Après l’attentat fasciste contre le président MADURO, plus que jamais solidarité avec le Venezuela bolivarien !

Nicolas MADURO quelques instants avant l’attentat

Communiqué de la Commission internationale du Pôle de Renaissance Communiste en France (PRCF)

5 août 2018, 9h30

Un attentat aux drones chargés d’explosifs a été commis par un groupe contre-révolutionnaire fasciste contre le président vénézuélien Nicolas MADURO et de hauts responsables du gouvernement bolivarien et de l’armée, durant un rassemblement pour le 81e anniversaire de la Garde nationale bolivarienne. Sept soldats de la garde nationale ont été blessés et sont hospitalisés.

Le président a accusé l’ultradroite fasciste colombienne et son homologue colombien Juan Manuel SANTOS, soutenus par les États-Unis, d’être derrière cette tentative d’assassinat.

Le président cubain Miguel DIAZ-CANEL et le chef du Parti communiste de Cuba (PCC) Raul CASTRO ont pour leur part réagi et condamné l’attentat, renouvelant leur soutien à MADURO.

Peu après l’attentat, Nicolas MADURO a déclaré :

« Il s’agissait d’un attentat pour me tuer, ils ont tenté de m’assassiner aujourd’hui. Je n’ai aucun doute que [les auteurs sont] l’ultradroite vénézuélienne alliée avec l’ultradroite colombienne de Juan Manuel SANTOS [le président colombien]. Les premiers éléments de l’enquête désignent Bogotá, ce qui explique les annonces faites par SANTOS ces derniers jours de la fin du régime de MADURO. SANTOS ne peut pas partir sans faire du mal au . »

Solidaire depuis toujours du Parti communiste du Venezuela (PCV) et de la gauche populaire latino-américaine, le PRCF invite les militants franchement communistes et progressistes de France à contrer la campagne de désinformation permanente qui vise le Venezuela bolivarien et l’ensemble des pays de l’ALBA.

Plus que jamais, la seule alternative qui reste ouverte aux progressistes latino-américains, face à l’assaut barbare de l’impérialisme et de l’oligarchie locale, est d’engager résolument la lutte pour la révolution anti-impérialiste et socialiste en se souvenant du mot d’Antoine Saint-Just : « ceux qui font les révolutions à demi n’ont fait que se préparer un tombeau ».

Le PRCF exprime sa solidarité au président MADURO et a prié l’Ambassadeur de la République Bolivarienne du Venezuela, Son Excellence Héctor Michel MUJICA, de transmettre un message de fraternité de combat au président Nicolas MADURO.

L’unité de toutes les forces antifascistes, patriotiques et révolutionnaires marchant résolument dans le sens de l’approfondissement du processus révolutionnaire bolivarien sera la meilleure riposte aux apprentis Pinochet et à l’impérialisme étasunien.

La révolution doit se défendre et sa riposte doit être foudroyante !