Le Népal s’est doté ce dimanche 11 octobre d’un nouveau Premier ministre, le premier depuis la promulgation de la Constitution, le 20 septembre dernier. Le communiste (CPN-UML) Khadga Prashad Sharma Oli été élu.

CPN UML NépalKhadga Prashad Sharma Oli, est le porte-parole du Parti communiste du Népal – marxiste-léniniste unifié (CPN-UML), a été élus par les deux tiers de l’Assemblée législative. ll recueille 338 votes sur les 597 membres de la chambre. Il a ainsi défait son prédécesseur, Sushil Koirala (Nepali Congress), qui a obtenu 249 voix. Le CPN-UML a reçu le soutien des maoïstes népalais (UCPN (M)).
Il arrive à un moment difficile, car la population du sud du pays réclame depuis deux mois des réformes à la nouvelle Constitution et, du fait des protestations, le pays souffre d’une grave pénurie d’essence.

Instabilité dans le pays

Les temps sont délicats, au Népal, où le peuple Madhesi et d’autres groupes dans le sud du pays protestent contre la nouvelle constitution. Des émeutes ont fait 45 morts. Le pays fait également face à une importante pénurie de pétrole, car l’Inde et les Madhesi bloquent un poste de vérification frontalière important. Des camions-citernes et de transport sont immobilisés à la frontière depuis la fin du mois dernier.

Les communistes en pointe de la reconstruction du Népal

50.000 militants et sympathisants communistes sont engagés par le CPN-UML pour reconstruire le pays. Dans les différentes parties du pays les communistes ont entrepris la reconstruction des infrastructures publiques et des habitations.

Le leader communiste a pointé que les promesses faites par de nombreux pays et organismes ne se sont pas matérialisées, laissant le pays dans une crise qui rend la reconstruction plus difficile.

Deux tremblements de terre majeurs, les 25 Avril et 12 mai, avaient tué près de 9.000 personnes au Népal, détruisant lourdement les bâtiments et habitations.

Portrait du nouveau chef du gouvernement népalais

Khadga Prashad Sharma Oli a commencé sa carrière politique dans les années 1970 en se battant contre la royauté, dans les rangs du Parti communiste. Cela l’a d’abord empêché de finir son lycée et lui a ensuite valu d’être envoyé en prison pendant 14 ans, jusqu’à la fin des années 1980. Il rejoint ensuite la formation marxiste-léniniste et est élu au Parlement.

KP Sharma Oli devient ensuite ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Ce dimanche 11 octobre, ce politicien de 63 ans, originaire des montagnes de l’Est, devient le premier chef d’un gouvernement républicain de l’histoire moderne du Népal, après la chute de la monarchie en 2007.

source : Nicolas Maury