Havane au gouvernement chaviste du Venezuela.

Le chancelier cubain dénonce conjointement avec M. Diaz Canel, le Président de Cuba, une manœuvre unilatérale, absurde, hypocrite et injuste du gouvernement des États-Unis, pour faire figurer à nouveau Cuba dans sa liste d’États qui parrainent le terrorisme, se traduisant par une aggravation considérable des conditions d’accès de Cuba au commerce et au système financier internationaux. Et ce alors que la crise du covid frappe durement l’île, la chute du secteur touristique privant l’île d’une de ses sources importantes de devises. Une décision prise par ce gouvernement US qui, rajoute le secrétaire du PC Cubain, accueille des groupes terroristes qui agissent contre Cuba.

source juventudrebelde

Mexico et AMLO offre l’asile politique à Julian Assange

Alors que la justice britannique a refusé l’extradition de Julian Assange, Mexico exige sa libération et lui offre l’asile politique.

Le motif fondamental pour asseoir sa décision, c’est que Assange pourrait mettre fin à ses jours s’il était soumis au système pénitentiaire des États-Unis. C’est ce pourquoi, López Obrador demande au Royaume Uni qu’il libère Julian Assange et il lui offre l’asile politique.

Source : http://www.granma.cu/cuba

Argentine : victoire pour les droits des femmes qui obtiennent le droit à l’IVG …

Alors que la droite, l’Église et l’extrême droite dans le Brésil de Bolsonaro durcissent une des législations les plus restrictives en matière d’avortement, le pays n’autorisant celui-ci qu’en cas de viol, danger pour la vie de la femme ou problèmes congénitaux graves du fœtus, en Argentine, l’IVG devient donc légale jusqu’à la 14e semaine de grossesse. Deux ans après une mobilisation historique pour le droit à l’avortement.

Sources : https://www.humanite.fr/au-bresil-des-femmes-violees-mais-interdites-divg-692958

et https://www.rfi.fr/fr/amériques/20201230-l-émotion-des-militantes-féministes-de-buenos-aires-après-la-légalisation-de-l’avortement

… contre le covid-19 et la pauvreté, un impôt sur les grandes fortunes

L’économie du pays est en grande souffrance. Aussi, pour faire face à l’épidémie de coronavirus et pour aider les plus démunis, un impôt extraordinaire sera mis en place. Il concernera près de 12 000 personnes.

Concrètement, 12 000 personnes seront taxées, soit moins de 1 % des contribuables. Il s’agit d’un impôt progressif sur les personnes physiques et non les entreprises. Une contribution exceptionnelle de 2 % sera prélevée sur les fortunes dont le patrimoine dépasse les 2 millions d’euros et ce sont principalement les grands producteurs agricoles qui devront s’acquitter de ce nouvel impôt.

 Les Argentins les plus riches seront taxés jusqu’à 5,25 % sur les biens détenus à l’étranger. Cet impôt incite donc les grandes fortunes à rapatrier leurs richesses dans le pays, dans un contexte économique gravissime. Les inégalités se creusent de plus en plus dans le pays. Quatre Argentins sur dix vivent actuellement sous le seuil de pauvreté. L’État argentin espère recueillir environ trois milliards de dollars. Ce qui permettra notamment de financer des aides aux petites et moyennes entreprises, des programmes sociaux et du matériel médical pour faire face à la pandémie.

Source : https://www.rfi.fr/fr/amériques/20201205-argentine-un-impôt-sur-les-grandes-fortunes-contre-le-covid-19-


Ainsi s’achève le clin d’œil au continent des Amériques, à très bientôt, pour des nouveaux dénouements…Antoine LUCI- Pôle hispanique- Commission Relations Internationales-Pour I.C.