Camarades, Ne vous trompez pas de cible !

Suite à la communication du PCF à propos de la grève de la faim de Guillermo Farinas, Cuba Si France déclare :

Est-il moral et juste de nommer « opposants », des personnes convaincues d’avoir été stipendiées par un pays étranger dans le but de déstabiliser le leur ?

Guillermo Farinas est en prison pour ces faits avérés. Dans n’importe quel pays du monde, il le serait pour les mêmes raisons. Cet homme a décidé de ne plus se nourrir, manipulé par des êtres sans scrupules qui se moquent de sa vie mais qui espèrent tirer de son agonie, voire de sa mort, un bénéfice politique et médiatique. Sordide ! Sortir de l’anonymat dans lequel ils sont englués… voilà leur unique dessein ! Leur fin justifie l’immoralité des moyens.

Les autorités et les médecins cubains font tout ce qui est en leur pouvoir pour le maintenir en vie malgré lui. Face à cette nouvelle épreuve, le gouvernement cubain fait front avec dignité et humanité. Pourquoi devrait-il céder aux prétentions outrageantes de ceux qui se réclament de ses « amis » alors qu’il ne fait que défendre l’intégrité de son territoire et sa révolution contre les tentatives de déstabilisation ourdies par l’Empire ?

En effet, que d’exigences incongrues sont imposées à Cuba ! Que de sommations insupportables lui sont adressées ! Nul autre pays au monde n’essuie un feu aussi nourri, et mensonger depuis si longtemps !
Camarades,

Ignorez-vous donc que Cuba est en guerre depuis plus de 50 ans contre un blocus étatsunien perfide et criminel qui entrave, par ses imbrications politico-juridiques, ses relations commerciales avec le monde entier et qui punit un peuple innocent ?

Ignorez-vous donc que ce petit pays pacifiste est contraint de déployer une énergie considérable et consacrer une part importante de son budget à déjouer toutes les tentatives d’agressions terroristes qui se trament contre lui et son peuple, à quelques milles de ses côtes ?

Ignorez-vous donc qu’il lutte sans relâche, dans un contexte d’une rare hostilité, pour préserver son indépendance, ses choix politiques et ses acquis sociaux uniques au monde ?

Ignorez-vous donc que sur son propre territoire, le pays le plus puissant de la planète s’est arrogé le droit contre toute légitimité internationale, d’en annexer une partie, d’y installer une base militaire redoutable et d’y pratiquer dans l’impunité la plus totale, les pires tortures, tout en osant donner aux cubains des leçons de droits de l’homme ?

Ignorez-vous donc l’existence de ces cinq héros cubains qui ont lutté courageusement contre le terrorisme sanglant des mafieux assassins de Miami, et qui, après un procès particulièrement inique, ont été condamnés à des peines d’emprisonnement dépassant la perpétuité. Jetés dans les geôles étatsuniennes, ils y croupissent depuis 12 très longues années sans qu’ils aient pu revoir leurs proches ?

Faut-il que ce petit pays qui pourrait donner bien des leçons à tous les croisés occidentaux des droits de l’homme, soit à ce point gênant pour l’accabler de la sorte !

Alors, avant de le blâmer, balayons devant notre porte car ce que l’on y découvre devrait inciter à plus d’humilité et de raison.

Camarades,

Se peut-il que vous ignoriez tous les suicides qui se produisent dans nos « belles » prisons françaises dont la vétusté, l’insalubrité et la surcharge sont condamnées par les instances internationales ?

Se peut-il que vous ignoriez le sort misérable de toutes ces femmes, de tous ces hommes, jeunes et vieux, jetés à la rue comme des chiens, victimes colatérales des lois du Marché et d’un pouvoir autoritaire, cynique et dispendieux, dont certains meurent de faim, de froid ou de maladie à deux pas de chez nous ?

Se peut-il que vous ignoriez tous ces travailleurs moralement éreintés qui se tuent parce qu’on les a trop méprisés après les avoir exploités comme des esclaves ?

Se peut-il que vous ignoriez toutes ces petites gens à l’orée de la vieillesse qui ont trimé toute leur vie et plus encore, et que la France abandonne à la solitude et au désarroi, avec une pension de misère ?

Se peut-il que vous ignoriez le silence de la pauvreté qui s’étend jusque sous nos porches sans jamais troubler le sommeil des nantis ? Ses victimes depuis longtemps ne frappent plus aux portes des média qui les ignorent, ni d’ailleurs aux vôtres qui restent closes. Elles n’ont plus alors que leur dignité dans laquelle, épuisées, elles se drapent et s’endorment ?

Pourtant, bien qu’il y ait matière à le faire, Cuba ne s’est jamais permis d’adresser à la France la moindre remarque quant aux viols des droits de l’Homme perpétrés sur son territoire.

Alors ce qu’a besoin Cuba, ce n’est pas d’un dialogue inutile avec lui-même, mais l’arrêt des ingérences répétées des USA et de l’Europe dans leurs affaires intérieures.

Ce qu’a Besoin Cuba c’est d’une négociation d’égal à égal avec les USA dans le strict respect de sa souveraineté, ce que les USA lui ont toujours refusé.

Ce qu’a besoin Cuba, c’est de protestations énergiques à l’encontre de l’Empire qui cherche par tous les moyens, des plus sophistiqués aux plus vils, à détruire sa Révolution et à se réapproprier son territoire.

Ce qu’a besoin Cuba, c’est de réclamer à cor et à cri, la libération des 5 héros cubains embastillés aux Etats-Unis.

Ce qu’a besoin Cuba, c’est de notre soutien résolu, de notre solidarité sans faille pour qu’enfin il puisse vivre en paix car même si Cuba libère ces mercenaires, la guerre larvée que mènent les USA ne cessera pas.

Camarades, vous vous trompez de cible !

Cuba ne mérite certainement pas ça. C’est à la Colombie ou au Honduras notamment que devraient aller vos plus vives réprobations.

Fait à Paris le 8 juillet 2010
Cuba Si France