Le journal allemand Bild s’en prend au mémorial soviétique de Berlin – Pas de revanche posthume pour Hitler ! le15/04/2014

chars armée rouge porte de brandebourg

 

Pas de revanche posthume pour Hitler ! le15/04/2014

Le quotidiendrapeau rouge berlin « people » allemand BILD (*) , qui s’affiche depuis toujours comme un organe de la réaction anticommuniste la plus grossière, lance une « pétition » pour faire retirer les deux chars soviétiques T 34 qui commémorent la prise de Berlin par l’Armée rouge à proximité de la Porte de Brandebourg.

Sous prétexte de condamner Poutine, les revanchards ouest-allemands lancent une nouvelle campagne négationniste visant à occulter les résultats de la seconde Guerre mondiale et à cacher le rôle central de l’Union soviétique dans la défaite du IIIème Reich et le fait que l’URSS a payé pour cela le prix principal, comme l’a loyalement reconnu De Gaulle en 1966, dans la libération des peuples opprimés par Hitler, y compris le peuple allemand.

Le but des réactionnaires de « Bild » est aussi de parachever le processus tendant à déculpabiliser l’impérialisme allemand en lui permettant d’afficher de manière totalement décomplexée et arrogante son hégémonie sur l’Europe. Une fois de plus, on vérifie que la criminalisation du communisme, qu’accompagne l’Union européenne et toutes les forces qui la soutienne (social-démocratie incluse) creuse le lit de la fascisation et de la marche à la guerre impérialiste.

Le but de la réaction allemande est aussi de dédouaner l’appui honteux et dangereux que l’UE pilotée par l’Axe Berlin-Washington (avec le soutien zélé du gouvernement « socialiste » français) dispense aux putschistes néo-nazis. Après avoir illégalement conquis le pouvoir à Kiev, les néo-nazis de Kiev traquent les communistes, provoquent les russophones et menacent la paix mondiale en projetant ouvertement d’annexer l’Ukraine à l’U.E., donc à l’OTAN

Ne laissons pas sans riposte ce nouveau coup contre la mémoire historique qui vise en réalité la paix, les forces progressistes et les valeurs démocratiques dans tout le sous-continent européen.

Le PRCF s’inscrira volontiers dans toute riposte unitaire nationale et/ou internationale des forces communistes, anti-impérialistes et antifascistes à cette campagne indigne qui survient après l’entreprise visant à effacer en Allemagne le souvenir d’Ernst Thälmann, le président du P.C. d’Allemagne assassiné par les nazis.

Pour le PRCF

  • Léon Landini, président du PRCF, ancien officier FTP-MOI, Médaille de la Résistance, officier de la Légion d’honneur, Grand Mutilé de Guerre et peut-être, décoré par l’Union Soviétique
  • Pierre Pranchère, vice-président du PRCF, ancien maquisard FTPF, ancien député, médaille du Combattant de la Résistance
  • Hermine Pulvermacher   Ancienne FTP-MOI – Ancienne secrétaire nationale du groupe communiste à l’Assemblée Nationale pendant 37 ans – Chevalier de la Légion d’Honneur – Chevalier dans l’Ordre National du Mérite.
  • Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF, fils de Résistant
  • Annie Lacroix-Riz, petite-fille de déporté, professeur émérite d’Histoire contemporaine
  • Benoit Foucambert, Syndicaliste
  • Vincent Flament, secrétaire du CISC (Comité Internationaliste de solidarité de classe)
  • Bernard et Michelle Guillaumin
  • Antoine Manessis – Commission Internationale du PRCF

 * Bild-Zeitung est un journal allemand. Mais pas n’importe quel journal allemand